Première réussie avec Wilfried Nancy

CF Montréal - Toronto FC 4-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 17/04/2021

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Diop, Waterman, Camacho, Miller, Brault-Guillard, Wanyama, Piette, Kizza (79e Struna), Mihailovic (79e Sejdic), Quioto (69e Johnsen), Toye (57e Hurtado)

TORONTO : Bono, Laryea, Gonzalez, Singh, Auro, Bradley, Priso (59e Fraser), Okello (46e DeLeon), Delgado (76e Marshall-Rutty), Shaffelburg (59e Morrow), Mullins (46e Perruzza)

ARBITRE : M. Elfath

AVERTISSEMENTS : Bradley, Priso, Wanyama

LES BUTS : 3e Toye (1-0), 24e Quioto (2-0), 45e Delgado (pen., 2-1), 54e Wanyama (3-1), 71e Mihailovic (4-1), 88e Laryea (4-2)


Montréal a on ne peut mieux réussi son entrée en lice dans le championnat, en prenant Toronto à froid au début de chaque mi-temps et en s’imposant largement, 4-2. Mais les chiffres ne sont pas la seule source de réjouissance pour Wilfried Nancy, qui a entamé avec succès l’intégration des nouveaux tout en poursuivant sur les bases mises en place l’an dernier aux côtés de Thierry Henry.

On avait hâte de découvrir la première compo sous le nouvel entraîneur, et il a fallu être patient avec une saison commençant un mois et demi plus tard que d’habitude. Bien entendu, avec la préparation difficile, il ne peut pas encore compter sur tout le monde. Si son onze va évoluer, on a déjà pu constater qu’il ne manque pas d’options, puisque malgré ça il y avait déjà une équipe compétitive sur le terrain, et qu’il s’inscrit dans la continuité du travail effectué la saison dernière aux côtés de son prédécesseur.

Ainsi, il confirmait le système à trois défenseurs centraux. Binks blessé et Struna pas encore en forme de match, il alignait Camacho au milieu, avec Waterman à sa droite et Miller à sa gauche. Devant eux, une ligne de quatre. Avec un homme par flanc : Brault-Guillard à droite et Kizza à gauche, entourant la paire Wanyama - Piette. Plus haut, Mihailovic avait un rôle libre derrière Quioto et Toye.

En face, on voyait sur le terrain Bono, Singh, Priso, Okello, Shaffelburg et Mullins. Et ce, en raison de l’absence de nombreux titulaires, Westberg, Mavinga, Pozuelo, Osorio et Altidore. Ça fait beaucoup, quand même… Cela dit, ils ont fait leurs preuves ces dernières semaines en sortant Leon en Ligue des champions. Le match retour a eu lieu mercredi, la question était aussi de savoir s’ils avaient récupéré ou si le fait d’avoir du rythme de match allait, au contraire, les avantager.

Pas question de fraîcheur physique toutefois au coup d’envoi, et Montréal a abordé le match tambour battant. On jouait depuis à peine plus de deux minutes que Brault-Guillard montait très haut et rentrait dans le jeu pour se retrouver plein axe à 20 mètres du but à la hauteur de la dernière ligne adverse ! Il a glissé le ballon à Toye, oublié sur sa gauche, auteur d’un tir enroulé qui a été se loger au fond des flets de Bono (1-0). Difficile de rêver meilleur départ !

Toronto a tenté de réagir rapidement. Et, dans un premier temps, y a réussi. Shaffelburg, lancé légèrement sur la gauche, a pris Waterman de vitesse et a réussi à placer le ballon hors de portée de Diop, mais son tir a fini dans le filet latéral.

Toutefois, les Ontariens n’arrivaient ensuite plus à se montrer créatifs et le match était d’allure équilibrée. D’allure, parce qu’en pratique, Montréal était en contrôle de son avance alors que son adversaire, lui, ne parvenait pas à remplir sa mission de se montrer dangereux. D’ailleurs, la meilleure occasion de ce quart d’heure plus calme est venue d’un beau centre de Kizza sur lequel Toye a, encore, surgi derrière les défenseurs, mais sa reprise est passée un rien à côté.

On venait de passer le milieu de la première mi-temps quand Waterman lançait Quioto en profondeur. Légèrement décalé sur la droite, il prenait de vitesse Singh qui a péché par inexpérience. Mais même après avoir dépassé son adversaire, Quioto avait encore pas mal d’ouvrage sur les bras : face à un angle on ne peut plus fermé, il n’avait aucun partenaire qui était venu le soutenir. Alors, il a tenté sa chance… et a marqué un magnifique but (2-0) !

Piqué au vif, Toronto s’est quelque peu réveillé. On était loin d’un ouragan, mais au moins, Bradley et consorts avaient l’air d’une équipe qui peut se montrer un rien menaçante. À la demi-heure, Shaffelburg, lancé sur la droite, a pris le temps de se débarrasser de Waterman avant de trouver la tête d’Okello qui avait tout le temps d’ajuster sa reprise mais n’y a mis aucune puissance. La frappe de loin sans danger d’Auro quelques minutes plus tard laissait quand même entrevoir l’impuissance torontoise…

Ne parvenant pas à faire la différence par eux-mêmes, les “visiteurs” du jour n’avaient qu’une façon de se montrer menaçants : profiter de la lenteur de Waterman, ce qui avait déjà failli payer à quelques reprises. Et ils sont arrivés à leurs fins quand le défenseur, dépassé par Auro dans le rectangle, a retenu son adversaire et commis une faute synonyme de penalty indiscutable. Le Brésilien a voulu se faire justice mais son tir… était quasiment une passe à Diop, qui en outre avait choisi le bon côté. Mais le gardien avait aussi quitté sa ligne trop tôt, et il a fallu retirer. Cette fois, Delgado l’a pris à contrepied pour faire 2-1.

Malgré la chaleur et la fatigue, les arrêts de jeu ne manquèrent pas d’action. Avec d’abord un coup franc plein axe bien placé que Mihailovic a cadré mais que Bono a capté sans problème. Et ensuite un centre d’Okello pour la tête de Mullins dont la reprise de la tête est passée un rien à côté.

L’élan de Toronto a semblé toutefois être arrêté par le repos car comme en début de première mi-temps, il a eu énormément de mal à se mettre en jambes au retour des vestiaires. Ce dont Montréal a parfaitement profité. Kizza a envoyé un corner au deuxième poteau où Wanyama a littéralement mangé la laine sur le dos de Bradley pour reprendre le ballon d’une tête croisée, obligeant Bono à aller le chercher au fond de ses filets pour la troisième fois de la journée (3-1).

Toronto se réveillait mais ne se montrait dangereux que par à-coups. Même si elles valaient le coup d’œil, les belles actions étaient rares. On notera une jolie balle piquée de Bradley derrière les défenseurs pour Perruzza, qui a été devancé par Diop auteur d’une tête plongeante hors de son rectangle pour écarter le danger. Trois minutes plus tard, un beau mouvement a permis à Laryea de glisser le ballon en retrait à Bradley qui, isolé au point de penalty, a assez lamentablement tiré au-dessus.

Considéré par d’aucuns comme le joker de luxe par excellence capable d’apporter une nouvelle dynamique en montant au jeu, Hurtado a justifié cette réputation en se faisant remarquer à son avantage après avoir remplacé Toye. D’abord après une accélération sur la droite suivie d’un centre pour Quioto dont la reprise de la tête est passée au-dessus. Ensuite en avançant balle au pied sur la droite pour fixer ses défenseurs. Cloués sur place, ils ont été dépassés par Mihailovic qui, lancé, a reçu le ballon avant de faire joujou avec Gonzalez et de porter la marque à 4-1.

La messe était dite. Toronto avait jeté l’éponge même s’il faisait mine d’essayer par moments. Montréal continuait d’être concentré et juste dans son jeu. Bradley a envoyé un coup franc au-dessus. Laryea, l’un des rares de son équipe à ne pas complètement passer à côté de son sujet, nous a gratifiés d’un superbe effort individuel : après avoir éliminé plusieurs défenseurs, il a trompé Diop d’un tir croisé parfaitement placé (4-2).

La dernière occasion était montréalaise. Lancé seul en profondeur, Johnsen s’est débarrassé d’Auro, s’est mis sur son pied gauche mais a tiré au-dessus. Cela dit, sa montée au jeu, et encore plus celle de Struna, illustrait autre chose : Nancy a pu se permettre de donner du temps de jeu à certains joueurs en fin de match sans trop stresser avec le résultat, ce qui, en plus des chiffres, est un tant soit peu humiliant pour Toronto…

Humilier Toronto, ça fait toujours plaisir. On peut rétorquer que l’adversaire manquait de fraîcheur et de joueurs importants. C’est vrai, il ne faut pas le cacher. Mais Montréal devait quand même remplir sa part du contrat, et s’il n’y était pas parvenu, le score n’aurait certainement pas pris de telles proportions !

Cette victoire, aussi belle soit-elle, ne doit, pour une fois, pas être mise en perspective par rapport à l’adversaire ni au contexte global de la MLS. Exceptionnellement, on va juste regarder dans notre assiette, car il y avait déjà assez de choses à gérer en interne avant ce premier match. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le repas fut copieux.

Arriver au premier match en tenant le coup physiquement : réussi. Arriver au premier match en n’ayant pas l’air perdu tactiquement : réussi. Construire sur les bases mises en place l’an dernier : confirmé. Arriver à insérer les nouveaux joueurs prêts à être titulaires pour poursuivre ce travail : fait. Permettre à d’autres, pas encore à 100%, de recevoir du temps de jeu : et une case supplémentaire de cochée. Offrir une prestation encourageante permettant à la fois de se situer et de se donner un adjuvant moral : on leur a mis une case à cocher, ils ont colorié toute la page.

C’est donc, en plus du score et de l’identité de l’adversaire, une première on ne peut plus réussie pour Wilfried Nancy. Le prochain match sera extrêmement intéressant. Et là, on commencera aussi à regarder dans l’autre assiette. On observera, bien entendu, l’évolution de Montréal, de son jeu, de l’équipe avec peut-être quelques éléments supplémentaires prêts à commencer le match. Mais ce sera en outre à Nashville, un adversaire qui, s’il joue comme l’an dernier, est assez casse-tête à affronter et a d’ailleurs constitué un des seuls matchs où Thierry Henry est passé à côté de son sujet. Allez, on a déjà hâte au prochain épisode, mais après une aussi longue attente, commençons par savourer pleinement cette première victoire !

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Vancouver - Montréal
Samedi 8 mai, 15h00

Dernier match

Montréal - Columbus0-0
Samedi 1 mai, 15h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Seattle37
  2. New England37
  3. San José36
  4. New York City36
  5. LA Galaxy36
  6. Salt Lake26
  7. Austin36
  8. MONTRÉAL35
  9. Orlando35
10. Los Angeles FC35
11. Dallas34
12. Miami34
13. Atlanta34
14. Kansas City34
15. Houston34
16. Vancouver34
17. Colorado34
18. New York33
19. DC United33
20. Portland33
21. Nashville33
22. Columbus22
23. Toronto21
24. Chicago31
25. Cincinnati31
26. Philadelphie31
27. Minnesota30
► Classements complets

En direct du forum

4/5 - Montréal - Columbus : samedi 1er mai, 15h00 par Dizwed

3/5 - Montréal - Columbus : l'Homme de la saison par gbagrami

2/5 - Nashville - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Toye
 Quioto
 Wanyama
 Mihailovic
 Brault-Guillard
► Toutes les stats

Transferts

ARRIVÉES

Breza (Bologne), Struna (Houston), Bassong (CS Bruges), Miller (Orlando), Mihailovic (Chicago), Hamdi (El Gouna), Torres (Newell's Old Boys), Ibrahim (36 Lion FC), Johnsen (Ulsan), Hurtado (Kansas City)

DÉPARTS

Jackson-Hamel (Fin de contrat), Raitala (Minnesota), Yao (Cavalry FC), Fanni (Fin de carrière), Corrales (Fin de contrat), Krkic (?), Shome (Edmonton), Urruti (Houston), Okwonkwo (Reggina), Sirois (Valour FC), Ferdinand (Ottawa), Rea (Valour FC), Saba (Fin de contrat), Giraldo (Edmonton)

► Détails

Quiz

Contre qui Montréal a-t-il joué en finale de la Ligue des champions 2015 ?

  • America Mexico
  • Pachuca
  • Santos Laguna
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com