Le CF Montréal expliqué au reste du monde
 CF Montréal
 
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Comme de nombreux internautes venus d’autres pays (notamment la France et la Belgique, d’où les comparaisons, mais aussi de partout ailleurs dans le monde), où le football se joue avec les pieds, comme son nom l'indique, pour tout le monde (sauf les gardiens) et est clairement structuré, visitent ce site et nous posent régulièrement des questions sur le CF Montréal et le championnat dans lequel il joue, nous avons créé cette section avec les questions qui reviennent le plus fréquemment à ce propos. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à venir demander sur le forum !

Est-ce que Montréal joue en championnat du Canada ?

Non, car le Canada n'a longtemps pas eu de championnat national. Il y en a eu un officiel seulement en... 2008, mais il n'existait déjà plus après trois saisons. Il y avait déjà eu quelques tentatives auparavant, mais toutes s'étaient soldées par un échec. Il ne comptait pourtant que trois équipes mais quand Edmonton a intégré le lot des clubs professionnels du pays, on a préféré le saborder et le remplacer par une coupe. Le vainqueur de cette Coupe du Canada représente le pays en Ligue des champions. Il reçoit aussi la Coupe des Voyageurs, trophée créé en 2002 par des supporters de l'équipe nationale à travers le pays, qui le remettaient alors à un champion national officieux. En 2019, un nouveau championnat du Canada a été créé, toutefois sans les trois meilleurs clubs du pays, déjà installés en MLS.

Pas facile d'aller loin quand le championnat national est si compliqué à mettre sur pied...

En effet, et c'est aussi pour cela (et car il n'y avait rien avant) que les meilleures équipes canadiennes jouent dans d'autres compétitions, en compagnie d'équipes des États-Unis. Pour faire un peu d'histoire, suite à la World Cup 1994, la MLS a été créée : c'est la première division des Etats-Unis. Avant, les meilleurs joueurs évoluaient dans ce qui s’appelait l'APSL qui, soudainement, a perdu ses meilleurs éléments. Ses équipes ont formé une 2e division américaine (sans lien avec la MLS) et jouaient ensemble avec celles de la 1re division canadienne. Jusqu'à ce que Toronto aille en MLS en 2007. Vancouver a suivi et Montréal les a renjoints en 2012. La MLS a annoncé qu'il n'y en aurait pas d'autre.

Combien d’équipes y a-t-il dans ce championnat ?

Cette saison, il y a 29 équipes en MLS, et elle grandit au fil des ans. Lors de sa naissance, en 1996, il y en avait 10. En 2006, elles étaient 12. La croissance du nombre de clubs a réellement commencé en 2007. Et elle continue, puisque le total sera de 30 à court terme. Ça devrait (temporairement ?) s'arrêter là, mais les canadidats à une place étaient très nombreux.

Montréal a été champion de D2 pour y jouer, c'est ça ?

Pas vraiment, non. Pour jouer en MLS, il faut y acheter sa place. Ce que Montréal a fait pour y entrer à partir de la saison 2012. Avant, l'équipe jouait en D2 et elle a terminé sa dernière saison à la septième place (sur huit...) Mais auparavant, l'équipe jouait généralement le haut du classement, et a soulevé le trophée remis au champion en 1994, 2004 et 2009.

C'est le même club, même s'il n'avait pas le même nom à l'époque ?

Oui. C'est vrai que certains clubs arrivent de nulle part directement en MLS, alors que d'autres ont vécu dans les divisions inférieures avant d'intégrer l'élite de notre football. C'est le cas de Montréal, fondé fin 1992 sous le nom d'Impact de Montréal FC (souvent appelé IMFC lors des dernières années de l'utilisation de cette appellation). Début 2021, les dirigeants ont présenté une “nouvelle identité” avec un nouveau nom (Club de Foot Montréal), un nouveau logo et de nouvelles couleurs, suscitant une controverse (pour en savoir plus, lisez cet article) atténuée en 2022 avec l'apparition du logo actuel (détails ici).

Est-ce que son calendrier ressemble à ce que l’on connaît ailleurs ?

Non, mais il y a des différences notables avec ce que le club a connu avant (où il pouvait jouer deux jours de suite). En MLS, la saison n'est pas équilibrée : tout le monde ne joue pas autant de fois contre chaque adversaire, et depuis 2020 n'affronte même pas certains d'entre eux. Il y eut pourtant un calendrier équilibré durant quelques saisons, mais cela a changé avec l'arrivée d'une 19e équipe, au grand mécontentement de nombreux supporters. Le championnat n'est pas non plus organisé, comme dans le reste du monde, en journées où tout le monde joue, même si la plupart des week-end, on a le maximum de rencontres. Mais certaines équipes accumulent quand même des matches de retard (ou d'avance) par rapport aux autres et il peut y avoir un gros déséquilibre en cours de saison entre les matches à domicile et à l’extérieur. Si vous voulez voir le calendrier de Montréal, allez là : http://www.impactsoccer.com/calend.php ; pour celui de la MLS, c'est ici : http://www.mlssoccer.com/schedule

De quand à quand joue-t-on ?

La Coupe du Canada se déroule à des dates très variables d'une saison à l'autre (parfois c'est étalé sur plusieurs mois, parfois regroupé en quelques semaines plus ou moins tôt dans la saison), et le vainqueur est qualifié pour la Ligue des champions qui commence au début de l'année suivante. Avant 2015, on jouait en avril/mai pour une participation à la Ligue des champions qui commençait en août.
La saison de MLS commence fin février ou début mars. La phase traditionnelle se termine en octobre. Commence alors la phase finale de la compétition dont l'apothéose est la finale, appelée Coupe MLS et jouée en novembre (avant 2019, la finale se jouait début décembre).

Quelles sont les grandes équipes ? Où se situe Montréal ?

Montréal a terminé en milieu de classement lors de cinq de ses onze premières saisons en MLS, une fois 3e, une fois 6e et quatre fois en bas de classement. Il est difficile d'établir une hiérarchie claire car les dirigeants de la MLS font tout pour que l'écart entre le plus fort et le plus faible soit le moins important possible, et ils y parviennent relativement bien. Ainsi, DC United, puissance durant de nombreuses années, est plus souvent à la peine. Le LA Galaxy faisait figure d'ogre en début de décennie 2010 mais est rentré dans le rang. Les deux clubs de New York et Seattle (vainqueur de la Ligue des champions 2022) jouent régulièrement les premiers rôles. Parmi les équipes dont on parle plus souvent, on distingue aussi les “dépensières” (comme Toronto, Atlanta et le Los Angeles FC) et celles qui tentent de se mettre régulièrement en valeur avec un budget plus limité (Philadelphie, Kansas City, Portland) - mais rares sont celles qui parviennent à se maintenir en haut de classement d'une saison à l'autre pendant longtemps.

Comment marche le système de promotion et de relégation ?

C’est très simple, il n’y en a pas ! En fait, la D1 (MLS) et les divisions inférieures sont indépendantes les unes des autres, gérées par des gens différents, etc. Il y a aussi régulièrement des guerres de ligues entre certaines d'entre elles. Donc, pas question pour les équipes de l’une d’aller jouer la saison suivante dans la compétition de l’autre - et quand ça arrive, ce n'est jamais pour des raisons sportives.

Comment sont récompensées les meilleures équipes ?

Le vainqueur de la Coupe du Canada est qualifié pour la Ligue des champions. Les États-Unis déterminent de leur côté leurs participants via leur championnat (la MLS) et leur Coupe nationale. Parallèlement à cela, la Leagues Cup, nouvelle compétition issue d'un partenariant entre la MLS et le championnat du Mexique (appelé Liga MX), réunit tous les clubs de MLS et de Liga MX et offre d'autres billets pour la Ligue des champions. Par contre, en D2, il n'y a rien : quand il en a été champion, Montréal n’a eu aucun nouveau match la saison suivante, se contentant de l’honneur d’être champion et d’essayer de faire aussi bien l'année d'après.

Y a-t-il des règlements inhabituels ?

Plus vraiment, non. La MLS a, en son temps, tenté d'implanter des choses très américaines (prolongations pour des matches de championnat, arrêt du chrono lors de certains arrêts de jeu, changements supplémentaires, etc.) mais cela n'a rien rapporté, cela a même fait fuir bien du public. Cela dit, elle est souvent volontaire ces dernières années quand la Fifa veut mettre un nouveau réglement à l'essai (changements supplémentaires pour commotiions cérébrales, par exemple). À chaque rapprochement des standards internationaux, le soccer canado-américain gagne en popularité.

Ça joue bien ?

Si l'écart de niveau entre les clubs est réduit, au sein d'une même équipe, il peut parfois être très important, notamment en raison du plafond salarial (voir question suivante). On a ainsi eu des vedettes du standing de Schweinsteiger ou Ibrahimovic à côté d'éléments qui n'auraient jamais joué dans la même division qu'eux dans un championnat en Europe. Cela dit, au fil des saisons, les noyaux deviennent moins hétérogènes, ça fait un moment que les stars vieillissantes se raréfient, et les règlements ont permis d'attirer de plus en plus de joueurs dans la force de l'âge et ayant fait leurs preuves à un certain niveau, alors que les espoirs d'ici et d'ailleurs offrent de plus en plus de garanties. Même si tactiquement, ça reste stéréotypé, le niveau est en progression constante surtout quand on tient compte du fait qu'au milieu des années 2000, on peinait à trouver assez de bons joueurs pour 12 équipes et que désormais, on en remplit plus du double. Le meilleur étalon est la Ligue des champions : les équipes mexicaines sont largement supérieures en compétition continentale, mais derrière, les équipes de MLS sont de plus en plus compétitives et ambitieuses. Avant, éliminer un adversaire mexicain relevait de l'inaccessible exploit, désormais, l'espoir est plus régulièrement au rendez-vous. Tant et si bien qu'en 2022, Seattle est devenu champion continental.

Ça paye bien ?

Voilà qui est très facile à voir. Le syndicat des joueurs publie chaque saison la liste des salaires de tous les joueurs de MLS. Vous pouvez la voir ici. Il faut savoir que la MLS a un budget salarial, c'est-à-dire un total à ne pas dépasser pour les salaires des joueurs, avec certaines particularités.

Y a t-il plusieurs clubs à Montréal ?

Pas dans ce championnat, ni même en championnat du Canada. Les autres jouent en championnat du Québec, dont l'élite a pris le statut semi-professionnel en 2012.

A quoi ressemble votre stade ?

Depuis 2008, Montréal évolue au stade Saputo, construit spécialement pour le club. Bien situé, il a surtout le mérite d'être adapté aux besoins de l'équipe et d'avoir des tribunes proches du terrain, ce qui est très agréable pour les spectateurs. Détails ici : http://www.impactsoccer.com/stade.php
Pour faire un peu d'histoire, jusqu'en 2007, Montréal jouait dans un stade de 9500 places, pas moche, mais affublé d'une affreuse piste d'athlétisme et d'autres affaires qui faisaient que la distance entre les tribunes et le terrain était énorme. Malgré certaines allures de Meccano (beaucoup de structures d'acier visibles) et certaines imperfections, le stade Saputo était largement au-dessus du lot en D2 mais n'était pas aux standards de la MLS. Ainsi, il a été agrandi au cours de l'entre-saison 2011-2012 pour désormais 20.000 places et répondre aux besoins de l'élite canado-américaine. L'arrivée de nouvelles équipes et la construction de nouveaux stades fait toutefois que le domicile du club glisse de plus en plus bas dans la hiérarchie des stades de MLS. Les supporters aimeraient surtout davantage y vivre le football que d'être simple spectateurs, ce qui a d'ailleurs mené à quelques discussions riches en idées.

Est-ce qu’il y a beaucoup de monde aux matches ?

Depuis ses débuts en MLS, Montréal accueille en moyenne un peu moins de 20.000 spectateurs à domicile - même si la pandémie de Covid-19 a donné un coup de frein. Certaines saisons, la moyenne peut dépasser la capacité du stade Saputo car certaines rencontres sont disputées au Stade olympique. Auparavant, la moyenne tournait entre 11.000 et 12.000 spectateurs depuis l'ouverture du nouveau stade. Depuis 2002, la moyenne n’avait pas arrêté d’augmenter de manière impressionnante. Les pires années ont été 2000 et 2001 avec à peine plus de 2000 personnes.

Est-ce qu’il y a moyen de suivre les matches en direct ?

Oui, et ce, partout dans le monde. En effet, depuis 2023, la MLS a un accord avec Apple qui diffuse toutes les rencontres sans restriction géographique. Originalité très intéressante de cet accord : tous les abonnés (pour toute la saison) d’un club de MLS ont accès gratuitement aux rencontres sur le service d'Apple. Avant cela, au Québec, la diffusion des matches de Montréal en MLS se faisait sur des chaînes sportives spécialisées (on peut d'ailleurs encore en voir à la télévision traditionnelle, désormais sur RDS et TSN), alors que dans le reste du monde, la MLS avait des accords de diffusion avec des chaînes sur tous les continents. Même en D2, depuis 2007, on pouvait tout voir via le web, malgré une qualité parfois déficiente.

Où puis-je me procurer des articles (écharpes, maillots, etc.) de votre club ?

L'idéal pour en acheter est d'aller au stade un jour de match (ou en semaine, selon les heures d'ouverture, renseignez-vous directement auprès du club pour les connaître) ou d'aller à la boutique en ligne du club. En magasin, ce n'est pas toujours simple malgré une amélioration depuis le passage en MLS. Certains groupes de supporters fabriquent également des vêtements à leur effigie qui sont, évidemment, aux couleurs du club.

Est-ce qu’il y a des équipes de jeunes ?

C'est récent. Le club a eu une équipe réserve pendant quelques années avant de la saborder à la fin de la saison 2016, puis de la relancer en 2022 pour la faire jouer en PLSQ (championnat du Québec) plutôt qu'en MLS Next Pro (en gros, la divison réserves de la MLS). Depuis la rentrée scolaire de septembre 2011, il a aussi une école de jeunes, divisée en deux sections. À partir de 12 ans (ce qui correspond à l'entrée en secondaire), les inscriptions sont limitées aux jeunes en qui le club voit un avenir mais elles coûtent un prix modique. Pour les plus jeunes, les conditions sont différentes. Le club organise régulièrement des détections de talents. Plusieurs catégories d'âge évoluent en MLS Next, compétition organisée par la MLS mais où il y a aussi d'autres clubs.

Et plus bas, il y a quoi ?

Chez les grands, il y a surtout plein de petites compétitions, interprovinciales et provinciales. Au Canada, il y a depuis 2019 la Canadian Premier League, tentative de véritable championnat national, sans les meilleurs équipes qui sont restées en MLS ; longtemps, il y avait eu la CSL, mais elle a perdu beaucoup de crédit, puis sa reconnaissance officielle. Au Québec, le championnat provincial a longtemps été ce qui s'appelle la “Ligue élite”. Si elle existe toujours, en 2012 est née la Première Ligue (so British, isn't it ?) au statut semi-professionnel. Mais disons qu'à cet échelon, la stabilité et l'organisation sont rares et que le niveau de jeu d'un match au sommet équivaut aux réserves de division 2 en Belgique, à la division voire la promotion d’honneur en France… Aux États-Unis, il y a surtout l'USL, qui malgré une évolution en montagnes russes arrive à avoir une longévité relativement intéressante.

Ah oui tiens, et la Fédération là-dedans ?

Il y a une fédération de soccer du Canada (baptisée ACS, pour Association canadienne de soccer), qui est l’équivalent de la FFF ou de l’Union Belge, mais qui a longtemps eu du mal à prendre sa place. En dehors de l'organisation de la Coupe du Canada, elle ne s'occupe presque pas des clubs, se concentrant surtout sur les équipes nationales. Ce qui n'a pas empêché, il y a quelques années, une période de trois ans de suite sans match de l’équipe nationale au Canada ! Il y a aussi une fédération de soccer du Québec, qui organise des compétitions provinciales.

Est-ce qu’on montre beaucoup de football à la télévision ?

Sur les chaînes généralistes traditionnelles, pas vraiment. Ailleurs, en étant malin, il y a moyen de voir des tonnes de matches à la TV ici, mais évidemment on ne choisit pas. Regardez le programme là : http://www.livesoccertv.com/fixtures.php L'offre télévisée commence toutefois à souffrir de la concurrence des diffuseurs accessibles exclusivement en ligne, ce qui en outre fait sérieusement augmenter la facture. Si presque tout se passait en anglais jusqu'au début des années 2010, le Canada francophone rattrape les quelques guerres de retard qu'il accusait dans la médiatisation du sport le plus pratiqué au pays et au monde.

 
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Montréal - PLSQ
Vendredi 3 février, 17h00

Dernier match

Montréal - New York City1-3
Dimanche 23 octobre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Columbus00
  2. Chicago00
  3. Dallas00
  4. New York00
  5. New England00
  6. DC United00
  7. San José00
  8. Kansas City00
  9. Salt Lake00
10. LA Galaxy00
11. Houston00
12. Colorado00
13. Toronto00
14. Seattle00
15. MONTRÉAL00
16. Philadelphie00
17. Minnesota00
18. Orlando00
19. Portland00
20. Vancouver00
21. New York City00
22. Cincinnati00
23. Atlanta00
24. Los Angeles FC00
25. Nashville00
26. Miami00
27. Austin00
28. Charlotte00
29. Saint-Louis00
► Classements complets

En direct du forum

7h10 - Diffusion - saison 2023 par Bxl Boy

30/1 - Chinonso Offor par loupdogg

26/1 - Joaquin Torres par Bxl Boy

23/1 - Leagues Cup 2023 par Kleinjj

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2022

 Quioto16 
 Mihailovic12 
 Kamara
 Kone
 Brault-Guillard
 Johnston
 Lappalainen
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

Transferts

ARRIVÉES

Sirois (Valour FC), Herrera (Salt Lake), Campbell (Atlanta), Iliadis (Panathinaikos B), Rea (Valour FC), Assi (Cavalry FC), Offor (Zulte-Waregem)

DÉPARTS

Breza (Carrarese), Bassong (FC Arges), Mihailovic (AZ), Kone (Watford), Torres (Philadelphie), Giraldo (?), Johnsen (Cambuur), Johnston (Celtic Glasgow), Corbo (Bologne), Ferdinand (?)

► Détails

Quiz

Lors du dernier match du championnat du Canada 2009, Montréal s'incline honteusement contre Toronto. Quelle en est la conséquence ?

  • Vancouver est privé du titre de champion du Canada (il fallait que Toronto s'impose au moins avec 4 buts d'écart)
  • L'entraîneur de Montréal démissionne
  • Aucune, Toronto était déjà champion avant le match
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com