À bout de forces

New England Revolution - Impact Montréal 3-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 23/09/2020

NEW ENGLAND : Turner, Büttner (30e Jones), Kessler, Farrell, Bye, Rowe (63e Polster), Caldwell, Nguyen (63e Fagundez), Bunbury (69e Penilla), Buchanan, Bou (69e Buksa)

MONTRÉAL : Diop, Yao, Binks, Raitala, Brault-Guillard, Corrales (63e Urruti), Wanyama, Piette, Maciel, Bojan (79e Sejdic), Okwonkwo (26e Lappalainen)

ARBITRE : M. Bazakos

AVERTISSEMENTS : Farrell, Binks

LES BUTS : 45e Kessler (1-0), 49e Bou (2-0), 65e Fagundez (3-0), 86e Lappalainen (3-1)


Privé de Quioto, suspendu, Taïder, blessé avant le match, et Okwonkwo, qui a rapidement dû quitter le terrain, l’Impact n’avait plus les ressources morales ni physiques pour résister à une équipe de New England qui en a profité pour frapper aux moments clefs là où ça faisait le plus mal et s’imposer 3-1.

Maciel et Camacho de retour de suspension, Quioto qui purgeait la sienne et Taïder blessé hier soir : les cartes dont Thierry Henry disposait pour ce match à New England étaient différentes des donnes récentes, et il en a profité pour revoir son jeu. Notamment en défense centrale où il replaçait trois hommes, faisant confiance à Yao et Raitala aux côtés de Binks, laissant donc l’anti-héros de Vancouver sur le banc. Le replacement du capitaine ouvrait la porte à Corrales sur le flanc gauche. Dans l’entrejeu, Wanyama était à nouveau flanqué de Piette et Maciel, alors que Bojan occupait le poste de Taïder et épaulant par moments Okwonkwo, la plupart du temps fin seul devant.

Une disposition d’équipe défensive face à un adversaire qui marque peu et encaisse peu : tout était en place pour un match fermé et pauvre en spectacle. Et c’est en effet ce à quoi on a eu droit pendant l’essentiel de la première mi-temps. Une longue séance d’observation en milieu de terrain et des occasions tombant par à-coups, semblant arriver de nulle part.

Cependant, quand New England avait un corner ou un coup franc rapproché, on savait qu’il y avait un risque de danger. Même si, avant la rencontre, cette équipe n’avait marqué que deux fois de la sorte en championnat, toujours par Bunbury. Mais Rowe en a fait voir de toutes les couleurs aux défenseurs sur ces phases de jeu, obtenant la première occasion ainsi en prenant le dessus sur Yao et en obligeant Diop à réaliser une parade.

Si New England avait le plus souvent le ballon, il ne mettait pas encore en péril l’organisation montréalaise dans le cours du jeu. De son côté, lors de ses phases de possession, l’Impact était un peu dans une situation similaire. Il fallait donc soit profiter d’une erreur soit oser pour se montrer dangereux.

C’est ce qu’a fait Okwonkwo quand, après plusieurs duels sans vainqueur à une trentaine de mètres du but, il a vu le ballon s’approcher de lui et bien compris qu’il avait de l’espace pour tirer mais pas pour avancer : il a donc tenté une belle demi-volée, mais Turner était à la bonne place.

L’équipe locale a bénéficié de l’autre option quand une hésitation montréalaise côté gauche a ouvert la voie à Caldwell, qui a donné le ballon en retrait à Bou, fin seul. Mais son contrôle fut maladroit et hésitant, permettant à Wanyama et à Yao de revenir pour le gêner et l’empêcher de menacer Diop.

Preuve qu’à ce moment du match, la possession de balle ne voulait rien dire, pendant les 10 minutes suivantes, les occasions étaient montréalaises. Recevant un ballon sur la gauche à 20 mètres du but, Bojan est rentré dans le jeu, s’est mis sur son pied droit et a envoyé une bonne frappe tendue qui se dirigeait sous la transversale avant la détente de Turner.

Peu avant la demi-heure, à la réception d’un long ballon sur la gauche, Lappalainen est parvenu à envoyer un centre légèrement surélevé pour Bojan dont le tir a été contré par le retour de Nguyen. Le corner a été boxé par Turner, qui a laissé dans son but un espace pour tirer que Piette a bien vu, mais le Québécois a envoyé sa tentative hors-cadre.

À ce moment-là, les esprits étaient au moins autant concernés par l’état physique des joueurs que par le jeu. Après un démarrage sur le flanc gauche, Okwonkwo s’était occasionné une blessure musculaire et avait dû être remplacé par Lappalainen. Peu après, ce fut au tour de l’arrière latéral de New England Büttner de regagner le vestiaire prématurément pour des raisons similaires.

Il a fallu un coup de pied arrêté, encore, pour que New England recommence à se montrer dangereux. Une fois de plus par Rowe, qui a eu le meilleur timing sur un coup franc tout juste de la droite du rectangle mais n’a pas assez bien redressé la course du ballon sur sa reprise de la tête.

Cependant, cette occasion a donné des idées à l’équipe locale, qui a appuyé sur l’accélérateur. Et c’est là que ça a commencé à devenir plus inquiétant. Car l’Impact ne parvenait pas à suivre le rythme. Deuxième sur les duels, laxiste dans son marquage dans toutes les zones du terrain, visiblement fatigué physiquement et mentalement. Il fallait donc tenir jusqu’à la pause pour que le staff puisse remobiliser les troupes et effectuer les ajustements nécessaires.

On ne peut pas parler d’orage, simplement de bourrasque, et dans un premier temps, l’IMFC la contenait bien. C’est même lui qui se montrait dangereux quand Wanyama servit Lappalainen entre deux défenseurs. Le Finlandais parvint à tirer mais, coincé par le marquage serré, il ne put qu’envoyer un ballon mou pour Turner.

Sur le contre, Bou reçut un long ballon et prit Binks de vitesse mais la sortie de Diop l’obligea à se déporter et permit le retour d’autres Montréalais, qui parvinrent à écarter la menace. Cela dit, la pression de New England était de plus en plus pesante.

Et malheureusement, elle finit par payer juste avant la pause. Montréal perdit un autre duel consécutif à un corner, permettant au ballon d’arriver à Kessler, qui a devancé Piette puis est parvenu à contrôler, à se mettre en position de tir et à envoyer de belle manière le ballon dans l’espace entre Diop et son poteau (1-0).

C’est peut-être à la reprise que la fatigue mentale fut la plus perceptible. New England avait décidé de poursuivre sur son élan d’avant le repos. Et les joueurs de l’Impact ne trouvaient pas la réplique. On était loin du premier quart d’heure contre Philadelphie, où ça jouait vers l’avant dans presque toutes les situations. Quand on sait en plus que contre l’équipe de Bruce Arena, l’idéal est de porter le ballon très haut et de peser très près du but, la mission s’annonçait périlleuse. Voir insurmontable sans Quioto ni Okwonkwo.

Et elle se compliqua rapidement puisqu’on rejouait depuis à peine plus de trois minutes quand Bou, sur le coin droit du grand rectangle, bénéficia d’un contre favorable en tentant de passer Wanyama. Spectateurs, les équipiers de ce dernier firent preuve d’une incroyable mollesse et l’attaquant local profita de leur absence de réaction pour placer un tir croisé hors de portée de Diop (2-0).

L’espoir aurait pu revenir sur un conte de fées. Profitant d’un enchaînement crochet - excellent centre de Bojan, Yao, monté en ligne, a devancé tout le monde pour effectuer une reprise de la tête dont le seul défaut était de manquer d’un peu de précision. Le voir marquer pour sa première titularisation aurait non seulement été une belle histoire mais certainement aussi un adjuvent moral à ce moment où l’équipe en avait bien besoin.

Montréal essayait tant bien que mal, New England pouvait se contenter d’attendre un adversaire à la recherche de son jeu. Turner n’a d’ailleurs quasiment plus été menacé. Au contraire, sur une reconversion rapide, Fagundez, à gauche, a cherché Buchanan de l’autre côté : Wanyama a tenté l’interception, touché le ballon, mais une fois de plus, son adversaire a bénéficié d’un contre favorable (qu’il avait forcé, comme Bou la fois précédente). Situation identique et passivité identique de la part des défenseurs centraux, laissant tout le temps à l’Ontarien de rendre le ballon à Fagundez, fin seul, qui n’a plus eu qu’à tromper Diop, abandonné (3-0).

La liberté dont jouissaient les adversaires a encore été parfaitement illustrée à un quart d’heure du terme : quasiment collé à la ligne de touche côté droit, Fagundez a donné le ballon à Penilla, juste à côté de lui. Ce qui n’a pas empêché le dernier nommé d’aller en toute quiétude vers l’entrée du rectangle et d’envoyer une frappe puissante sur laquelle Diop eut la main ferme.

Le gardien dut encore intervenir deux fois sur un même corner : le première pour le boxer, droit vers Penilla, qui aurait pu tirer immédiatement car le but était délaissé mais a choisi d’avancer avant de tenter sa chance. Ce qui permit au gardien de se féliciter de ne pas avoir regagné sa cage, car il put complètement fermer l’angle pour détourner l’envoi en corner.

Montréal sauva l’honneur à cinq minutes du terme. Avec un but aux airs de déjà vu : de l’entrejeu, Maciel, très discret jusque-là (en tout cas en regardant le match à la télévision) lança Lappalainen sur le flanc gauche. Comme il le fait souvent, le Finlandais fila alors droit vers le but et profita de l’espace pour battre le gardien adverse (3-1). Maigre consolation : ce genre d’action est une des faiblesses défensives de New York, prochain adversaire de l’IMFC. Il faudra en profiter. Mais avant tout, retrouver une certaine fraîcheur.

La marque aurait encore pu s’alourdir dans les derniers instants. Désireux d’inscrire son petit but, Penilla rentra dans le jeu balle au pied avec la ferme intention de bombarder Diop. Après que ses équipiers eurent été passés en revue, Raitala parvint à mettre le pied sur le ballon… pour l’envoyer vers Buksa. Mais, victime du terrain pourri, l’attaquant dut ajuster sa frappe après une succession de faux bonds et tira dans les nuages.

Une défaite plus lourde eut été sévère. On ne peut pas dire que New England a été particulièrement bon, mais l’Impact n’y était pas, tout simplement. La succession des matches, la fatigue, le fait d’avoir dû accomplir beaucoup d’efforts à dix, l’aspect mental d’être loin de chez soi, les absences de joueurs clefs : la réunion de tous ces éléments, même si elle n’excuse pas certains errements, a finalement pesé trop lourd dans la balance.

C’est à la fois dommage et inquiétant. Dommage, car dans ses meilleures dispositions, Montréal n’a certainement rien à envier à cette équipe de New England. Et après deux défaites consécutives, il valait mieux retrouver le chemin des bons résultats. Inquiétant, car les conditions ne vont pas tellement s’améliorer au cours des semaines à venir. On voit que quelques absences importantes pèsent très lourd. Si le moral commence à baisser et les pépins physiques à augmenter, l’équipe aura bien plus de mal à atteindre son plein potentiel.

Il va donc rapidement falloir se requinquer moralement et physiquement pour affronter New York sur son terrain, aussi domicile temporaire de l’équipe faut-il le rappeler. Un adversaire direct cette saison. Un autre, comme ce soir. Obtenir un bon résultat tout en sortant de ce match avec des raisons d’être satisfait serait la meilleure manière de boucler ce mois de septembre pour le moins éreintant.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Nashville
Mardi 27 octobre, 19h00

Dernier match

New York City - Montréal3-1
Samedi 24 octobre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Philadelphie2041
  2. Toronto2041
  3. Columbus1935
  4. Kansas City1933
  5. Portland1932
  6. Seattle1832
  7. Orlando1932
  8. New York City2030
  9. New England2029
10. Minnesota1827
11. New York2026
12. Los Angeles FC1825
13. Dallas1825
14. Nashville1925
15. Vancouver2024
16. San José2024
17. MONTRÉAL2023
18. Salt Lake1922
19. Miami2021
20. Chicago1921
21. Houston2021
22. Colorado1419
23. Atlanta2019
24. LA Galaxy1718
25. DC United2018
26. Cincinnati2016
► Classements complets

En direct du forum

17h35 - New York City - Montréal : samedi 24 octobre, 19h30 par penz

13h57 - New York City - Montréal : l'homme de la saison par imfc132

9h37 - Victor Wanyama par Pouchkine

23/10 - Blessures 2020 par imfc132

21/10 - Montréal - New England : l'Homme de la saison par Bxl Boy

20/10 - Émission Coup Franc : saison 2020 par Daniel

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto
 Urruti
 Taïder
 Lappalainen
 Krkic
 Sejdic
 Okwonkwo
 Tabla
 Camacho
 Wanyama
 Piette
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 22 matches

1. Quioto
2. Brault-Guillard
3. Diop
4. Piette
5. Wanyama

► Détails

Quiz

Lors du match à Baltimore en 2010, un simple grillage séparait les bancs des réservistes et...

  • Une tribune remplie de supporters gonflés à bloc
  • Une autoroute
  • Un restaurant d'où les clients pouvaient voir le match gratuitement
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com