Hara Kiri

Vancouver Whitecaps FC - Impact Montréal 3-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 16/09/2020

VANCOUVER : Hasal, Nerwinski, Veselinovic, Cornelius, Gutierrez, Bikel (46e Baldisimo), Teibert, Milinkovic (73e Adnan), Dajome (89e Reyna), Bair (62e Owusu), Montero (89e Ricketts)

MONTRÉAL : Diop, Brault-Guillard, Binks, Camacho, Raitala, Wanyama, Piette (78e Bojan), Shome (43e Fanni), Taïder, Okwonkwo (78e Lappalainen), Quioto

ARBITRE : M. Fischer

AVERTISSEMENTS : Veselinovic, Piette

EXCLUSION : 37e Camacho

LES BUTS : 41e Montero (pen., 1-0), 44e Dajome (2-0), 70e Quioto (2-1), 78e Montero (3-1)


Dominateur mais peinant davantage que dimanche à mettre son adversaire en péril, Montréal s’est effondré à dix contre onze après l’exclusion de Camacho, qui a perdu son sang-froid en fin de première mi-temps, précipitant la défaite 3-1 de son équipe qui ne disputera donc pas la finale de la Coupe du Canada.

Hormis Shome, titularisé à la place de Maciel suspendu, Thierry Henry reconduisait le onze qui avait commencé le match de dimanche sur le même terrain. Marc Dos Santos, lui, ajoutait à la fumée ambiante en changeant la moitié de son équipe.

Par rapport à dimanche, la physionomie du début de match ne changeait guère : une très large domination de Montréal face à un adversaire recroquevillé devant son but. Mais la dynamique était un petit peu différente. Vancouver avait quand même trouvé quelques routes à barrer, notamment celle vers Quioto, qui recevait peu de bons ballons. Quant à l’Impact, il avait plus de mal à insuffler du rythme aux échanges et manquait de variations dans son jeu.

Dès lors, il ne se passait rien de bien palpitant. Il n’y avait aucune occasion. Ce qui y ressemblait le plus fut, après le milieu de la première mi-temps, un centre de la droite de Piette, un des joueurs par qui passaient le plus de ballons, en direction du deuxième poteau où Quioto, serré de près, envoya sa reprise de la tête loin au-dessus.

Reste que Vancouver faisait toujours preuve d’autant de faiblesses. Erreurs techniques, mauvais choix, imprécisions, manque de cohésion et on en passe. Malgré tout, l’équipe locale a commencé à offrir quelques minutes très intéressantes… bien aidées par le fait que ça jouait à du deux à l’heure. Dès que ça accélérait, en revanche…

C’est ce que Montréal a enfin fait à la demi-heure. Et son adversaire n’en menait pas large. Okwonkwo, sur la gauche, a crocheté et est rentré dans le jeu pour envoyer le premier tir dangereux de la soirée, détourné par un bel arrêt d’Hasal. Le corner, mal dégagé, est arrivé à Taïder qui a centré au deuxième poteau pour Binks dont la tête plongeante est passée un rien à côté. Trois minutes plus tard, Okwonkwo a une nouvelle fois berné Nerwinski pour envoyer une autre frappe de loin, dans les bras d’Hasal cette fois.

Et puis est arrivé le tournant du match. En lui rentrant dedans comme un taureau, Dajome a solidement balancé Camacho au sol. Une chute visiblement peu appréciée par Montero, qui a été lui dire on ne sait trop quoi, ce à quoi le défenseur a répondu… en lui frappant le genou. Au vu des images, impossible de savoir si c’était fort ou non, à quel point son adversaire en a remis dans sa chute, toujours est-il que le geste était totalement inapproprié et l’arbitre n’a eu aucun autre choix que de lui montrer, logiquement, le carton rouge.

Pour bien enfoncer le pieu dans le cœur de l’Impact, puisque le ballon était toujours en jeu et que la faute avait été commise dans le rectangle, il y avait penalty pour Vancouver (la quantité de pénos concédés depuis un certain temps a quand même de quoi interpeller). Montero n’a laissé aucune chance à Diop et c’était 1-0. Encore plus que cette ouverture du score inattendue, c’est bel et bien l’ensemble du scénario des dernières minutes qui laissait tout le monde groggy, du stade à son salon.

Et le calvaire de cette fin de première mi-temps n’était pas fini. À peine monté au jeu, Fanni se fit passer un ballon entre les jambes permettant de lancer Milinkovic sur le côté droit. Ce dernier glissa le cuir plein axe vers Dajome, que personne ne tenait : même s’il avait un équipier lui aussi isolé sur la droite, il décida de tenter sa chance de loin, laissant sans réaction un Raitala passif et un Diop battu (2-0).

Au retour des vestiaires, la mission était claire : inscrire trois buts de plus que l’adversaire, avec un homme de moins. Et Montréal poussait. Mais Vancouver tenait. Le ballon était souvent dans les parages d’Hasal, ses défenseurs, pas toujours sûrs, intervenaient tant et plus. Mais ils parvenaient à protéger leur gardien qui, longtemps, n’a été inquiété par aucun tir dangereux.

Au contraire, ce qui ressemblait le plus à une occasion (sans en être une, on se contente de ce qu’on a) fut un tir de loin de Nerwinski, au-dessus. Quand il avait le ballon, Vancouver semblait davantage vouloir le faire circuler que l’amener dans le but adverse, jouant parfois à la baballe, profitant de son avantage numérique. Malgré tout, il fallait le savoir que Montréal jouait à dix contre onze…

Cette deuxième mi-temps ressemblait à vrai dire à la première moitié des 45 minutes initiales : un IMFC dominateur mais à qui il manquait un petit quelque chose pour se montrer dangereux, et une absence totale d’occasions.

À 20 minutes de la fin, on eut enfin quelque chose à se mettre sous la dent et ça eut le don de potentiellement relancer le match. Servi par Taïder près du coin gauche du petit rectangle, Quioto roula son adversaire direct dans la farine avait de canonner en plein plafond : 2-1 ! Et si jamais ?

C’était toutefois le chant du cygne. Dès cet instant, Vancouver s’est montré le plus menaçant jusqu’à mettre fin au suspense. Ce ne fut pas encore le cas quand Milinkovic a eu tout le temps d’envoyer un centre vers Owusu, fin seul, dont la finition de la tête n’est visiblement pas la spécialité puisque sa reprise mal ajustée est passée largement au-dessus.

Le danger est revenu quand Dajome a donné le bal0lon à Montero seul sur la gauche : même s’il a eu toute la latitude de tirer, son envoi aurait pu être bien meilleur, mais il a quand même obligé Diop à se montrer attentif pour le repousser. L’Impact ne parvenait pas à se dégager et a pu souffler quand son gardien a arrêté un tir de loin d’Adnan.

Le but est tombé sur une action très lucide d’Owusu : arrivé haut dans le rectangle côté gauche avec deux défenseurs face à lui, il a immédiatement compris qu’il serait incapable de faire bon usage du ballon et a vu Montero arriver à toute vitesse. Le Ghanéen s’est positionné pour à la fois empêcher ses adversaires d’intervenir et permettre à son équipier de tirer : ce fut une frappe croisée parfaitement placée (3-1).

En confiance après son doublé, Montero est quasiment tombé dans l’excès, lui qui avait un but supplémentaire quasiment servi sur un plateau par Gutierrez mais, seul face à Diop, il a essayé une fantaisie et envoyé le ballon à côté.

Hormis, dans la dernière minute du temps réglementaire, un beau tir de loin de Bojan qui semblait se diriger sous la transversale avant la parade d’Hasal, il n’y eut plus la moindre occasion à se mettre sous la dent.

La finale de la Coupe du Canada, et donc à coup sûr la prochaine Ligue des champions, ce sera sans Montréal. Si après la première victoire de Toronto au stade Saputo, ce scénario n’avait rien de surprenant ni de choquant, l’équipe a finalement laissé filer un sort qu’elle avait, au bout du compte, entre ses mains face à un adversaire faiblard.

Rien ne dit que sans le carton rouge de Camacho, Montréal se serait imposé ce soir. Toujours est-il que ce fut le tournant du match, d’autant plus qu’il a permis à Vancouver d’ouvrir la marque sur penalty. Le reste, dans un sens ou dans l’autre, ce ne sont que des supputations.

Il va surtout falloir se remettre rapidement de cette déception, car il y a un match dès dimanche, contre Philadelphie. Et il sera important de se ressourcer et de se reconcentrer pour ne pas perdre les bénéfices du classement somme toute intéressant de l’équipe en ce moment. En outre, les prochains adversaires seront très intéressants afin de voir en pratique les progrès effectués par l’équipe dans un contexte différent et face à une opposition au niveau plus proche de celui de l’IMFC.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Nashville
Mardi 27 octobre, 19h00

Dernier match

New York City - Montréal3-1
Samedi 24 octobre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Philadelphie2041
  2. Toronto2041
  3. Columbus1935
  4. Kansas City1933
  5. Portland1932
  6. Seattle1832
  7. Orlando1932
  8. New York City2030
  9. New England2029
10. Minnesota1827
11. New York2026
12. Los Angeles FC1825
13. Dallas1825
14. Nashville1925
15. Vancouver2024
16. San José2024
17. MONTRÉAL2023
18. Salt Lake1922
19. Miami2021
20. Chicago1921
21. Houston2021
22. Colorado1419
23. Atlanta2019
24. LA Galaxy1718
25. DC United2018
26. Cincinnati2016
► Classements complets

En direct du forum

17h35 - New York City - Montréal : samedi 24 octobre, 19h30 par penz

13h57 - New York City - Montréal : l'homme de la saison par imfc132

9h37 - Victor Wanyama par Pouchkine

23/10 - Blessures 2020 par imfc132

21/10 - Montréal - New England : l'Homme de la saison par Bxl Boy

20/10 - Émission Coup Franc : saison 2020 par Daniel

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto
 Urruti
 Taïder
 Lappalainen
 Krkic
 Sejdic
 Okwonkwo
 Tabla
 Camacho
 Wanyama
 Piette
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 22 matches

1. Quioto
2. Brault-Guillard
3. Diop
4. Piette
5. Wanyama

► Détails

Quiz

À quel stade de la Ligue des champions Montréal a-t-il été éliminé en 2013-2014 ?

  • Premier tour
  • Quart de finale
  • Demi-finale
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com