Dure soirée pour Pines

CF Montréal - DC United 1-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 01/10/2022

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Pantemis, Corbo, Camacho, Waterman, Brault-Guillard (68e Johnston), Wanyama, Choinière (68e Piette), Lappalainen (46e Kwizera), Torres, Koné (83e Zouhir), Toye (62e Kamara)

DC UNITED : Ochoa, Guediri, Birnbaum, Pines, Palsson (68e Odoi-Atsem), Djeffal (81e Alfaro), Durkin, Rodriguez (68e Smith), Hopkins (64e Morrison), Berry (81e Ku-Dipietro), Benteke

ARBITRE : M. Touchan

AVERTISSEMENTS : Hopkins, Benteke

EXCLUSION : 79e Pines

LE BUT : 41e Pines (csc, 1-0)


Il aura fallu un but contre son camp de Pines - exclut plus tard dans le match après avoir provoqué un penalty, raté - pour que Montréal s’impose par le plus petit écart contre DC United. Après avoir manqué de poids offensif pour concrétiser une première mi-temps pourtant très aboutie, les joueurs locaux, tout comme les visiteurs, nous ont offert une deuxième période pour le moins décousue où, à défaut de jeu de qualité et de buts, il y eut quelques rebondissements.

Privé de Mihailovic suspendu et de Quioto blessé, Wilfried Nancy faisait allègrement tourner son effectif car il avait en outre décidé de ne pas titulariser les internationaux qui avaient commencé le match avec leur pays la mini-trêve. Corbo, Brault-Guillard et Choinière profitaient de la présence de Miller, Johnston et Piette sur le banc, mais Pantemis retrouvait aussi sa place dans le but, Toye recevait la préséance sur Kamara et était soutenu par Koné et Torres. On notait également avec joie le retour de blessure de Lappalainen.

Malgré l’écart de niveau entre les deux équipes perceptible dès les échanges initiaux, la première occasion fut pour les visiteurs. Profitant d’une énorme erreur de marquage sur un corner, Palsson, fin seul au deuxième poteau, a complètement raté sa reprise de la tête, avec laquelle il est pourtant adroit la plupart du temps.

Le cours normal des émissions n’a toutefois pas trop tardé à reprendre, avec un DC United très faible défensivement. Et ce, sur toute la longueur du terrain, avec par exemple Benteke faisant le pressing tout seul, certainement à son grand découragement. Déjà qu’il voyait les longs ballons lui étant théoriquement destinés arriver à mille lieues de lui… L’entrejeu se faisait manger la laine sur le dos et le bloc défensif une fois en place ne savait souvent pas où regarder. Dur dur…

Belle illustration de tout cela quand Torres envoya une belle balle en cloche derrière les défenseurs qui avaient les yeux sur tous les joueurs… qui n’avaient aucune chance de recevoir le ballon, mais pas sur Lappalainen qui, depuis son flanc gauche, avait surgi dans l’espace. Son contrôle n’était pas facile, le ballon est parti de l’autre côté, ce qui n’a pas empêché le Finlandais de contrôler le gardien et de tirer, mais hors-cadre.

Collectivement, Montréal faisait belle impression. Possession, combinaisons, domination, il n’y avait qu’une équipe sur le terrain. Wanyama régnait sur l’entrejeu, Choinière le complétait parfaitement, Koné confirmait ses récentes sorties avec l’équipe nationale, Waterman faisait souvent de belles montées dans le cours du jeu à l’image de ce que Miller, dont il occupait le poste, montre souvent. Et on en passe. Mais les occasions étaient trop rares. Le blâmer peut paraître dur, mais Toye n'était pas au diapason et l’équipe manquait de poids devant, ce qui limitait les solutions.

Dès lors, malgré cette physionomie à sens unique, l’équipe locale ne se créa qu’un seule sérieuse possibilité de but au cours de la demi-heure suivante. Palsson repoussa une tentative de passe de Choinière plein axe… droit devant Torres qui, dans son style instinctif, n’hésita pas à reprendre le ballon en un temps, obligeant Ochoa à réaliser la première parade de gardien de la soirée.

À dix minutes du repos, DC United eut son moment fort. En fait, ses deux minutes de gloire, ou de danger, de la première mi-temps. Tout commença par un centre aérien dévié par Camacho, l’empêchant d’atteindre sa cible, Benteke. Le ballon poursuivit sa course vers le deuxième poteau, où Berry avait parfaitement suivi mais ne l’était pas (suivi). Vous suivez ? Pantemis, lui, suivait et avait parfaitement fermé son angle, ne laissant aucun espace pour le tir à bout portant qu’il a brillamment repoussé. Occasion suivante…

Et celle-ci ne tarda pas à tomber puisque sur un corner, un ballon aérien dans le rectangle fut remis par Berry vers Benteke qui le plaça à l’intérieur du poteau face à lui. Cette fois, Pantemis était battu. Mais Corbo, replié, avait amorcé un mouvement latéral qu’il poursuivit ce qui lui permit de sauver à même la ligne.

Sur le contre, Lapplainen, très en vue depuis le coup d’envoi, tenta un bel effort individuel, ponctué d’un tir enroulé qui termina sa course à côté.

Les efforts montréalais furent quand même récompensés avant le repos. Lancé sur la droite, Brault-Guillard envoya un centre sur lequel Pines s’est jeté pour en couper la trajectoire. Une intervention ratée qu’Ochoa fut incapable de racheter et il dut dès lors aller chercher le ballon au fond des filets après ce but contre son camp (1-0).

Dans les arrêts de jeu, Toye, sur la gauche du rectangle, glissant un petit ballon aussi intéressant que bondissant vers Choinière, dont la course était excellente mais qui a trop ouvert le pied lors de sa reprise, ne redressant pas assez la course du ballon.

La deuxième mi-temps commença comme la première : malgré un Montréal supérieur à son adversaire, c’est d’abord dans les parages de Pantemis que le danger se présenta. Servi plein axe, Benteke donna l’impression de rater son contrôle mais il parvint bel et bien à écarter le ballon vers Rodriguez sur la gauche du rectangle. Fin seul, le dernier nommé avait tout le temps d’ajuster son tir… mais l’a lamentablement envoyé loin à côté.

Malgré la domination locale, les échanges étaient plus équilibrés. Fort de leur avance, les hommes de Wilfried Nancy laissaient leur adversaire prendre davantage d’initiatives. Et quand ils s’installaient dans le camp de DC United, malgré beaucoup de gestes réussis et un jeu collectif plus que correct (jusqu’au bal des changements), ils peinaient encore plus à porter le danger devant le but qu’avant la pause.

Le remplacement de Lappalainen, qui n’avait probablement pas 90 minutes dans les jambes, n’y était pas pour rien. Le fait que Toye soit toujours sur le terrain non plus, malheureusement. Ça peut paraître dur, mais il faut reconnaître qu’il est passé à côté de son match. De quoi inquiéter, car depuis son retour réussi à Seattle, il n’a plus rien du Toye qui avait séduit en 2021. Souvenons-nous cependant que lors de son arrivée au club, il était très peu convaincant. L’encadrement technique avait alors trouvé les mots et les points à travailler lui permettant de se métamorphoser. Il est temps de replonger dans le calepin de l’époque… qui permet de garder un peu d’espoir.

Alors, il fallait toujours compter sur les bévues adverses. Et le portier Ochoa n’en était pas avare. Devancé par Pines qui réussit à donner le ballon en retrait à son gardien, Choinière eut la bonne idée de poursuivre sa course. Il a failli en récolter les fruits, contrant un mi-dribble mi-contrôle doublement raté de l’homme aux gants, tout heureux de voir le ballon échouer un rien à l’extérieur de son poteau.

Commença alors le bal des changements, des deux côtés. Et la rencontre se détricota tel un match amical qui n’a plus de cohérence. Même si dans les intentions des deux équipes, on sentait que c’était un match officiel. Mais les remplaçants montréalais n’apportaient pas forcément grand-chose par rapport aux joueurs remplacés tandis que de nombreux titulaires n’avaient plus leur niveau de la première mi-temps.

Quant à DC United, il jouait avec l’énergie du désespoir. À un quart d’heure du terme, Guediri lança Benteke à la limite du hors-jeu dans le dos de la défense. Auteur d’une excellente sortie, Pantemis remporta le face-à-face, évitant l’égalisation qui aurait été tout sauf méritée.

Une minute plus tard, ce fut au tour de Koné de partir seul au but. Derrière lui, Pines tentait tant bien que mal de le rattraper… en vain, et il finit par le bousculer. Après avoir marqué contre son camp, l’homme de la soirée - à son corps défendant, certes - provoquait un penalty… et recevait un carton rouge. Mais Montréal ne doubla pas son avance : sans être exécrable, le tir de Torres ne fut pas assez bon pour tromper Ochoa, parti du bon côté.

L’Argentin s’est montré bien plus à son avantage quand, recevant un ballon remisé par Kamara, il le contrôla de la poitrine, le fit passer au-dessus de son adversaire d’un geste du pied gauche avant de le reprendre en un temps du droit, sur Ochoa.

Il restait cinq grosses minutes, plus les arrêts de jeu, quand tout le stade eut une grosse frayeur après une superbe volée de Ku-Dipietro de l’entrée du rectangle qui termina au fond des filets. Fou de joie, le remplaçant dut déchanter après que la juge de ligne lève son drapeau. Il y a tout lieu de la féliciter car au préalable sur l’action, Birnbaum était hors-jeu, ce qui était très difficile à voir.

Montréal a encore eu deux grosses occasions de doubler son avance dans les derniers instants, mais ces actions furent à l’image du dernier quart du match, auquel on peut donner l’image d’enfants sautant dans tous les sens dans un château gonflable, comparé à une première mi-temps beaucoup plus appliquée tant dans les gestes individuels que dans le collectif, aux airs d’un spectacle de fin d’année bien travaillé malgré quelques fausses notes.

La première possibilité fut consécutive à une montée de Corbo : il avait plusieurs solutions et même ses coéquipiers semblaient se demander laquelle il privilégierait. Il a finalement décidé de donner le ballon dans l’axe vers Kamara, malgré la présence de Birnbaum… qui a raté son intervention. Mais le contrôle fut difficile pour l’attaquant, le ballon bondissant a fini un rien top devant lui, et s’il a réussi à le toucher en se jetant, il l’a envoyé dans les nuages.

Dans les arrêts de jeu, Torres a profité de beaucoup d’espace sur la droite avant de glisser le ballon dans le dos d’une défense vraiment très haut. Kamara a surgi et bien qu’encore loin du but, il a précipité son geste et tiré immédiatement, à côté. On l’a connu plus inspiré et plus lucide.

Comme lors du dernier match au stade Saputo, Montréal s’est imposé avec un seul but d’avance face à un adversaire auquel il était pourtant largement supérieur. Mais il continue d’emmagasiner les points, alors que Philadelphie a perdu à Charlotte. Il peut donc encore espérer l’Union… mais devra compter sur l’aide de Toronto, qui se déplacera en Pennsylvanie lors de la dernière journée de la saison régulière. Entre temps, le Los Angeles FC pourrait s’assurer la première place du classement général en cas de victoire ce dimanche à Portland, et, en cas d’échec, pourra se reprendre la semaine suivante face à Nashville.

Montréal, lui, jouera la semaine prochaine à Miami qui est tout juste au-dessus de la ligne rouge à égalité de points avec Columbus, qu’il ne devance qu’au nombre de victoires. L’enjeu sera donc énorme pour les Floridiens, dont la saison se poursuivra à coup sûr en cas de succès. Mais il va sans dire que, sans même tenir compte du classement, les hommes de Wilfried Nancy voudront terminer la saison régulière par une répétition générale réussie afin d’entamer la phase finale dans les meilleures dispositions.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New York City1-3
Dimanche 23 octobre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3467
  2. Philadelphie3467
  3. MONTRÉAL3465
  4. Austin3456
  5. New York City3455
  6. New York3453
  7. Dallas3453
  8. LA Galaxy3450
  9. Nashville3450
10. Cincinnati3449
11. Minnesota3448
12. Miami3448
13. Orlando3448
14. Salt Lake3447
15. Portland3446
16. Columbus3446
17. Vancouver3443
18. Colorado3443
19. Charlotte3442
20. New England3442
21. Seattle3441
22. Kansas City3440
23. Atlanta3440
24. Chicago3439
25. Houston3436
26. San José3435
27. Toronto3434
28. DC United3427
► Classements complets

En direct du forum

28/11 - Sélection du Canada par fafane

27/11 - Qui reste, qui part ? par onze

23/11 - Belgique - Canada par onze

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto16 
 Mihailovic12 
 Kamara
 Kone
 Brault-Guillard
 Johnston
 Lappalainen
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 42 matches

1. Quioto
2. Piette
3. Kamara
4. Lappalainen
5. Mihailovic

► Détails

Quiz

Quand Montréal a-t-il gagné pour la première fois au Toronto FC ?

  • Le 22 juillet 2008, alors qu'il devenait champion du Canada sur le terrain de son ennemi
  • Le 18 octobre 2014, quand il a privé Toronto de phase finale
  • Le 27 août 2016
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com