Un court avantage bien mérité

Impact Montréal - Vancouver Whitecaps FC 1-0 – Match de Coupe du Canada joué le 18/07/2018

 Impact Media
MONTRÉAL : Diop, Petrasso (38e Raitala), Cabrera, Camacho, Lovitz, Piette, Taïder (86e M. Choinière), Krolicki, Silva, Vargas, Jackson-Hamel (71e Piatti)

VANCOUVER : Marinovic, Nerwinski, Maund, Lewis (73e Ibini), Shea, Ghazal, Techera, Teibert, Norman (71e Franklin), Mezquida, Blondell (59e Hurtado)

ARBITRE : M. Rudolf

AVERTISSEMENTS : Norman, Shea

LE BUT : 58e Silva (1-0)


Montréal a battu Vancouver 1-0 en demi-finale aller de la coupe du Canada. Silva a inscrit l’unique but du match dominé par l’équipe locale, qui a alterné les hauts et les bas mais a rarement été inquiétée et aurait pu terminer avec une avance plus confortable avant le match retour la semaine prochaine.

Pour ce match de coupe du Canada contre Vancouver, Rémi Garde a choisi de commencer avec une équipe mixte : Diop, Cabrera, Vargas et Jackson-Hamel étaient sur un terrain où l’on ne retrouvait pas Bush, Fanni, Raitala, Piatti et Mancosu. On ne parle pas du cas de Petrasso, puisque Duvall était sorti blessé contre San José samedi dernier. Pas de chance, ce fut aujourd’hui au tour de Petrasso d’être remplacé sur blessure, Raitala étalant encore sa polyvalence en jouant une bonne heure au poste d’arrière droit. Dans le camp d’en face aussi, quelques titulaires habituels manquaient à l’appel, notamment Davies, Reyna et Kei Kamara, mais là aussi, on peut davantage parler d’équipe mixte que d’équipe B.

Le match fut loin de certaines parodies auxquelles on avait assisté par le passé dans divers matches de coupe. Dès le coup d’envoi, Montréal a voulu asseoir sa domination mais de temps à autre, l’équipe se relâchait et laissait l’initiative à son adversaire. Cette irrégularité fut une de ses principales faiblesses de la soirée, tout comme un manque de poids à l’attaque, l’absence d’étincelle offensive venant souvent interrompre des actions plutôt intéressantes.

Du coup, en début de rencontre, Vancouver a tenté de se mettre en place derrière. Ce fut… inégal. L’entrejeu montréalais s’est souvent mis en évidence, mais faute de solution ou de bons choix devant, Marinovic ne fut pas inquiété avant un tir de Silva du coin droit du rectangle, qu’il dévia en corner. Diop, lui, avait déjà dû effectuer deux sorties intéressantes en anticipant devant Blondell et Shea.

Égaux à eux-mêmes, les visiteurs ont rapidement montré qu’ils n’étaient pas là pour faire le spectacle mais avaient bien l’intention d’exploiter les temps faibles de l’Impact. Ainsi, quelques minutes de relâchement avant le quart d’heure furent punies d’un débordement sur la gauche de Techera dont le centre imprécis arriva sur Lovitz qui le repoussa droit dans les pieds de Blondell. Heureusement, le Vénézuélien rata complètement son dernier geste et une occasion en or.

L’avertissement, sans frais, fut bien compris. Montréal se remit bien dans son match. Une rencontre marquée par de nombreux duels serrés, rarement musclés mais avec un engagement positif des joueurs locaux qui gagnaient même ceux qui semblaient les moins évidents. Défenseurs, médians et ailiers contribuaient chacun à leur manière, ce qui a valu quelques applaudissements du public et sûrement la satisfaction de l’entraîneur.

Reste qu’une fois de plus, dans la zone offensive adverse, il manquait le nécessaire pour faire la différence. Jackson-Hamel alternait le bon et le moins bon. Parfois, ce n’était pas simple non plus, comme la fois où il était entouré par trois joueurs, qui sont parvenus à le contrer mais pas à bien dégager : Taïder profita de ce ballon qui traînait plein axe pour tenter dans chance des 20 mètres, hors-cadre. Quatre minutes plus tard, après une nouvelle récupération dans l’axe du milieu, le ballon arriva rapidement à Jackson-Hamel en transitant par Taïder, mais l’attaquant tira au-dessus.

Montréal vivait ses meilleures minutes de la première mi-temps. On ne voyait jamais Vancouver aussi mal à l’aise que quand les joueurs locaux posaient leur jeu au plus près du but de Marinovic. On en eut l’illustration parfaite sur une action bien dessinée impliquant de nombreux joueurs – notamment Taïder et Krolicki, tout bons depuis le coup d’envoi – et ponctuée par un centre de Lovitz droit sur la tête de Jackson-Hamel dont la reprise placée heurta l'extérieur du premier poteau.

La bonne volonté de l’Impact ne faiblissait pas, mais son match demeurait inégal. Après ce temps fort, il y eut donc une baisse de régime. Traduite, surtout, par une exécution moins aboutie à certains endroits du terrain, et une baisse d’application. Ainsi, une action offensive mal négociée permit à Vancouver de se reconvertir offensivement, pas si rapidement que cela, mais l’Impact défendit mal collectivement, permettant à Techera d’envoyer un centre… repoussé par le cadre du but !

Le repos fut sifflé sur le score de 0-0, non sans que Silva, très inspiré par moments, ne nous offre un déboulé à toute vitesse sur le flanc droit suite à une récupération de balle, mais ne trouve personne à la réception de son centre.

La deuxième mi-temps commença comme la première : Montréal afficha directement ses intentions offensives, Vancouver l’attendait avec la ferme intention de lui faire payer la moindre erreur. Les visiteurs ont failli parvenir à leurs fins quand ils héritèrent d’un coup franc plein axe que Mezquida botta très bien mais un rien à la gauche du but de Diop.

Par moments, bien que dominateur, Montréal ne semblait pas trop savoir quelle stratégie adopter pour pousser son adversaire à la rupture. Ceux qui ont souvent vu Vancouver en MLS cette saison connaissent le paradoxe de cette équipe : elle tente de bien mettre en place sa défense et d’endormir son adversaire. Le piège, c’est le sommeil. Car quand Vancouver recule et fait face à une équipe qui pose le jeu, garde les yeux ouverts et l’enfonce, ça tourne souvent à la Berezina pour les hommes de Carl Robinson.

Et c’est bien ce genre de situation qui s’est produite peu avant l’heure de jeu. Ayant bien ses esprits, Montréal a réussi à s’installer en nombre haut dans le camp adverse. On a vu à quel point Vancouver détestait cela. Vargas, plein axe, a attiré des défenseurs. Le ballon a glissé vers la gauche en direction de Taïder qui a immédiatement vu que Silva avait coulissé à ses côtés sans que personne ne le suive. Il lui a cédé le ballon tout aussi vite : l’Uruguayen a eu tout le temps d’enchaîner un contrôle et un tir croisé bien placé (1-0).

Les minutes qui suivirent furent complètement folles. On eut d’abord droit à un mouvement sur la gauche, où le ballon glissa d’abord de Lovitz à Vargas, puis à Jackson-Hamel dont le tir à distance heurta le dessus de la transversale. Ensuite, ce fut un coup franc plein axe très rapidement joué vers la gauche qui permit à Lovitz de centrer vers Taïder dont la reprise de la tête fut repoussée par Marinovic, auteur là d’un arrêt de la plus haute importance. Enfin, un coup franc visiteur côté droit fut repris par Maund dont la dangereuse reprise de la tête échoua sur le toit du but. Tout cela en 120 secondes à peine !

Pendant une petite vingtaine de minutes, l’Impact a alors semblé chercher son souffle. Tiraillé entre l’envie de conforter son avance et celle de ne pas prendre de risque, il était confronté à un adversaire qui avait procédé à des changements dont le but semblait, dans un premier temps, de lui permettre d’avoir davantage le ballon… pour mieux fermer l’entrejeu, voire le match. Ce qui fait que malgré ce ralentissement montréalais, Vancouver ne s’est pas montré dangereux.

Les dix dernières minutes furent tout à l’avantage de l’équipe locale, qui retrouva le chemin des occasions. Sur un coup franc juste à côté de lui, Taïder reçut le ballon et eut tout le temps d’avancer et d’envoyer un tir flottant qui retomba un rien à l’extérieur du poteau gauche de Marinovic. L’Algérien fut aussi à la conclusion d’une accélération dans l’axe : servi par Piatti, il choisit de tenter sa chance mais face à un angle fermé et Nerwinski juste devant lui, il ne put qu’envoyer le ballon au-dessus.

Le score ne bougea plus : 1-0, un avantage mérité mais ténu avant le déplacement à Vancouver la semaine prochaine. Au vu de la physionomie de la rencontre, il aurait pu être plus large. Mais l’Impact peut aussi s’estimer heureux de ne pas avoir vu ses périodes de relâchement punies d’un but adverse. Sa défaite en tout début de saison à Vancouver n’est pas vraiment une référence : on a vu tant ce soir, avec des équipes mixtes, qu’en championnat avec tous les titulaires sur le terrain d’un côté comme de l’autre, que Montréal est, dans le jeu, supérieur à son adversaire. Reste que Vancouver peut parfois sortir de drôles de tours de son chapeau, notamment un opportunisme qui frise l’indécence. Il faudra donc être très appliqué au match retour et effectuer les bons choix afin de se qualifier pour la finale.

Calendrier

Prochain match

New England - Montréal
Dimanche 28 octobre, 16h30

Dernier match

Montréal - Toronto2-0
Dimanche 21 octobre, 15h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta3369
  2. New York3368
  3. Dallas3257
  4. Los Angeles FC3256
  5. Kansas City3256
  6. Seattle3253
  7. New York City3353
  8. Portland3251
  9. Philadelphie3350
10. DC United3350
11. Salt Lake3349
12. Columbus3348
13. MONTRÉAL3346
14. LA Galaxy3245
15. Vancouver3243
16. New England3338
17. Minnesota3236
18. Houston3235
19. Toronto3333
20. Chicago3331
21. Orlando3328
22. Colorado3227
23. San José3220
► Classements complets

En direct du forum

14h20 - Montréal - Toronto : l'homme de la saison par loupdogg

6h10 - MLS - saison 2018 par flying_dutchman

5h04 - "Hémorragie financière" pour l'IMFC par imfc132

23h55 - Montréal - Toronto : dimanche 21 octobre, 15h00 par Gabegeh

19/10 - Match à déterminer par Frankinho

18/10 - Montréal - Columbus : l'homme de la saison par Bxl Boy

18/10 - Selection canadienne par gold

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti16 
 Taïder
 Silva
 Vargas
 Mancosu
 Jackson-Hamel
 Edwards
 Amarikwa
 Camacho
 Sagna
 Lovitz
 Raitala
 Fanni
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 34 matches

1. Fanni
2. Piatti
3. Silva
4. Taïder
5. Bush

► Détails

Quiz

Quelle fut la raison principale évoquée par Joey Saputo lorsqu'il a démis Nick De Santis de ses fonctions de directeur sportif en 2014 ?

  • Faire passer De Santis dans le staff du FC Bologne
  • L'échec des gros transferts effectués par le club depuis son entrée en MLS
  • Le fait de choisir de sacrifier l'entraîneur et de garder intact l'effectif de la saison précédente
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com