Une première demi-heure fatale

Toronto FC - Impact Montréal 3-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 25/08/2018

TORONTO : Bono, Van der Wiel, Zavaleta, Moor, Morrow, Bradley, Delgado, Osorio, Vazquez (61e Morgan), Giovinco (73e Chapman), Janson (78e Ricketts)

MONTRÉAL : Bush, Sagna, Fanni, Camacho, Lovitz, Piette, Azira, Krolicki (46e Amarikwa), Silva (58e Vargas), Taïder, Piatti

ARBITRE : M. Geiger

AVERTISSEMENTS : Sagna

LES BUTS : 7e Giovinco (1-0), 22e Giovinco (2-0), 29e Osorio (3-0), 30e Silva (3-1)


Malgré un troisième quart d’heure riche en occasions, l’Impact a raté son rendez-vous à Toronto et s’est incliné 3-1 : rapidement mené 3-0, il a bénéficié d’un cadeau pour revenir à la marque à la demi-heure, ce qui a relancé un match dominé par les maladresses de deux équipes qui semblaient complètement avoir perdu leur football au retour des vestiaires.

Petite surprise au moment de l’annonce de la composition des équipes puisque Piatti commençait en pointe pour Montréal. Mancosu, blessé à l’entraînement cette semaine, était quand même en état de prendre place sur le banc. C’est Taïder qui prenait place sur le flanc gauche, alors qu’Azira était titularisé dans l’axe de l’entrejeu. En face, deux joueurs importants manquaient à l’appel : Altidore (suspendu) et Mavinga (blessé) mais le onze torontois avait bien plus fière allure qu’à de nombreuses reprises cette saison où les absents étaient bien plus nombreux.

Si Montréal a montré quelques belles intentions en début de match, c’est Toronto qui s’est illustré dès sa première attaque dangereuse. Bradley a tenté une ouverture vers la gauche : dévié par Piette, le ballon a surpris Fanni dont la relance de la tête en glissant s’est transformée en passe dont Sagna a été dépossédé par Morrow dès après son contrôle du ballon. Malgré les nombreux joueurs autour de lui, l’arrière gauche local est arrivé à lancer Giovinco dont l’appel et la course lui ont permis de se retrouver seul face à Bush, qu’il a facilement trompé (1-0).

Ce but d’ouverture a eu un effet pour le moins incompréhensible sur l’Impact, qui est soudainement tombé dans la passivité, voire la paralysie. La défense semblait aux abois, mais elle était très mal protégée par un entrejeu complètement dépassé. Toronto, lui, contrôlait facilement les débats sans toutefois créer beaucoup de danger. Cependant, plus les minutes passaient, plus on sentait la menace de l’équipe locale se préciser.

Et une fois qu’elle est devenue concrète, elle a fini au fond des filets. Sur le flanc gauche, Giovinco est rentré dans les 15 derniers mètres de l’Impact comme dans du beurre. Après avoir donné le ballon à Osorio dans les parages du poteau gauche de Bush, il est allé se placer sans être gêné. Son équipier lui a rendu le ballon et l’Italien a fini le travail en faisant 2-0.

On surveillait deux choses de plus près dans la défense lors de ce match. La deuxième sortie de Sagna sous le maillot montréalais, avec en face de lui un Morrow très prompt à monter haut. Et la façon dont Toronto arrivait à porter le ballon haut, faiblesse défensive de l’Impact depuis de nombreuses semaines, mais imperceptible face à Chicago, ce qui demandait confirmation. Le premier but est venu des pieds de Morrow, le second du flanc gauche avec Toronto jouissant de bien trop de libertés dans les quinze derniers mètres. Pas vraiment les réponses espérées…

Le deuxième but n’a pas réveillé l’Impact mais a donné des ailes à l’équipe locale, dont la domination se faisait plus pressante. Servi sur son flanc gauche par Osorio, Morrow a effacé Sagna et a envoyé un tir cadré mais trop mou pour inquiéter Bush. Ce n’était que partie remise. Quelques instants plus tard, recevant un ballon de Giovinco dans l’axe, Janson a bénéficié d’un contre favorable qui lui a permis de lancer Osorio, auteur du 3-0.

Montréal semblait KO. Mais Toronto a péché par facilité. Auteur d’un relâchement coupable juste après le but, Bradley a offert un cadeau à Taïder qui a lancé Silva sur la droite : l’Uruguayen a tenté une puissante frappe en un temps qui n’a laissé aucune chance à Bono. 3-1, le match était-il relancé ?

On a rapidement eu une réponse positive : en fin de première mi-temps, Montréal en a fait voir de toutes les couleurs à son adversaire. Alors qu’Osorio était au sol après avoir été touché par un tir puissant, Montréal a, légitimement et logiquement, continué de jouer. Distrait, Toronto a complètement oublié Taïder, à la réception d’un centre de Sagna. Il a marqué, mais le but n’a pas compté puisque le drapeau était levé, une décision juste.

À l’image de son capitaine, l’entrejeu torontois était trop souvent nonchalant, alors que les Montréalais avaient retrouvé du mordant. C’est ainsi que Piatti reçut un ballon dont il a fait bon usage en lançant Taïder seul face à Bono. Le Montréalais a devancé le gardien local, mais le ballon, légèrement dévié, a fini à côté. Toronto a peiné à dégager le corner, et Delgado a commis une faute qui a provoqué un coup franc bien placé que Silva a envoyé sur l’angle du but !

La pression de Montréal ne retombait pas. Une frappe de loin de Silva était mal repoussée par Bono dans les pieds de Taïder, qui a glissé le ballon à Krolicki, auteur d’une conclusion on ne peut plus facile. Un but justement annulé car l’Algérien était hors-jeu au moment de la frappe initiale. Reste que Toronto l’échappait belle !

Même si l’équipe locale souffrait, quand elle voyait une possibilité de se montrer dangereuse, elle ne la laissait pas passer. Morrow a ainsi une fois de plus réussi à partir haut sur son flanc gauche et à envoyer un bon centre qui est passé tout juste au-dessus de Janson, parfaitement placé.

La deuxième mi-temps a été pour le moins bizarre. La formule d’Olivier Brett sur Twitter la résume parfaitement : “Deux équipes qui se battent contre elles-mêmes et un ballon.” Montréal tentait de revenir à la marque, mais avec bien moins de précision qu’avant la pause. Toronto essayait de contenir son adversaire, et continuait de vouloir amener le danger quand c’était possible. Sauf que les maladresses se sont multipliées dans les deux camps.

Les rares occasions étaient pour Montréal, dont les défenseurs centraux empêchaient l’équipe locale de rendre leurs actions dangereuses, à une exception près : Toronto a aussi eu son but annulé, inscrit par Janson sur une passe de Giovinco dont le hors-jeu a été signalé très tardivement.

Le laxisme défensif dans l’axe de l’entrejeu torontois était toujours bien présent. Taïder en a profité pour avancer sans peine et envoyer un tir de loin que Bono a difficilement maîtrisé, davantage en raison de sa fébrilité que de la qualité de l’envoi.

Alors que Piatti était dans un mauvais jour, l’autre joueur désigné de l’IMFC était dans tous les bons coups, bien épaulé par Silva auteur de nombreux gestes ô combien productifs, mais d’autres, moins visibles… mais surtout moins précis. Cette fois, son centre est rentré dans la première catégorie : il est arrivé sur la tête de Taïder, qui s’était parfaitement infiltré mais dont la reprise est passée au-dessus.

L’action la plus dangereuse de Piatti a été une suite de dribbles dans l’axe ponctuée par un essai à distance quelque peu écrasé et hors-cadre. On rejouait depuis 20 minutes. Il s’en est passé quasiment autant avant l’occasion suivante, ce qui montre bien toute la peine que l’Impact a éprouvée à créer le danger.

Montréal a quand même tenté le tout pour le tout dans les dix dernières minutes. Ce fut un peu mieux, mais à peine. Assez, toutefois, pour parler de possibilités de but, dont certaines n’étaient que des demi-occasions. Comme quand Morrow a dévié un centre convoité par Taïder, en embuscade, après un bon travail d’Amarikwa sur la droite du rectangle.

À cinq minutes de la fin, Bono a enfin dû effectuer son premier arrêt difficile de la deuxième mi-temps, ce qui en dit long sur la domination stérile de l’Impact. Le centre de Sagna était repris par Amarikwa en direction du premier poteau, où le portier local, souvent fébrile au cours de la soirée, réussissait cette fois une belle intervention.

On notera aussi un centre de la droite de Fanni qu’Amarikwa a repris d’un geste acrobatique, mais le ballon a fini dans les nuages.

En face, ce n’était guère mieux. Souvent à la construction, mais aussi à la conclusion les rares fois où Toronto en avait la possibilité. Comme quand dans les arrêts de jeu, Bradley a envoyé un bon coup franc vers Ricketts et Osorio qui avaient tous deux devancé la défense. Si le premier nommé était le mieux placé, son coéquipier lui a coupé l’herbe sous le pied mais a raté une reprise qui aurait au moins dû obliger Bush à effectuer un arrêt difficile.

La dernière action de la rencontre fut elle aussi illustrée par un raté, la sortie de Bono, mais il faut reconnaître que ce sont les beaux gestes qui l’ont marquée. Monté, Camacho a eu un geste d’attaquant en envoyant le ballon vers le but, mais au prix d’un superbe retour, Moor a sauvé à même la ligne.

L’Impact voulait porter un coup fatal à son rival dans la lutte pour les places en phase finale. C’est finalement à lui-même qu’il s’est fait mal : non seulement en raison de la défaite qui a relancé son adversaire, mais aussi en raison d’une prestation d’ensemble qui confirme, si besoin était nécessaire, que quand les joueurs qui portent l’équipe ne sont pas dans le coup ou sont bien maîtrisés par l’adversaire, l’effectif est trop léger pour trouver les solutions pour s’en sortir.

Soyons honnêtes : l’IMFC a cette année une équipe moyenne, avec beaucoup de limites, mais qui a un très grand potentiel quand tout le monde est à son meilleur. Sauf que ça ne peut pas arriver tout le temps. Les mauvais jours non plus. À ce stade de la saison, prolonger celle-ci au-delà des 34 matches reste parfaitement envisageable. Il faut toutefois trouver le moyen de reprendre le dessus, face à des adversaires qui connaissent de mieux en mieux les forces et faiblesses de l’Impact. New York sera le prochain, au stade Saputo. Une équipe coriace, mais aux prestations irrégulières ces dernières semaines et face à qui une victoire serait excellente pour le moral.

Calendrier

Prochain match

Montréal - New York City
Samedi 22 septembre, 19h30

Dernier match

Philadelphie - Montréal1-4
Samedi 15 septembre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta2857
  2. New York2956
  3. Kansas City2851
  4. Dallas2850
  5. New York City2949
  6. Los Angeles FC2847
  7. Salt Lake2945
  8. Seattle2744
  9. Portland2844
10. Columbus2844
11. Philadelphie2840
12. Vancouver2840
13. MONTRÉAL2939
14. LA Galaxy2938
15. DC United2835
16. New England2834
17. Houston2831
18. Minnesota2830
19. Toronto2830
20. Chicago2827
21. Orlando2824
22. Colorado2824
23. San José2820
► Classements complets

En direct du forum

21h45 - MLS - saison 2018 par gold

18h51 - Philadelphie - Montréal : l'homme de la saison par deba2012

8h55 - Rémi Garde, nouvel entraineur pour 2018 par Yota

17/9 - Montréal - New York : l'homme de la saison par Bxl Boy

17/9 - Revue de presse 2018 par mad72

16/9 - Philadelphie - Montréal : samedi 15 septembre, 19h30 par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti13 
 Taïder
 Silva
 Vargas
 Mancosu
 Jackson-Hamel
 Edwards
 Sagna
 Amarikwa
 Lovitz
 Raitala
 Fanni
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 30 matches

1. Fanni
2. Piatti
3. Taïder
4. Silva
5. Piette

► Détails

Quiz

Combien de rencontres officielles Montréal a-t-il joué durant la saison 2015 ?

  • 37
  • 43
  • 47
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com