Pas de doute mais des solutions

Impact Montréal - Colorado Rapids 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 07/07/2018

MONTRÉAL : Bush, Duvall, Fanni, Raitala, Lovitz, Piette, Taïder (78e Shome), Krolicki, Silva, Piatti, Mancosu (67e Jackson-Hamel)

COLORADO : Howard, Wynne, Wilson, Sjöberg, Smith, Ford, Price, Blomberg (87e Gashi), Mason (70e McBean), Nicholson, Boli (50e Badji)

ARBITRE : M. Chapman

AVERTISSEMENT : Wilson

LES BUTS : 55e Taïder (1-0), 56e Taïder (2-0), 78e Badji


Dominateur de bout en bout face à un adversaire clairement venu jouer le 0-0, Montréal s’est imposé 2-1 contre Colorado grâce à deux buts de Taïder inscrits en autant de minutes, qui ont aussi exploité les principales failles des visiteurs qui, en d’autres temps, auraient semé le doute dans les esprits de l’Impact.

Colorado a dévoilé ses cartes immédiatement : un 5-4-1 en béton armé. Les visiteurs étaient venus pour un point, et ça se voyait. On pouvait même qualifier de miracle les moments où trois de leurs joueurs passaient la ligne médiane. Un nouveau scénario pour l’Impact, qui lors de sa bonne série récente a fait face à des adverses parfois organisés (comme Kansas City) mais en tout cas toujours joueurs.

Là, il fallait tenter de percer un coffre-fort. Bon, un coffre-fort de bas de tableau, mais comme tout coffre-fort, il faut pour commencer un certain temps afin de chercher le système qui révélera la bonne combinaison. L’Impact a surtout tenté la construction, avec de nombreux centres, qui étaient rarement la solution face à un adversaire bien regroupé.

D’autres essais ont été un peu plus fructueux, donnant des occasions. D’abord le coup de pied arrêté : un coup franc, aussi mal jugé par la défense que par Howard, qui est arrivé au deuxième poteau où Raitala a tenté de le remiser, envoyant le ballon… sur le poteau, et causant une grosse frayeur aux visiteurs qui, dans l’ensemble, ont quand même bien négocié les phases arrêtées contre eux.

Autre méthode, alléchante contre un bloc évoluant aussi bas : le tir de loin. Avec, dans l’équation, une action individuelle pour s’ouvrir une porte. Il fut l’œuvre de Silva qui, après un effort personnel, s’est mis sur son pied gauche et a tenté un tir enroulé vers le côté opposé du but. Hors-cadre. C’était quand même difficile à reproduire face à un double rideau défensif quand celui-ci tenait l’Impact loin du but d’Howard.

Il ne fallait pas attendre les failles dans ce double-rideau, mais les créer. Bien entendu, pour être efficace, il fallait exploiter les endroits les plus fragiles. Un peu comme le froid en hiver, qui cherche par quel endroit de votre cadre de fenêtre passer pour rentrer chez vous. À Colorado, souvent, c’était du côté de l’axial droit (Ford), qui s’était fait prendre quelques fois hors-position, ou s’était laissé attirer en suivant un montréalais, ouvrant ainsi un espace.

C’est de ce genre d’espace dont profita Mancosu pour s’infiltrer au petit rectangle et reprendre de la tête un beau centre de la droite. Au-dessus, mais c’était peut-être l’occasion de la première mi-temps qui pouvait le mieux servir d’exemple à suivre pour la suite.

Bon, il y avait aussi l’offrande adverse. La plus belle fut une passe en retrait de Nicholson droit dans les pieds de Piatti, qui a tenté un tir de loin mais envoyé un ballon facile pour Howard. Reste que, sans être de tels cadeaux, Colorado perdait des ballons en raison de faiblesses techniques, et cela aurait été exploitable par l’équipe locale.

Quelques minutes plus tôt, une bonne récupération de Piette est arrivée à l’entrée du rectangle en deux passes plein axe : ça s’est ensuite refermé, mais il y avait là aussi une idée à exploiter. Sauf que pour profiter des ballons perdus par l’adversaire, il fallait le lui laisser un petit peu (et le laisser prendre faussement confiance, tout en le maintenant loin du but de Bush), ce que l’Impact se refusait à faire comme en témoignent ses plus de 70% de possession de balle pendant l’essentiel des débats.

En réalité, le principal tort de l’équipe a longtemps été d’abuser de centres qui n’arrivaient pas. On en eut quelques beaux exemples en début de deuxième mi-temps. Après que l’un d’entre eux ait encore traversé tout le rectangle sans trouver preneur, Taïder, côté gauche, a tenté un nouveau tir de loin, écrasé.

Et puis, ce qui devait arriver arriva. Ce moment-clef où une équipe qui défend en bloc se dit que, pourquoi pas, elle pourrait mettre le nez à la fenêtre. On rejouait depuis dix minutes, Colorado a eu la mauvaise idée de se dégarnir. Montréal a changé, mais faut pas déconner non plus : il a toujours quelques habitudes de contre-attaque dévastatrice profondément ancrées. Lancé en profondeur légèrement décalé sur la gauche (tiens, tiens, toujours cet espace de faiblesse des visiteurs), Mancosu a foncé au but avant de tirer à côté.

Oui mais voilà, Colorado était toujours dans sa minute dilettante et s’est complètement fourvoyé sur le coup de pied de but. Une perte de balle illustrant bien que les reconversions rapides (aller semer le danger dans les instants qui mènent à une récupération du ballon) ne sont pas seulement des contres et peuvent partir de très haut. C’est une grosse faiblesse de Colorado : Silva et Taïder, le premier à la distribution, le second à la finition, ne se sont pas fait prier pour en profiter (1-0).

Une minute plus tard, la faille de Colorado qui était apparue au grand jour aux yeux de tous depuis le début du match a fini par céder. Silva a donné à Piatti, légèrement rentré dans le jeu sur son côté gauche, attirant avec lui un défenseur (probablement Ford, mais il faudrait vérifier) qui a laissé une brèche à sa position. Taïder, sur sa lancée, ne s’est pas privé de s’y engouffrer avant de conclure et d’inscrire son deuxième but en à peine plus de 60 secondes (2-0) !

Venu pour un point, Colorado n’avait plus tellement de répondant, proposant comme seule solution la vitesse de Badji, rapidement dégoûté par le sens du placement de Fanni. Dès lors, l’issue de la rencontre ne semblait plus vraiment faire de doute, sauf catastrophe. La seule question semblait alors de savoir si Montréal trouverait encore le fond des filets.

Cela faillit se produire sur un ballon piqué de Mancosu derrière la défense en direction de Krolicki qui a tendu la jambe en hauteur et en souplesse pour dévier un ballon qu’Howard a difficilement capté en deux temps. Taïder a aussi envoyé un tir tendu de loin, hors-cadre. Et il y eut ce bel effort de Piatti plein axe, ponctué par un service sur sa droite vers Jackson-Hamel dont la reprise en un temps fut repoussée par Howard.

Colorado ne montrait rien mais ne perdait pas espoir. Cela se voyait à l’attitude des joueurs à la moindre once de demi-occasion qui se présentait à eux. Ça allait rarement bien loin. Mais une distraction de l’Impact sur coup franc a relancé le match. Le ballon envoyé au deuxième poteau a été repoussé une première fois avant de revenir et de passer entre les jambes de Duvall pour arriver à Badji, à qui il a suffi de prolonger le ballon au fond des filets de Bush (2-1).

Requinqué par ce but un peu sorti de nulle part, Colorado a pris davantage de risques (sans tomber dans la démesure non plus, faut pas exagérer). D’ailleurs, il a rapidement failli être refroidi par un contre dessiné par Silva et Krolicki, et conclu par Jackson-Hamel qui s’est trop déporté sur sa droite et fut réduit à tenter un tir d’un angle fermé qu’Howard dévia en corner.

Montréal avait rangé au placard imprudences et distraction, et les moments les plus intenses des dernières minutes furent l’une ou l’autre phase confuse dans le rectangle d’Howard, sur lesquelles la défense parvint toujours à se dégager avant qu’il n’y ait une occasion réel, mais non sans crainte.

Le résultat peut paraître étriqué, mais la victoire de Montréal ne souffre aucune contestation. Colorado a des problèmes en perte de balle, et a dressé un mur où il y avait une faille. Les hommes de Rémi Garde ont tiré profité de ces deux faiblesses pour marquer leurs deux buts, alors que celui encaissé en fin de match sera sans conséquence et pourra servir de piqûre de rappel.

Au cours des saisons écoulées, quand l’Impact semblait sur la bonne voie, il a souvent buté sur une équipe théoriquement plus faible qui dressait un mur devant lui, le replongeant dans le doute. Si Colorado a quand même semblé très inoffensif, Montréal n’est quand même pas tombé dans le piège et a remporté les trois points, qui par le passé étaient tout sauf gagnés d’avance. De quoi se déplacer en milieu de semaine à New York City avec le plein de confiance.

Calendrier

Prochain match

New England - Montréal
Dimanche 28 octobre, 16h30

Dernier match

Montréal - Toronto2-0
Dimanche 21 octobre, 15h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta3369
  2. New York3368
  3. Dallas3257
  4. Los Angeles FC3256
  5. Kansas City3256
  6. Seattle3253
  7. New York City3353
  8. Portland3251
  9. Philadelphie3350
10. DC United3350
11. Salt Lake3349
12. Columbus3348
13. MONTRÉAL3346
14. LA Galaxy3245
15. Vancouver3243
16. New England3338
17. Minnesota3236
18. Houston3235
19. Toronto3333
20. Chicago3331
21. Orlando3328
22. Colorado3227
23. San José3220
► Classements complets

En direct du forum

14h20 - Montréal - Toronto : l'homme de la saison par loupdogg

6h10 - MLS - saison 2018 par flying_dutchman

5h04 - "Hémorragie financière" pour l'IMFC par imfc132

23h55 - Montréal - Toronto : dimanche 21 octobre, 15h00 par Gabegeh

19/10 - Match à déterminer par Frankinho

18/10 - Montréal - Columbus : l'homme de la saison par Bxl Boy

18/10 - Selection canadienne par gold

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti16 
 Taïder
 Silva
 Vargas
 Mancosu
 Jackson-Hamel
 Edwards
 Amarikwa
 Camacho
 Sagna
 Lovitz
 Raitala
 Fanni
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 34 matches

1. Fanni
2. Piatti
3. Silva
4. Taïder
5. Bush

► Détails

Quiz

Combien de saisons l'Impact a-t-il disputées au complexe Claude Robillard ?

  • 13
  • 14
  • 15
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com