Le soir des premières, surtout désagréables

Impact Montréal - Colorado Rapids 3-4 – Match de championnat (phase classique) joué le 29/06/2013

MONTRÉAL : Perkins, Camara, Nesta, Ferrari, Brovsky, Bernier, Pisanu (58e Arnaud), Felipe, Romero (67e Smith), Di Vaio, Paponi (84e Wenger)

COLORADO : Irwin, Mullan (81e Wynne), Moor, Mera, Klute, Thomas, Sturgis, Harris, Powers, LaBrocca (74e Brown), Buddle (89e Cascio)

ARBITRE : M. Fischer

AVERTISSEMENTS : Mera, LaBrocca, Brovsky

LES BUTS : 24e Harris (0-1), 38e Camara (1-1), 42e Paponi (2-1), 59e Powers (2-2), 72e Paponi (3-2), 77e Brown (3-3), 90e Cascio (3-4)


On aurait aimé retenir les deux buts marqués par Paponi, ses premiers en championnat, mais ce sont d’autres premières qui ont scellé cette défaite contre Colorado, la première de l’Impact à domicile cette saison : un premier but encaissé de la tête, et un premier but encaissé venant du flanc droit. Ajoutez-y trop de latitude laissée à l’adversaire et un réveil trop tardif, et vous avez un 3-4 aussi décevant que spectaculaire.

Paradoxalement, alors que l’équipe tente généralement de faire le jeu même quand elle ne devrait pas, l’Impact a commencé le match en laissant le contrôle du ballon à son adversaire, qui passait beaucoup de temps dans le camp montréalais. D’autant plus paradoxal que Colorado est une des moins bonnes équipes en reconversion rapide dont, en plus, tous les buts marqués en contre cette saison avaient impliqué Brown (source Vision du Jeu), qui n’était pas sur le terrain.

Dans un premier temps, les visiteurs ont quand même éprouvé bien du mal à inquiéter Perkins et les occasions étaient montréalaises, toujours sur du jeu rapide. Ainsi, sur un contre, Di Vaio entre trois défenseurs est parvenu à envoyer le premier tir dangereux de la soirée, contré. Le buteur italien y est ensuite allé d’un bel effort personnel : décalé sur la gauche, il est entré dans le rectangle avant de finir son action personnelle d’une frappe trop écrasée. Une minute plus tard, il ponctua un mouvement entamé par Camara et passé par Pisanu d’une reprise croquée, mais qui mérite mention d’autant plus que l’attaquant était en déséquilibre.

Malgré ces possibilités intéressantes, l’Impact laissait toujours un peu trop jouer son adversaire. Ce dont ce dernier ne se plaignait pas, lui qui n’aime pas quand ça va vite, mais qui aime poser son jeu et profiter des phases arrêtées. Klute a profité de cette latitude pour inquiéter Perkins pour la première fois de la soirée, mais il a tiré droit sur le portier local qui était bien placé.

On venait de passer la moitié de la première période, et une belle série allait prendre fin. Powers envoya un coup franc plein axe droit sur la tête d'Harris, qui sauta plus haut que tout le monde, notamment que son garde-chiourme Camara, et prolongea le ballon au fond des filets (0-1). C’était le premier but encaissé de la tête cette saison par les Montréalais, qui étaient jusqu’alors les seuls en MLS à encore ne pas avoir perdu leur pucelage crânien.

Ce but a complètement assommé l’Impact qui a commencé à jouer comme à Columbus, éprouvant les pires difficultés à conserver le ballon. Les visiteurs sont passés tout près du break suite à un centre de Klute sur la tête de Sturgis complètement seul au cœur du rectangle, mais heureusement sa reprise n’était pas cadrée.

Un des points faibles de Colorado, ce sont les corners. On a compris pourquoi en voyant Irwin sortir sur un premier corner et boxer le ballon maladroitement. À sept minutes du repos, il vint concurrencer Zac MacMath (Philadelphie) en passant complètement à côté du ballon sur un coup de coin qui se transforma en tergiversation monumentale dans le rectangle jusqu’à ce que Camara, couché à terre avec la tête plus proche du but que les pieds, ne tente un rétro avec le ballon qui volait au-dessus de lui. Quelle idée brillante : le geste était parfait, et les deux équipes à égalité (1-1).

Il n’a pas fallu attendre longtemps avant de voir un nouveau but. Il aurait pu être pour Colorado. Un centre d’Harris était repris du droit par Buddle qui tira sur la latte. Mais il est tombé du côté montréalais. Une passe au sol de 50 mètres, plein axe, de Nesta arriva à Di Vaio qui servit Paponi. Plus prompt que Mullan et Moor, il envoya un superbe tir brossé hors de portée d’Irwin (2-1).

On peut dire que les Montréalais s’en sortaient bien, mais jouissant de cette avance, ils étaient en position de force au moment d’entamer la deuxième mi-temps, à condition de bien la gérer, c’est-à-dire en privant leur adversaire de ballon et en ne concédant pas de coups de pieds arrêtés, sans évidemment prendre de risques inutiles.

À vrai dire, on a repris en mode très mineur, avec un rythme qui, s’il s’était prolongé pendant toute la deuxième mi-temps, aurait endormi tout le monde, mais aurait rapporté trois points. Ce n’était toutefois pas la marche à suivre, car il était évident que ça ne durerait pas 45 minutes comme ça. D’autant que, comme stipulé plus tôt, Colorado n’aime pas quand ça va vite… C’était donc essentiellement à son avantage, et il en tira profit juste avant l’heure de jeu quand un centre de la droite signé Sturgis arriva à Powers plus prompt que tous les montréalais en train de se regarder dans le rectangle et dont la reprise en un temps fit 2-2.

Il fallut attendre le milieu de la deuxième mi-temps pour que Montréal parvienne enfin à faire reculer son adversaire à la hauteur à laquelle il aurait dû le forcer à jouer dès l’entable des débats. Et soudain, cela chauffa bien davantage devant le but visiteur. Camara reprit ainsi un centre de la gauche d’une volée très pure mais aussi franchement trop croisée.

Ce n’était que partie remise. Un centre trop puissant de la droite venu des pieds de Felipe arrive à Arnaud de l’autre côté du but. À peine monté au jeu, le capitaine, de retour après une longue absence en raison d’une commotion cérébrale, donna un ballon en retrait vers Paponi dont la reprise ne laissa aucune chance à Irwin. 3-2, cette fois il ne fallait plus laisser échapper le match.

Mais la joie fut de courte durée. Harris gagna un duel pour le moins musclé avec Paponi, qui se trouva au sol, et céda le ballon à Brown, dont le tir fut contré mais passa quand même à travers la défense pour aller en direction de Klute, côté gauche. Son centre arriva à Brown qui avait très bien suivi - contrairement à l’arrière-garde montréalaise - et justifia la confiance que son entraîneur avait placée en lui en le faisant monter au jeu trois minutes plus tôt (3-3). Après un premier but de la tête, voilà que Montréal encaissait pour la première fois cette saison un but qui avait pour origine son flanc droit.

Dès l’égalisation, Montréal commença à pousser tant et plus. Colorado était au bord de la rupture. Un centre de Brovsky fut repris en un temps par Paponi juste à côté. Di Vaio ponctua un sprint côté droit d’une talonnade en direction de Felipe, qui tira droit sur Irwin. Ce dernier dut ensuite sortir à l’entrée de son rectangle pour gêner Wenger qui arrivait seul face à lui et provoquer un corner, repris au-dessus par une tête signée Camara. Tout le stade espérait la victoire mais le pressing, aussi intense soit-il, était trop tardif.

Et dans les toutes dernières secondes, ce fut la douche froide. Un corner dégagé par les visiteurs arriva dans les pieds d’Arnaud qui se fit chiper le ballon par Klute, ce qui lança les visiteurs en contre à deux contre un. L’autre était Brown, seule lueur d’espoir cette saison pour Colorado en reconversion rapide. Mais il ne reçut jamais le ballon, la passe de Klute étant tellement molle que Bernier put se jeter pour la contrer. Sauf que le ballon arriva dans les pieds de Cascio, qui avait suivi sans être tenu par le moindre montréalais (pourtant Smith et Arnaud étaient revenus dare-dare). Cette fois, il ne laissa pas filer l’occasion et sa puissante frappe mit Perkins et tous les supporters locaux à terre (3-4).

Ainsi, Montréal a concédé sa première défaite à domicile. Sans diminuer les mérites des visiteurs, elle est imputable à l’Impact, qui n’a pas su exploiter les faiblesses de son adversaire et lui a même permis de jouer de la façon qui lui réussit le mieux. Les erreurs inhabituelles n’ont pas été compensées par le réveil trop tardif et alors qu’il aurait déjà dû avoir scellé le sort du match, Montréal courait encore après la victoire et a trébuché dans les dernières secondes pour achever gueule en terre cette soirée de tristes premières.

Calendrier

Prochain match

Pachuca - Montréal
Mardi 24 février, 22h00

Dernier match

Montréal - DC United1-1
Samedi 25 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Seattle3464
  2. LA Galaxy3461
  3. DC United 3459
  4. Salt Lake 3456
  5. New England 3455
  6. Dallas 3454
  7. Columbus3452
  8. New York3450
  9. Vancouver3450
10. Kansas City 3449
11. Portland3449
12. Philadelphie3442
13. Toronto 3441
14. Houston3439
15. Chicago3436
16. Chivas USA 3433
17. Colorado3432
18. San José 3430
19. MONTRÉAL3428
► Classements complets

En direct du forum

5h32 - Transferts 2015 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par Gabegeh

3h49 - Texte appelant à plus de réalisme chez les supporters par J

1h59 - Revue de presse 2014 par Bxl Boy

0h23 - Trophée des Champions au Stade Saputo, 2 août 2015 par gbagrami

23h06 - Phase finale de la saison 2014 - Coupe MLS par Istream

22/11 - Salaires IMFC/MLS par Frankinho

22/11 - Ligue des Champions CONCACAF 2014-2015 par bad seed

21/11 - Le meilleur et le pire de la saison 2014 en MLS par Danny Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Di Vaio13 
 McInerney11 
 Romero
 Piatti
 Felipe Martins
 Duka
 Tissot
 Mallace
 Camara
 Brovsky
 Wenger
 Nyassi
 Bernier
 Mapp
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 42 matches

1. Romero
2. Di Vaio
3. Bernier
4. Camara
5. Ferrari

► Détails

Quiz

Qui furent les trois buteurs de l’Impact lors des finales APSL et USL respectivement en 1994 et 2004 ?

  • Jean Harbor, Mauricio Vincello et Mauro Biello
  • Jean Harbor, Mauricio Vincello et Fred Commodore
  • Mauro Biello, Eduardo Sebrango et Fred Commodore
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com