Bojan Krkic, nouveau numéro 9 de l’IMFC

Publié le 7 août 2019

Son nom circulait avec insistance comme principal renfort de ce mercato estival, la piste s’est précisée quand Stoke a officialisé son départ et est devenue une quasi-certitude ce lundi soir lorsqu’un supporter s’est pris en photo avec lui à Dorval : c’est désormais confirmé par le club, Bojan Krkic a signé à l’Impact de Montréal.

Krkic, qui fêtera ses 29 ans à la fin du mois, a signé pour une saison et demie, avec options pour 2021 et 2022. Milieu offensif, il portera le numéro 9. Après avoir salué son talent et son passage dans “de très grands clubs parmi les plus mythiques au monde”, Rémi Garde a souligné que “ses capacités offensives pour faire jouer les autres ou pour marquer seront d'une aide précieuse pour la fin de la saison.”

Formé au FC Barcelone, auquel il s’est affilié dès l’âge de 9 ans, Bojan y a effectué ses débuts professionnels à 17 ans. Les comparaisons avec Lionel Messi, alors son coéquipier, fusent de toutes parts en raison de sa précocité et de son talent : débuts, et/ou des buts, en championnat, en Ligue des champions et en équipe nationale, assortis de divers titres au sein d’un Barça qui est alors sur le toit du monde et a développé une nouvelle pépite promise à une brillante carrière.

C’est toutefois loin d’être un conte de fées : aux côtés des grandes vedettes que sont Iniesta, Xavi et consorts, le jeune espoir a bien dû mal à porter sur ses frêles épaules les énormes attentes placées en lui. Il en fait même des crises d’angoisse, et demande de ne pas participer à l’Euro 2008. Au début, on pense que c’est lié à l’accumulation d’efforts de ce jeune qui se consacre 100% à son sport, au calendrier qui devient démentiel. Mais c’est bien plus que cela.

Après quatre saisons en équipe première du Barça (et 41 buts en 163 rencontres toutes compétitions confondues), il doit changer d’air. Direction l’AS Rome, avec un transfert assorti de diverses clauses qui pourraient le ramener sur le chemin de la Catalogne. Il passe deux ans en Italie : la première dans la capitale, la seconde à l’AC Milan. Si ses stats (notamment de buts marqués) ne sont pas mauvaises, elles restent très mitigées pour un joueur de son talent, qui participe à de nombreuses rencontres mais le plus souvent en montant au jeu en cours de match.

Personne ne le retient en Italie, il repart donc à Barcelone, mais désire avoir davantage de temps de jeu. Il est dès lors immédiatement prêté à l’Ajax Amsterdam pour la saison 2013/14. Auteur de 4 buts et de 3 passes décisives en championnat (rajoutez-en deux de chaque dans les autres compétitions), il remporte le titre avec les Ajacides mais ne s’éternise pas aux Pays-Bas.

Il prend alors la route de Stoke, avec qui il est resté sous contrat lors des cinq dernières saisons. Il se fait remarquer dès ses débuts grâce à ses qualités naturelles avant de fléchir après quelques semaines : selon son entraîneur, il faut lui laisser le temps de s’adapter au jeu anglais. Habitués à des footballeurs qui n’ont pas le style le plus académique, les supporters adoptent rapidement Bojan, et louent ses qualités tant sur le terrain qu’en dehors.

Le mariage commence à devenir sérieux, et la carrière de l’Espagnol paraît relancée jusqu’au 15 janvier 2015, où une blessure au genou l’oblige à sortir du match de Coupe d’Angleterre qui oppose Stoke à Rochdale. À l’écart des terrains pendant six mois, il peine à retrouver son niveau la saison suivante. Le club lui témoigne sa confiance en lui offrant un nouveau contrat jusqu’en 2020, mais son temps de jeu diminue au fil de la saison : comme par le passé, il retrouve le rôle de joker venu du banc.

Rarement titulaire au cours de la demi-saison qui suit, Bojan veut une nouvelle fois passer davantage de minutes sur le terrain et fait part de son désir d’évoluer sous d’autres cieux. Il est dès lors prêté tour à tour à Mayence et à Alavès : il participe à 26 rencontres en un an et demi entre janvier 2017 et juin 2018, se contentant de deux buts et d’une passe décisive avant de revenir à Stoke, entre temps relégué en D2 anglaise, pour une dernière saison du même acabit (21 matches pour 8 titularisations et 735 minutes de jeu lors desquelles il a marqué un seul but).

Sans jamais avoir été un grand finisseur, dans ses meilleurs jours, Bojan alternait avec succès les buts en jeu posé et en jeu rapide, construits tant dans la zone proche du but adverse qu’à 30-40 mètres de celui-ci. S’il a marqué quelques buts de la tête, c’est le jeu au sol - l’école barcelonaise - qui recueillait ses faveurs, qu’il s’agisse de centres au cordeau où de passes plein axe pour le lancer seul face au gardien adverse. Si on se concentre sur sa période à Stoke (y compris les prêts par le club anglais), hormis le fait qu’il marquait souvent sur penalty, rien ne se dégage vraiment de l’analyse de ses buts.

Vu qu’il a souvent été remplaçant, on ne se surprendra pas de savoir que c’est dans la dernière demi-heure qu’il a le plus souvent été décisif, tant comme pourvoyeur que comme buteur. Malgré tout, depuis de nombreuses années, ses passes décisives sont bien plus rares que ses buts. Les plus récurrentes sont venues quand il était reculé côté droit, envoyant de bons centres au point de penalty pour la tête de ses partenaires. C’est d’ailleurs de ce flanc (et non de l’axe) qu’il a offert le plus de buts à ses coéquipiers depuis son départ d’Espagne.

Difficile, dès lors, de savoir comment il s’intégrera au onze de Rémi Garde, quel rôle il recevra et à quel point il sera efficace à la dernière passe ou à la finition. Certains joueurs, plus ou moins connus avant de traverser l’Atlantique, ont vu leur carrière s’emballer en MLS, dont ils sont devenus des valeurs sûres alors que rien ne le garantissait à leur arrivée. C’est évidemment tout ce qu’on espère à Borjan sous le maillot de Montréal.

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3472
  2. New York City3464
  3. Atlanta3458
  4. Seattle3456
  5. Philadelphie3455
  6. Salt Lake3453
  7. Minnesota3453
  8. LA Galaxy3451
  9. Toronto3450
10. DC United3450
11. Portland3449
12. New York3448
13. Dallas3448
14. New England3445
15. San José3444
16. Colorado3442
17. Chicago3442
18. MONTRÉAL3441
19. Houston3440
20. Kansas City3438
21. Columbus3438
22. Orlando3437
23. Vancouver3434
24. FC Cincinnati3424
► Classements complets

En direct du forum

17h34 - Phase finale de la Coupe MLS 2019 par Pouchkine

19/10 - Entraîneur 2020 par Polio

18/10 - Ligue des nations par costarg

18/10 - Processus de recrutement organisés par la MLS par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 40 matches

1. Okwonkwo
2. Piette
3. Sagna
4. Taïder
5. Urruti

► Détails

Quiz

Avec les nombreux transferts effectués en 2007, on avait demandé d'être patient et de laisser le temps aux nouveaux de s'adapter. Pourtant...

  • La sauce a pris tout de suite et l'équipe a été performante du début à la fin de la saison
  • Portant rien : les premiers matches ont en effet été difficiles et après quelques semaines, l'équipe tournait à plein régime
  • L'équipe a très bien commencé la saison, c'est ensuite que la machine s'est enrayée
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com