Débuts de mi-temps salvateurs

CF Montréal - Vancouver Whitecaps FC 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 16/04/2022

 CF Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Breza, Waterman, Camacho, Miller, Johnston, Wanyama, Koné, Lappalainen, Ibrahim (74e Hamdi), Mihailovic, Quioto (63e Kamara)

VANCOUVER : Hasal, Blackmon (74e Gutierrez), Veselinovic (88e Ricketts), Nerwinski, Brown (57e Raposo), Teibert, Berhalter (57e Baldisimo), Dajome, Gauld (43e Vite), White, Caicedo (46e Cavallini)

ARBITRE : M. Saghafi

AVERTISSEMENTS : Berhalter, Brown, Johnston, Koné, Veselinovic, Vite, Hamdi

LES BUTS : 1re Mihailovic (1-0), 47e Quioto (2-0), 65e White (2-1)


Des buts de Mihailovic une minute après le coup d’envoi et de Quioto deux minutes après le début de la deuxième mi-temps ont permis à Montréal de s’imposer 2-1 contre Vancouver, qui avait bien cru égaliser dans les arrêts de jeu. Si la victoire est méritée, les joueurs locaux n’ont pas été suffisamment menaçants et ont laissé la possibilité à leur adversaire de revenir dans le match pour causer une très mauvaise surprise.

On prend presque les mêmes et on recommence : hormis Quioto, désormais apte à jouer, qui prenait la place de Kamara, Wilfried Nancy conservait les titulaires du match gagné à New York.

Et dès les premiers instants, l’équipe poursuivait sur son élan : Lappalainen récupérait un dégagement approximatif et servit Mihailovic qui, après s’être enfoncé, a voulu décaler Koné en bonne position à une vingtaine de mètres du but. Sa passe était un peu trop appuyée, mais l’action a pu se poursuivre vers la droite, d’où Johnston a trouvé Mihailovic qui, sans ballon, avait poursuivi son infiltration et se retrouver face à Hasal, qu’il trompa d’une volée (1-0).

La suite, jusqu’à la demi-heure, fut quelque peu particulière. Certes, Vancouver pointait de temps à autre le nez dans les 20 derniers mètres montréalais et la défense dut gérer quelques ballons chauds, sans réel danger toutefois. Car en réalité, cette rencontre était alors à sens unique en faveur de l’équipe locale, pour qui ça ressemblait à un entraînement. Un peu trop, peut-être.

À un point tel que les occasions ont été trop rares. Mais à côté de cela, on voyait des éléments intéressants, que le match permettait. Par exemple, un Lappalainen (dont le vis-à-vis Brown était pour le moins faiblard) très impliqué tant offensivement que défensivement, un Wanyama égal à lui-même, un Koné qui pouvait prendre à son aise ses marques au stade Saputo ou un Mihailovic n’hésitant pas à jouer plus bas, et parfois à y rester, ce qui semblait lui donner un meilleur rendement “hors faits saillants”.

La demi-heure - moment où Vancouver a souvent piqué du nez jusqu’en fin de première mi-temps depuis le début de la saison - a donné l’illusion que la balance, qui penchait déjà dans le jeu, allait aussi pencher davantage au marquoir. On eut coup sur coup droit à un tir de loin d’Ibrahim, capté par Hasal bien placé, et à un une-deux sur la gauche du rectangle entre Mihailovic et Quioto, dont le centre-tir, bien qu’hors-cadre, était dangereux.

Mais au lieu d’insister, Montréal s’est alors mis au niveau de son adversaire, qui a pu passer davantage de temps en zone simili-dangereuse, ne parvenant toutefois à rien de mieux qu’à accumuler quelques corners. On vit dans le même temps quelques flammèches dans les parages d’Hasal, qui ne dut cependant pas s’employer outre-mesure.

La deuxième mi-temps a commencé comme la première : une errance défensive de Vancouver laissant de l’espace à Mihailovic pour s’enfoncer. Cette fois, il a donné un bon ballon dans les pieds d’Ibrahim et, encore, poursuivi sa course. Son partenaire lui a remis le ballon immédiatement et tout le monde s’attendait à voir ce une-deux ponctué d’un tir… sauf le principal intéressé et Quioto, qui a reçu le ballon dans une défense devenue spectatrice trompée, cette fois par le Hondurien, pour la deuxième fois de la soirée (2-0).

Mais la suite ne fut à nouveau pas emballante, les deux buts d’écart n’aidant en rien. On eut quand même droit à une simili-occasion quand Wanyama trouva un intervalle pour servir Lappalainen sur la gauche du rectangle : la tentative de tir enroulé du Finlandais finit loin du cadre.

Aux alentours de l’heure de jeu, les Montréalais décidèrent de défendre leurs deux buts d’avance, laissant l’initiative à un adversaire qui prenait du poil de la bête. Ce n’était toujours pas hyper reluisant, mais il y avait du mieux… et ça n’a pas tardé à payer.

Sur un corner, Cavallini a tenté un retourné acrobatique mais… est passé complètement à travers son geste. Le ballon a poursuivi sa course vers White et, alors que la défense montréalaise était complètement surprise, le buteur visiteur a relancé le match (2-1).

Mais malgré la bonne volonté visiteuse, on aura au moins autant remarqué la motivation d’Hamdi, très impliqué dès que le ballon était dans sa zone après sa montée au jeu, que craint l’égalisation dont, longtemps, on ne s’est jamais davantage approché que lors d’un tir mou de Dajome droit dans les mains de Breza.

On eut quand même une énorme frayeur en fin de match quand Ricketts, en plus sixième changement visiteur (autorisé par la MLS qui permet deux remplacements supplémentaires pour cause de commotion cérébrale) égalisa dans les arrêts de jeu sur un centre de Teibert… avant que la VAR n’annule le but pour hors-jeu.

Certes, sur les 90 minutes, Montréal était meilleur que Vancouver et n’a certainement pas usurpé sa victoire. Mais devoir se réjouir d’un but adverse annulé de justesse dans les arrêts de jeu pour sauver deux points ne donne pas de raisons de pavoiser. Malgré sa supériorité, l’équipe locale s’est créé bien trop peu d’occasions et a, heureusement, été très efficace, sans toutefois parvenir à se mettre à l’abri d’une mauvaise surprise, de laquelle on n’est pas passé loin.

Sur un point plus positif, pendant de grands pans du match, les hommes de Wilfried Nancy ont pu développer leur jeu et l’entraîneur aura certainement de nombreux passages à regarder en détails pour analyser ce dont il est satisfait et les points à travailler à l’entraînement. Des bases très intéressantes pour faire progresser l’équipe dont le prochain rendez-vous est fixé à Philadelphie samedi prochain.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Montréal - PLSQ
Vendredi 3 février, 17h00

Dernier match

Montréal - New York City1-3
Dimanche 23 octobre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Columbus00
  2. Chicago00
  3. Dallas00
  4. New York00
  5. New England00
  6. DC United00
  7. San José00
  8. Kansas City00
  9. Salt Lake00
10. LA Galaxy00
11. Houston00
12. Colorado00
13. Toronto00
14. Seattle00
15. MONTRÉAL00
16. Philadelphie00
17. Minnesota00
18. Orlando00
19. Portland00
20. Vancouver00
21. New York City00
22. Cincinnati00
23. Atlanta00
24. Los Angeles FC00
25. Nashville00
26. Miami00
27. Austin00
28. Charlotte00
29. Saint-Louis00
► Classements complets

En direct du forum

7h10 - Diffusion - saison 2023 par Bxl Boy

30/1 - Chinonso Offor par loupdogg

26/1 - Joaquin Torres par Bxl Boy

23/1 - Leagues Cup 2023 par Kleinjj

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2022

 Quioto16 
 Mihailovic12 
 Kamara
 Kone
 Brault-Guillard
 Johnston
 Lappalainen
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

Transferts

ARRIVÉES

Sirois (Valour FC), Herrera (Salt Lake), Campbell (Atlanta), Iliadis (Panathinaikos B), Rea (Valour FC), Assi (Cavalry FC), Offor (Zulte-Waregem)

DÉPARTS

Breza (Carrarese), Bassong (FC Arges), Mihailovic (AZ), Kone (Watford), Torres (Philadelphie), Giraldo (?), Johnsen (Cambuur), Johnston (Celtic Glasgow), Corbo (Bologne), Ferdinand (?)

► Détails

Quiz

Avant de se joindre à Montréal en 2002, Eduardo Sebrango a joué pour trois formations différentes. Lesquelles ?

  • Rochester, Minnesota, Hershey
  • Rochester, Richmond, Charleston
  • Vancouver, Rochester, Hershey
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com