Quioto et Montréal le méritaient

CF Montréal - Toronto FC 1-0 – Match de Coupe du Canada joué le 21/11/2021

 CF Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Breza, Waterman, Camacho, Miller, Brault-Guillard (60e Bassong), Wanyama, Hamdi, Choinière, Torres (72e Lappalainen), Mihailovic, Quioto (78e Piette)

TORONTO : Westberg, Laryea, Mavinga, Dunn, Bradley, Delgado, Okello (78e Perruzza), Osorio, Shaffelburg (78e De Leon), Pozuelo (16e Achara), Dwyer (78e Soteldo)

ARBITRE : M. Gantar

AVERTISSEMENTS : Torres, Laryea, Delgado, Soteldo

LE BUT : 72e Quioto (1-0)


Montréal a remporté la finale de la Coupe du Canada 1-0 contre Toronto, un victoire qui le qualifie pour la Ligue des champions 2022 sur un score qui ne reflète pas une rencontre à sens unique marquée par un duel Quioto - Westberg longtemps maîtrisé par le gardien visiteur avant que le Hondurien ne trouve la faille.

Pour ce match de la plus haute importance, Wilfried Nancy alignait évidemment ce qu’il considère comme son meilleur onze en fonction des forces disponibles (si Toye n’était pas blessé, par exemple, ce serait différent). On notera donc qu’il a préféré Breza à Pantemis, Waterman à Struna et Hamdi à Piette. Johnson n’était même pas sur le banc, tout comme Altidore dans le camp torontois où Pozuelo était titulaire et Soteldo remplaçant. C’est Dwyer qui y commençait le match en pointe.

Un match dont les premiers instants ont failli se transformer en feu d’artifice : on jouait depuis onze secondes à peine quand Westberg devait effectuer une très bonne sortie pour remporter un face-à-face avec Quioto, lancé seul face à lui par une superbe ouverture de Torres.

La suite ne fut pas aussi explosive : on eut droit à un long round d’observation, légèrement dominé par Montréal, et dont les faits saillants furent un centre de chaque côté qui traversa le petit rectangle sans joueur offensif pour l’envoyer au fond des filets. Faits saillants dans le jeu, dira-t-on, parce que le moment qu’on retiendra est la sortie sur blessure de Pozuelo au quart d’heure. De quoi encore amocher une équipe torontoise bien abîmée, comme le prouvent les titularisations des jeunes Dunn ou Okello, de même que le positionnement de Bradley en défense centrale.

On venait de passer la moitié de la première mi-temps que Choinière, bénéficiant de beaucoup de latitude sur la gauche, profita de tout le temps à sa disposition pour choisir son geste en envoyant une passe subtile dans la course de Quioto, qu’il avait parfaitement lue. Passant derrière Bradley, le Hondurien fut le premier sur le ballon et choisit de le prolonger vers le poteau à sa droite sans toutefois suffisamment redresser sa course pour qu’il soit cadré.

Si la circulation de balle montréalaise était intéressante, ça manquait de liant dans le dernier tiers pour construire des actions dangereuses. Le troisième quart d’heure fut d’abord une longue possession stérile, avec deux tirs de loin (Miller au-dessus, Hamdi contré) pour faire illusion. Mais cette domination avait le mérite d’épuiser certaines ressources torontoises, notamment en défense centrale.

Avant le repos, Quioto a profité de mauvaises lectures du jeu pour créer deux occasions tombées de nulle part, mais Westberg fut à chaque fois très solide pour l’empêcher de trouver le fond des filets. Cela dit, le fait que le Hondurien crée ces occasions à lui seul et ait été l’unique montréalais à menacer le but adverse avant le repos illustrait les points à améliorer au vestiaire.

À la 41e, alors qu’il était côté gauche, il se rendit rapidement compte qu’il devait se débrouiller tout seul. Il a commencé par rentrer dans le jeu, compris que l’angle qu’essayait de boucher Bradley ne l’empêchait absolument pas d’aller vers le but, et frappé entre Westberg et son premier poteau mais, une fois de plus solide, le portier visiteur a préservé ses filets d’une très belle intervention.

La dernière occasion avant le repos fut consécutive à un long ballon vers l’entrée du rectangle où le fils du désormais ex-entraîneur du LAFC se fit une nouvelle fois mystifier par l’international hondurien qui, lors de sa reprise, eut la mauvaise surprise de voir que Westberg était déjà sorti à sa rencontre, ce qui lui permit de contrer sa frappe.

La deuxième mi-temps a commencé comme la première, avec une occasion à peine le ballon mis en jeu. On soulignera le mérite de Miller, qui l’a empêché de sortir en touche, ce dont a profité Mihailovic pour lancer Quioto sur la gauche. L’attaquant a tenté sa chance d’un angle fermé et son tir a été dévié.

La suite fut cependant bien différente de l’entame de la rencontre : la domination montréalaise était bien plus pressante, et on ne comptait plus les situations chaudes dans le rectangle ni les corners. À peine Toronto avait-il dégagé que Montréal récupérait le ballon et ramenait le danger.

Les occasions ne reposaient plus sur le seul Quioto, il y avait du poids devant et Toronto en avait plein les pieds. Westberg s’est encore illustré quand il a sorti un bon réflexe pour détourner un ballon envoyé vers son but par un de ses coéquipiers qui avait dévié un centre de Mihailovic, haut sur le côté droit du rectangle.

Juste après l’heure de jeu, on passa une bonne minute de folie dans le rectangle torontois, où le ballon allait et venait ; à peine sorti, il y entrait à nouveau, et passait d’un côté à l’autre. Les visiteurs ne savaient plus où donner de la tête. Avec deux occasions à la clef : une frappe de Torres contrée mais surtout un tir de Wanyama sur la transversale !

Si le ballon avait été quelques centimètres plus bas, rien ne dit que Westberg était battu. Et le gardien visiteur continuait de se mettre en évidence, cette fois en plongeant à sa droite pour repousser un tir de loin, assez central cela dit, de Mihailovic.

Mais il allait bientôt devoir s’avouer vaincu. Tout a commencé par une superbe ouverture de Camacho vers Quioto sur la gauche. Le portier français a mal évalué la décision à prendre : le temps qu’il s’en rende compte et tente de se racheter, son adversaire avait déjà vu qu’il était mal positionné sur la droite de son petit rectangle et placé un lob qui est allé se loger dans le côté opposé du but. 1-0… enfin, se dira le buteur du jour, qui a sans cesse remis l’ouvrage sur le métier et trouvé la faille face à celui qui, jusque-là, était son bourreau du jour.

Et Toronto là-dedans ? Après le centre qui n’a trouvé personne en début de match, il a fallu attendre la 86e minute pour avoir un semblant de frayeur, quand Breza a dû cueillir un centre de la gauche d’Achara qui aurait pu être bien exploité. On est évidemment loin, très loin, des occasions montréalaises, mais c’est tout ce que les visiteurs ont eu à offrir de dangereux jusque-là…

Mais après n’avoir rien montré pendant quasiment 90 minutes, Toronto est passé à deux doigts du hold-up, qu’il a lui-même complètement raté. Voyant un long ballon pour De Leon, Breza lui est sorti dans les pieds : il l’a contré, mais était hors-position alors qu’Achara trouvait Perruzza seul au deuxième poteau… sur lequel le remplaçant torontois a tiré avec une incroyable maladresse !

Toronto a alors enfin décidé de presser. Mais c’était trop peu, trop tard. Montréal souffrait, était acculé à son but et se donnait de l’air comme il pouvait. Histoire de mettre un peu de suspense dans cette rencontre qui a été à sens unique pendant 95% du temps.

Le soulagement et la joie furent palpables au moment du coup de sifflet final. Le verdict de cette finale est cependant on ne peut plus logique, l’écart aurait même pu être bien plus large. Montréal a pu soulever la Coupe des Voyageurs - pour rappel, c’est le nom du trophée offert au vainqueur de la coupe du Canada - ce qui enrichit son palmarès et, surtout, le qualifie pour la Ligue des champions 2022. En espérant un tirage exotique et un long parcours !

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Orlando - Montréal
Dimanche 27 février, 13h00

Dernier match

Montréal - Toronto1-0
Dimanche 21 novembre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. New England3473
  2. Colorado3461
  3. Seattle3460
  4. Kansas City3458
  5. Portland3455
  6. Philadelphie3454
  7. Nashville3454
  8. New York City3451
  9. Orlando3451
10. Atlanta3451
11. Minnesota3449
12. Vancouver3449
13. Salt Lake3448
14. LA Galaxy3448
15. New York3448
16. DC United3447
17. Columbus3447
18. MONTRÉAL3446
19. Los Angeles FC3445
20. Miami3441
21. San José3441
22. Chicago3434
23. Dallas3433
24. Austin3431
25. Houston3430
26. Toronto3428
27. Cincinnati3420
► Classements complets

En direct du forum

2/12 - Bilans de saison par Bxl Boy

2/12 - Qui reste, qui part ? par penz

2/12 - Toronto - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto
 Toye
 Torres
 Mihailovic
 Ibrahim
 Camacho
 Tabla
 Miljevic
 Hamdi
 Choinière
 Johnsen
 Brault-Guillard
 Wanyama
 Struna
 Piette
 Lappalainen
 Miller
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 37 matches

1. Camacho
2. Mihailovic
3. Choinière
4. Wanyama
5. Torres

► Détails

Quiz

La deuxième saison de Montréal en MLS a été marquée par un scénario particulier : lequel ?

  • Un départ catastrophique puis une remontée spectaculaire en fin de saison
  • Un départ difficile, une remontée en tête du classement à la mi-saison puis un effondrement dans les dernières semaines
  • Des débuts en fanfare mais une fin de saison très difficile, avec une qualification pour la phase finale obtenue in extremis
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com