Montréal tourne l’Union en bourrique

Philadelphia Union - Impact Montréal 1-4 – Match de championnat (phase classique) joué le 15/09/2018

PHILADELPHIE : Blake, Rosenberry, Elliott, Trusty, Gaddis, Bedoya, Medunjanin, Dockal (72e Jones), Sapong (64e Herbers), Picault, Burke (80e Accam)

MONTRÉAL : Bush, Sagna, Fanni, Camacho, Lovitz, Piette, Azira, Taïder (87e Krolicki), Silva, Piatti (80e Jackson-Hamel), Amarikwa (71e Raitala)

ARBITRE : M. Villarreal

AVERTISSEMENTS : Silva, Elliott, Burke

LES BUTS : 11e Trusty (1-0), 30e Silva (1-1), 39e Taïder (1-2), 63e Amarikwa (1-3), 77e Silva (1-4)


Après avoir ouvert la marque contre le cours du jeu, Philadelphie semblait avoir pris le contrôle du match et se trouver en bonne position pour s’imposer. C’était sans compter sur un Montréal appliqué derrière et profitant de la moindre erreur adverse pour retourner la situation et s’imposer avec un score aussi impressionnant, 1-4, que sa manière d’arriver à ne pas être inquiété après avoir pris l’avance au marquoir.

Montréal abordait ce déplacement à Philadelphie avec ce qui semble son onze de base (quoique Raitala pourrait y entrer) et dans d’excellentes dispositions. Tout le monde sait que l’équipe locale aime faire le jeu : le meilleur moyen de l’en empêcher est de la priver de ballon, car elle éprouve alors parfois bien des difficultés à trouver un plan B. Et ce fut la physionomie de l’entame de la rencontre

La première occasion était, en toute logique, montréalaise : Sagna envoyait un centre bondissant vers Piatti dont la reprise en un temps, pas aussi facile qu’elle n’y paraissait, a fini dans les nuages. Malgré ces dix bonnes premières minutes, le rythme de l’Impact en possession de balle était trop constant pour déstabiliser la défense adverse.

Lors de sa première incursion sérieuse dans le camp adverse, Philadelphie a fait mouche. Un corner de Dockal trouvait Trusty dont la tête décroisée est allée se loger à l’intérieur du poteau droit de Bush : c’était 1-0, contre le cours du jeu.

Dès cet instant, Philadelphie s’est installé dans le match et, par moments, monopolisait le ballon. Sans réellement créer le danger toutefois : le rythme et la pression n’étaient pas énormes, même si on sentait de temps à autre l’étau se resserrer autour d’un Impact alors dans ses petits souliers.

Mais à la demi-heure, tout a basculé après une action bizarre. Alors que le juge de ligne avait le ballon sous les yeux, il accorda un corner fantôme à l’Union, très mal négocié par cette dernière. Cela a permis à Montréal de repartir en contre. Piatti a lancé Silva seul face à Blake, dont la sortie loin de son domaine a laissé des portes ouvertes où pousser le ballon, que l’Uruguayen a envoyé au fond des filets (1-1).

Philadelphie a voulu continuer sur son élan offensif, mais se compliquait la vie en raison de plusieurs pertes de balle inutiles et relances approximatives. L’une d’elles, un mauvais dégagement de la tête, est arrivée à Lovitz dont la tentative de loin déviée est passée à côté.

Dès lors, les échanges s’équilibraient. Philadelphie ne parvenant déjà pas à se montrer dangereux dans ses meilleurs moments n’arrivait pas davantage à menacer Bush. Parmi les Montréalais se mettant en valeur, Azira, malgré son rôle discret et pas toujours facile à apprécier devant un écran, protégeait très bien son arrière-garde, apportant un vrai plus au jeu défensif de l’entrejeu.

Mais il brillait aussi à la relance et fut à l’origine du deuxième but. Au milieu de son camp, il envoya un long ballon précis vers Piatti côté gauche. L’Argentin le glissa à Amarikwa : dos au but à l’entrée du rectangle, l’attaquant parvint à se retourner et à envoyer un tir de loin, repoussé difficilement par Blake. Taïder avait parfaitement suivi et, seul face au gardien local, a fait passer les chiffres à 1-2.

Dès le retour des vestiaires, on a compris que Philadelphie avait la ferme intention de contrôler le ballon. Il est arrivé à ses fins… mais encore une fois, le manque de rythme et les nombreuses imprécisions l’empêchaient de s’approcher dangereusement du but de Bush. La meilleure occasion fut pour Picault qui, de son flanc gauche, est rentré dans le jeu avant d’envoyer une frappe de loin droit sur le portier montréalais.

Reconnaissons quand même le principal mérite de Philadelphie : le ballon tournait bien. Très bien même… Mais en fait, il ne faisait que tourner, et le jeu de l’Union tournait en rond. L’équipe locale avait sa part de responsabilité dans cet état de fait, mais sa tâche était aussi compliquée par la bonne mise en place défensive des hommes de Rémi Garde. Le principal tort de l’Union était de ne pas arriver à dynamiser la rencontre. Et quand elle a levé le pied quelques instants à l’heure de jeu, elle s’est endormie l’espace de quelques instants.

Ceux-ci ont suffi à Montréal pour en profiter. Sur la gauche, Piatti a vu qu’il y avait beaucoup d’espace dans le dos de la défense et a lancé Lovitz, qui a pu filer quasiment jusqu’à la ligne de fond avant de glisser un centre au cordeau repris en un temps par Amarikwa avant de finir au fond des filets après une déviation de Trusty (1-3).

Le scénario n’a pas changé jusqu’au coup de sifflet final. Le score bien. Avec un but aux airs de déjà vu : une reconversion rapide conclue victorieusement par Silva, seul face à Blake (1-4). Avant cela, l’Uruguayen avait traversé quasiment un demi-terrain et cédé le ballon à Piatti, qui avait bien suivi le mouvement avant de rendre le ballon à son compère sous les yeux désorientés des rares défenseurs qui étaient revenus.

Allez, terminons quand même par un mouvement de Philadelphie qui s’est, enfin, terminé par un tir quelque peu intéressant : signé Picault, il était quand même assez écrasé et Bush a pu capter le ballon sans problème.

Sans dire, loin de là, que Montréal ne mérite pas sa victoire, l’écart au marquoir ne reflète quand même pas l’allure du match. Les deux équipes y ont eu leurs bons et leurs mauvais moments. Mais dans ses temps faibles, l’IMFC a été collectivement à la hauteur défensivement. Alors que dans le camp d’en face, il y a eu des erreurs dont un Montréal opportuniste a su profiter.

Le résultat, les chiffres et l’élan de l’équipe ont évidemment de quoi gonfler le moral, tout comme le fait de s’imposer à l’extérieur sur le terrain d’un concurrent direct. Au stade Saputo la semaine prochaine, l’adversaire sera bien mieux classé… mais en moins bonne forme puisque New York City n’avance plus depuis plusieurs semaines. De quoi continuer à engranger des points on ne peut plus précieux.

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Orlando - Montréal1-0
Samedi 25 juillet, 20h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Columbus513
  2. Kansas City512
  3. Minnesota511
  4. Portland510
  5. Los Angeles FC59
  6. Toronto59
  7. San José58
  8. Orlando58
  9. Seattle58
10. Philadelphie58
11. MONTRÉAL57
12. Colorado57
13. New York57
14. Vancouver56
15. Cincinnati56
16. Atlanta56
17. New England56
18. Salt Lake56
19. DC United55
20. Chicago54
21. Dallas24
22. New York City53
23. Houston53
24. LA Galaxy52
25. Miami50
26. Nashville20
► Classements complets

En direct du forum

14h01 - Reprise en MLS par penz

4/8 - Orlando - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

4/8 - Émission Coup Franc : saison 2020 par Bxl Boy

3/8 - Coupe du Canada 2020 par Daniel

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder
 Urruti
 Quioto
 Okwonkwo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 9 matches

1. Quioto
2. Diop
3. Binks
4. Urruti
5. Brault-Guillard

► Détails

Quiz

En dix-huit saisons pré-MLS, de 1993 à 2011, combien de fois l’Impact a marqué plus de buts qu’il n'en a encaissés en phase régulière ?

  • 15
  • 17
  • 13
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com