Deux points perdus dans la canicule

CF Montréal - Inter Miami CF 2-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 06/08/2022

 CF Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Pantemis, Waterman (89e Choinière), Camacho, Miller, Johnston, Wanyama (89e Miljevic), Piette, Lappalainen, Mihailovic, Quioto (69e Kamara), Toye (60e Torres)

MIAMI : Callender, Yedlin, Mabika (78e Ulloa), Saylor, McVe, Mota (56e Vassilev), Gregore, Duke, Pozuelo (69e Lassiter), Taylor (56e Jones), Higuain (69e Rodriguez)

ARBITRE : M. Stott

AVERTISSEMENTS : Waterman

LES BUTS : 5e Quioto (1-0), 6e Higuain (1-1), 21e Quioto (pen., 2-1), 79e Rodriguez (2-2)


Largement dominateur pendant 90 minutes d’un match joué dans une chaleur suffocante face à Miami, Montréal a pourtant concédé un nul 2-2 en raison de sa difficulté à se créer des occasions franches pendant une bonne partie du match et d’erreurs défensives coûteuses. Un accident de parcours qui suscite certaines interrogations, sans toutefois tomber dans les grosses inquiétudes.

Ce retour à domicile coïncidait aussi avec le retour de ce qu’on commence à considérer comme le onze de base de Wilfried Nancy, celui qui avait commencé le match de samedi dernier contre New York City. L’équipe de Phil Neville avait aussi joué en milieu de semaine, à San José, et effectuait trois changements par rapport aux titulaires de ce déplacement victorieux en Californie, dont Leonardo Campana qui était sorti blessé.

Contre un adversaire qui commence généralement très mal ses rencontres, on pouvait s’attendre à un début en fanfare de Montréal, qui a déjà souvent marqué très tôt au stade Saputo cette saison. Les gens bloqués dans la (longue) file à l’entrée du stade (elle était déjà énorme à 18h) ont donc raté une action limpide, lors de laquelle Waterman et Piette ont eu tout le temps de combiner au milieu de leur camp avant que le deuxième nommé n’envoie un centre très travaillé au deuxième poteau où a surgi Quioto pour ouvrir la marque (1-0).

Une joie cependant de courte durée. Il faut dire que jusque-là, même si c’était bien bref, l’adversaire n’avait pas fait forte impression. Il a quand même quelques joueurs de qualité, et le relâchement après le but leur a donné le loisir de s’exprimer. Ainsi, une action en toute verticalité a permis à Duke de trouver Pozuelo, qui a laissé parler sa qualité de passe pour lancer Higuain dont le sens du but n’a pas tout à fait disparu (1-1).

Un accident de parcours comme en témoigne la reprise de contrôle de Montréal par la suite. On ne jouait que dans un camp et Piette a bien failli être à l’origine d’un second but quand son centre, toujours bien dosé, n’a pas pu être prolongé dans le but par Toye. McVey, en pleine extension dans son duel, a vu le ballon arriver sur le haut de son bras. Volontaire ? Tout sauf sûr. Mais avec le nouveau règlement qui stipule qu’il y a faute si le bras du joueur qui touche le ballon augmente la surface de son corps, le penalty ne faisait aucun doute. Et même si Callender a choisi le bon côté, Quioto ne lui a laissé aucune chance (2-1).

Alors, certes, on pouvait se dire qu’après l’égalisation, Miami avait décidé de laisser la direction des opérations, se disant que ce point était déjà le bienvenu. On a vite compris que la situation au marquoir n’avait aucun lien avec ce que pouvaient (on ne dirait même pas voulaient, car le choix de la physionomie des échanges était entièrement de la volonté montréalaise) les visiteurs. Qui ont continué de subir, mais quand même été menaçants sur un tir de loin d’Higuain, peu au-dessus.

Malgré sa domination, Montréal peinait néanmoins à se créer des occasions (attention à ce que ça ne devienne pas une fâcheuse habitude). Et peu après la demi-heure, Higuain et Gregore sont partis en contre. La situation était très intéressante, mais au moment de rendre le ballon à l’Argentin, le dernier nommé a on ne peut plus maladroitement raté sa passe.

Il a fallu attendre d’arriver à 5 minutes du repos pour enfin vibrer à nouveau, sur un centre de Johnston complètement raté par un défenseur, ce que Toye n’a malheureusement pas su exploiter. Quand on en vient à s’extasier sur un ballon qui passe devant tout le monde sans être touché et que c’est, en dehors des buts, l’action la plus dangereuse en 20 minutes de large domination, il y a de quoi s’interroger sur le déficit de créativité, surtout quand dans les autres aspects du jeu, l’écart entre les deux équipes est pour le moins marqué.

Faute d’action collective pour créer le danger, on a pu compter sur une belle inspiration individuelle de Miller, qui a envoyé un centre pour le moins inattendu, sauf par Quioto qui avait bien anticipé au premier poteau sans toutefois parvenir à cadrer sa reprise de la tête. Mais au retour aux vestiaires, l’écart d’un but était léger au vu de la domination montréalaise sans partage… ce à quoi les Floridiens rétorqueront qu’au décompte des occasions, le constat était bien différent.

Sans surprise, Montréal est remonté sur le terrain avec les meilleures intentions du monde. Ce qui déboucha rapidement sur deux corners consécutifs, dont un fut repris par Miller d’une puissante frappe de la tête trop croisée.

Après l’inspiration individuelle et la phase arrêtée, l’erreur adverse : en bout de course sur la droite, Wanyama a envoyé un ballon vers le rectangle, hyper mal contrôlé par McVey (décidément, après le penalty…), ce que Toye a très bien exploité d’une reprise en un temps bien placée, obligeant Callender à intervenir. Quelques instants plus tard, Mihailovic y allait de son action personnelle sur la gauche du rectangle avant de décocher un tir sur lequel le portier visiteur a dû se montrer très attentif.

Si dans le collectif, le jeu posé montréalais n’était pas forcément plus fructueux, l’intensité avec laquelle l’équipe était remontée sur le terrain pesait lourd dans la balance, mettait Miami dans les cordes et permettait de générer du danger de différentes manières.

Cela dit, l’écart n’était toujours que d’un but et les Floridiens, bien que peu présents dans les parages du but montréalais, n’avaient pas froid aux yeux quand l’occasion se présentait. Plus bel exemple, cette tentative de corner direct de Mota, obligeant Pantemis à le détourner d’une claquette. Sur le coup de coin suivant, il n’eut aucune peine à arrêter la tentative à distance de Gregore.

À l’heure de jeu, Wilfried Nancy a revu ses plans, sortant Toye pour Torres, et peuplant davantage l’avant-dernière ligne offensive. Une minute plus tard, un très beau mouvement permit d’isoler Lappalainen sur la gauche du rectangle mais, malgré tout l’espace autour de lui, il rata son contrôle. Cela dit, c’était un prélude à une domination montréalaise encore plus forte. Miami en avait plein les pieds et si Callender n’était pas sollicité, les actions montréalaises poussaient désormais ses équipiers dans leurs derniers retranchements.

Un rythme malheureusement difficile à tenir, tant en raison du bal des changements qui le brisait que de la chaleur suffocante qui mettait les organismes à rude épreuve. Des conditions qui rendent les efforts physiques accomplis par certains joueurs (on pense par exemple à Piette, complètement cuit en fin de match) réellement impressionnants.

Et puis, à dix minutes du terme, la douche froide. Rodriguez a d’abord arpenté le flanc gauche avant de décider de filer au but. La défense, spectatrice, l’a laissé agir et Pantemis a repoussé son tir de la main… sans écarter le danger le moins du monde. Et là, tous les joueurs locaux ont voulu se reprendre et… décidé d’aller au même moment sur le ballon. Ce qui a donné une grosse mésentente, dont Rodriguez, toujours à l’affût, a profité pour égaliser (2-2).

Montréal a évidemment poussé dès le ballon remis en jeu. Face à un adversaire surmotivé, qui défendait ce point bec et ongles. Et n’a plus concédé qu’une seule occasion : un centre de Lappalainen sur lequel Johnston a gagné un duel très serré, mais son adversaire direct l’a suffisamment gêné pour l’empêcher de reprendre le ballon convenablement et son coup de tête a fini hors-cadre.

Il faut le reconnaître : Miami n’a absolument pas mérité son point. Mais Montréal a joué avec son bonheur, que ce soit en dominant trop stérilement de longs pans du match ou en étant trop passif et/ou brouillon sur les deux buts encaissés. Les erreurs défensives, assez évidentes, sont de simples points à mettre sur le i, on sait de quoi l’équipe est capable. En revanche, malgré les deux buts, il y a des choses à revoir dans l’animation offensive pour éviter des désagréments à plus long terme.

Wilfried Nancy va peut-être devoir faire des choix entre l’abondance de biens et le rendement collectif. Depuis les retours conjoints de Mihailovic et de Toye, tant l’un que l’autre peinent à être décisifs régulièrement. Reste à voir si ce sont des stigmates de leur absence ou si c’est davantage lié au jeu à proprement parler dans la disposition des dernières semaines qui, hormis le superbe match à Seattle, n’a pas toujours été fructueuse (comme en début de saison dernière, rappelons-le nous). Une question qu’il revient à l’entraîneur de trancher.

Au classement, même si ces deux points perdus sont très dommages, il n’y a rien de mal fait, très loin de là, surtout après la victoire à Columbus. Si le résultat de ce soir et quelques aspects du jeu restent en travers de la gorge, il faut quand même retenir que Montréal était de très loin la meilleure équipe sur le terrain. Et ce qu’on a vu depuis le début de la saison permet de croire qu’il y a de bonnes bases et de se montrer confiant.

Après une semaine chargée, l’équipe pourra effectuer les réglages nécessaires à l’entraînement avant son prochain rendez-vous, samedi prochain à Houston… dont les forces et faiblesses sont très semblables à celles de Miami. Le match idéal, donc, pour comparer et voir les corrections apportées !

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Miami - Montréal
Dimanche 9 octobre, 14h30

Dernier match

Montréal - DC United1-0
Samedi 1 octobre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3367
  2. Philadelphie3364
  3. MONTRÉAL3362
  4. Austin3355
  5. New York City3352
  6. New York3350
  7. Dallas3350
  8. LA Galaxy3347
  9. Nashville3247
10. Cincinnati3346
11. Portland3346
12. Minnesota3345
13. Miami3245
14. Orlando3245
15. Columbus3245
16. Salt Lake3344
17. Vancouver3343
18. Colorado3342
19. Charlotte3241
20. New England3341
21. Seattle3340
22. Kansas City3340
23. Atlanta3340
24. Chicago3338
25. Toronto3334
26. San José3334
27. Houston3233
28. DC United3327
► Classements complets

En direct du forum

10h16 - Montréal - DC United : l'Homme de la saison par Altius

22h20 - Montréal - DC United : samedi 1 octobre, 19h30 par Bxl Boy

29/9 - New England - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

21/9 - Montréal - Chicago : l'Homme de la saison par Bxl Boy

20/9 - Montréal - New England : l'Homme de la saison par Wonnilon

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto16 
 Mihailovic
 Kamara
 Brault-Guillard
 Johnston
 Ibrahim
 Kone
 Torres
 Waterman
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Lappalainen
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Quioto
2. Lappalainen
3. Mihailovic
4. Wanyama
5. Camacho

► Détails

Quiz

Quel est le talent particulier d'Issey Nakajima-Farran, qui a porté le maillot montréalais en 2014 ?

  • Sa voix de chanteur d'opéra
  • La peinture
  • Le modélisme
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com