Bilans de saison 2020 (1) : le bilan du club

Publié le 18 décembre 2020

 
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
Comme de coutume à l’issue de chaque saison, le club a dressé son bilan. À l’image de l’année, il a été différent, puisqu’en raison des conditions sanitaires, il aurait été très compliqué et surtout trop long de réunir et de faire parler tout le monde. Si les interlocuteurs ont été moins nombreux que d’habitude, on a eu droit à de nombreuses déclarations intéressantes et, une fois n’est pas coutume, ça ressemblait réellement à un bilan. Voilà les principaux thèmes abordés, et ce qu’on en dit les différents interlocuteurs.

Une saison pas comme les autres


Le bilan de Thierry Henry : “L’année a été vraiment longue. On ne peut pas dire qu’on est satisfait de la saison, mais on peut garder la tête haute. Même si ça n’a pas toujours été évident, on a fait fort de ne pas baisser les bras. On a vu une équipe qui voulait se battre, avec une idée de jeu, courageuse sans mais aussi avec la balle peu importe la situation et le score.”

Le bilan de Samuel Piette : “Être loin de la maison et tout ce qu’il s’est passé cette année était difficile. On ne sait toujours pas de quoi 2021 aura l’air, pas seulement en football mais dans l’ensemble. Si ce qu’il s’est passé cette année se reproduit, on saura à quoi s’attendre et on sera plus prêts. Mais personne n’a envie que ça se reproduise, ce n’est pas un secret.”

Le bilan de Jukka Raitala : “Cette année a été très difficile, on en a parlé tout le temps. Je suis très fier de l’équipe. Vivre deux mois à l’hôtel au New Jersey sans savoir ce qui allait arriver après, se qualifier pour les playoffs même si ça n’a pas duré longtemps. On a fait du bon travail dans l’ensemble.”

Le bilan de Romell Quioto : “C’était une année très difficile pour tout le monde, pas seulement au club. J’ai beaucoup appris cette année, en arrivant dans une nouvelle ville et un nouvel environnement. Le fait de ne pas avoir pu jouer très souvent devant des supporters et sentir leur appui a été très particulier et difficile. Mais j’ai quand même senti leur amour et leur respect tout au long de la saison pour passer au travers de cette année très difficile.”

La décision la plus difficile d’Olivier Renard : “Ce fut celle de rester à New York après la défaite contre Orlando. J’ai pris la décision avec l’entraîneur, sachant que c’était difficile pour les joueurs de ne pas rentrer voir leur famille.”

Thierry Henry


L’avis d’Olivier Renard : “Je suis très content de Thierry pour plusieurs raisons. Le plus important est son travail avec les jeunes. Les progrès effectués par Luis Binks cette année, alors qu’avant d’arriver il était encore Mister Nobody qui n’avait joué en équipe première, mais aussi ceux de Zachary Brault-Guillard, d’Amar Sejdic. Et je suis sûr qu’il va continuer ce travail avec les jeunes dans le futur. Ce n’est pas fini, il y a encore beaucoup d’améliorations à effectuer, mais Thierry est à 200% avec moi dans ce projet.”

Samuel Piette et son rôle auprès des joueurs : “Quand tu es amené à faire des trucs que tu n’as pas nécessairement faits auparavant, la première réaction, c’est de te poser des questions. Mais il n’y a pas meilleure personne pour y répondre que Thierry Henry. On a été rassurés assez rapidement, surtout qu’on a une relation telle avec lui qu’on peut parler de tout et de rien. Parfois, on a l’impression qu’il fait partie de l’équipe comme joueur.”

L’entraîneur principal évalue sa première saison à ce poste : “J’ai beaucoup appris. Quand je vois l’éclosion d’un Sejdic, la progression d’un Sam Piette, la première année de Luis Binks, la première année comme titulaire de Zak Brault-Guillard et de Clément Diop, la première fois que Romell Quioto joue avant-centre… Et comme coach, j’ai grandi avec eux. J’ai eu énormément d’aide de gens extraordinaires qui travaillent dans l’ombre au club. Le préparateur physique a dû faire l’impossible en préparant sans savoir les dates. J’espère que ce ne sera pas comme ça la saison prochaine, mais si ça doit recommencer, on sera prêt.”

Ce qu’il a appris d’important en 2020 : “La santé mentale et l’intégrité physique des joueurs passent avant tout. On pense souvent aux résultats, à leur combativité. Mais il faut comprendre que les joueurs sont des êtres humains. Encore plus avec tout ce qui est arrivé cette année, qui a été encore plus éprouvante sur ces points. En tant qu’entraîneur, j’ai beaucoup appris à ce sujet. Les joueurs doivent être frais mentalement et physiquement pour être performants. C’est quelque chose que je savais, mais maintenant j’en suis encore plus convaincu.”

Les nouveautés de 2020


Olivier Renard et l’évolution du noyau : “Le plan a déjà été expliqué il y a un an. La différence, c’est que ce qui a été déclaré commence à se voir dans les faits. Il y a beaucoup de différence dans la moyenne d’âge de l’équipe.”

Samuel Piette, nouveautés tactiques et changements d’habitudes : “ Les conditions anormales de cette année ont fait qu’on a dû s’adapter. Et il y a des dispositions tactiques dans lesquelles on n’avait jamais joué auparavant. Mais au final, quand tu vois les nouveautés, tu te rends compte que c’est parce que le staff voit en toi que tu peux apporter quelque chose à cette nouvelle place, et tu réalises aussi que tu peux le faire.”

Le manque de leadership dans le noyau


Olivier Renard, au sujet du recrutement pour 2021 : “Ce que je veux dans ce groupe, c’est de la personnalité car il en manque. Mais on peut en avoir beaucoup à 22 ou 23 ans et très peu à 31 ou 32. Ça n’a rien à voir avec l’expérience.”

Thierry Henry : “La personnalité, il y en a qui l’ont à la base et d’autres qui l’acquièrent. Sam a grandi dans ce registre cette année, il parle davantage à l’entraînement, il n’a pas peur d’affronter les autres joueurs et de dire ce qu’il a à dire. Ce n’est pas l’âge qui fait ça, mais ça s’apprend. Victor a énormément apporté. Olivier a raison, mais nous on travaille avec le staff pour ça.”

Samuel Piette et son propre leadership : “Une de mes lacunes, c’est que je ne suis pas dur avec les gens, je ne veux pas les blesser. Je peux mettre de côté les choses moins bonnes faites pendant l’entraînement ou un match au lieu de dire les vraies choses. Je ne dois pas avoir peur d’être critique au lieu de dire que ça va aller, que ça ira mieux la prochaine fois. Je le fais déjà envers moi-même, mais avec les autres, je dois prendre ma place pour dire les choses qui ne vont pas. Car peu importe ce que tu dis, je ne dois pas avoir peur que les gens me disent que je suis un ‘enculé’, ils ne retiendront pas contre moi ce que je leur dirai. Il faut que je fasse la séparation entre soccer et amitié.”

Jukka Raitala, capitaine pour la première fois : “L’expérience de capitaine était très positive. Je pense que j’ai fait un bon travail. J’ai été fier d’être capitaine. Mais vous devriez demander leur avis à mes coéquipiers.”

Le quart de finale retour de Ligue des champions contre Olimpia


Olivier Renard et l’état d’esprit de l’équipe : “Le point le plus positif de la saison a été notre combativité lors de notre dernier match. C’était peut-être le match le plus difficile pour l’équipe. Un mois plus tôt, personne n’avait envie de le jouer. En plus, il manquait des joueurs importants. Mais notre élimination n’est pas due à ces absences mais au fait qu’on ne s’est pas entraîné pendant 14 jours.”

Samuel Piette et l’état d’esprit de l’équipe : “On s’est tous dit : ‘La Ligue des champions, tant qu’à être là, on va y aller au maximum et en profiter.’ Dès le premier jour, j’ai senti que tout le monde était content d’être là, c’était vraiment naturel. On n’a pas eu besoin de se réunir pour dire qu’on devait porter un masque pour faire semblant d’être content. L’ambiance était très bonne dès la reprise des entraînements, on sentait que les joueurs avaient envie d’y être. Et cette envie de se battre pour le maillot s’est retrouvée dans le match contre Olimpia. Peut-être que la quarantaine avant a aussi fait du bien, elle m’en a fait en tout cas.”

L’attitude d’Anthony Jackson-Hamel commentée par Olivier Renard : “Je veux remercier Jackson : il a prouvé à beaucoup de personnes qu’il est très professionnel en accompagnant le groupe pour donner tout ce qu’il a pour le club. J’aurais préféré que d’autres, même en étant simplement présents et en demandant de ne pas jouer, fassent au moins ça.”

L’attitude d’Anthony Jackson-Hamel commentée par Thierry Henry : “Un gars comme Jackson, qui a eu une saison difficile, et est venu jouer contre Olimpia alors qu’il n’était pas obligé, a montré ses valeurs envers le club : dire qu’on y tient est une chose, le montrer en est une autre, il l’a fait.”

Thierry Henry et l’absence de Bojan : “J’ai aucun problème, avec personne. Il y a des règles qui ont fait que les joueurs avaient le choix, je respecte le choix des gens. J’ai toujours un énorme respect pour Bojan. Le problème, c’est quand on ne respecte pas les règles.”

Romell Quioto


Olivier Renard, sur comment il a été recruté : “J’avais demandé à Vassili quels joueurs de la ligue pourraient être intéressants pour nous en fonction de certaines situations. J’ai regardé ces joueurs et les caractéristiques de Romell Quioto m’ont frappé. Quand l’occasion s’est présentée avec Houston avec les problèmes là-bas, c’est un échange qui a pu se faire directement.”

Thierry Henry et son caractère : “Romell, on m’en avait parlé en tant que joueur difficile à gérer. J’ai vraiment pas vu ça. J’aime les joueurs avec du caractère. C’est plus facile d’en arrêter un qui a du caractère que d’en donner un à quelqu’un qui n’en a pas. Il nous a aidés énormément. Personne ne pensait qu’il ferait ce qu’il a fait, même s’il a eu de bonnes saisons à Houston auparavant. Sauf qu’on l’a principalement utilisé en avant-centre. Il a vraiment été bon et nous a manqué quand il a été blessé.”

Le joueur et sa réputation : “Chacun a droit à son point de vue, ce n’est pas mon rôle de les commenter. J’ai été très heureux de prouver qui j’étais sur le terrain, ce que j’ai fait en travaillant dur et en me consacrant à l’équipe.”

Quioto et son rôle de joueur d’expérience la saison prochaine : “Je suis encore très jeune… Plus sérieusement, je veux continuer d’aider ce groupe en prêchant par l’exemple. Montréal est un club qui mérite le meilleur de tout un chacun dans le vestiaire, en commençant par moi.”

Luis Binks


Les défis lancés par Thierry Henry : “Toute la saison, je lui ai donné des défis mentaux voire physiques à l’entraînement. Parfois il a répondu, parfois non. Mais c’était la première fois qu’il jouait au foot contre des hommes, avec des attentes, des matches à répétition, des attaquants différents. Mais en tant qu’entraîneur, je vais toujours le pousser à ses limites. Oui, il a eu des moments difficiles, mais il a répondu aux attentes et eu une bonne année.”

Binks et comment l’entraîneur l’a mis à l’épreuve : “C’est quelqu’un de formidable auprès de qui apprendre, et c’est une des raisons principales de ma venue à Montréal. Après mon erreur lors du match contre Orlando, je me suis retrouvé sur le banc contre DC United. Un match important, le genre de match que tous les joueurs veulent jouer ! Il fallait que je fasse mes preuves à l’entraînement. Mais après, j’ai retrouvé ma place. Je dois remercier l’entraîneur de la confiance qu’il a placée en moi et pour avoir joué autant de matches pour ma première saison en MLS.”

Le joueur au sujet de son avenir : “Ce n’est pas un secret que mon but est de jouer en Europe un jour. J’ai fait des erreurs cette année lors de plusieurs matches et je dois les corriger avant de pouvoir passer au niveau supérieur. Car plus tu joues à un haut niveau, plus il y a de risques.”

Jukka Raitala


Son départ du club : “Le club n’a montré aucun signe qu’il voulait me conserver. C’est comme ça à ce niveau, c’est normal. Ça fait 11-12 ans que j’y joue. Maintenant, je me concentre sur mon futur.”

La suite de sa carrière : “L’Euro arrive bientôt. La suite de ma carrière est encore ouverte. J’aimerais rester en MLS si une possibilité s’offre. Pour le moment, je regarde les options et laquelle est la meilleure pour moi.”

Le recrutement pour 2021


Olivier Renard et les arrivées à venir : “Évidemment, de nouveaux joueurs vont arriver. Jeunes ou vieux ? Ça va dépendre des profils. On a des places de joueurs étrangers disponibles et on va les remplir avec les prochaines acquisitions. La priorité est générale, de s’améliorer. Quand on regarde les stats de cette saison-ci, les problèmes ne sont pas forcément offensifs. Oui, on regarde pour des positions spécifiques, mais on garde ça en interne. L’objectif est d’améliorer l’osmose de l’équipe.”

Olivier Renard, dépenses et grands noms : “On ne doit pas spécialement faire des acrobaties financières pour l’année prochaine. Ce n’est pas une question de budget mais de comment le dépenser. Le chiffre des dépenses sera plus ou moins équivalent par rapport aux saisons précédentes. Ce sera en fonction du marché et pas des joueurs en fin de carrière. Mais ça peut être un joueur de 27-28 ans, avec un nom peut-être. Tout dépend des joueurs Tam et DP. Si tu prends un DP, il n’y en aura qu’un seul car au-dessus de la limite, tout sort de la poche du propriétaire. Après, un joueur peut faire la différence mais notre vision est de prendre plusieurs joueurs Tam. On espère attirer trois ou quatre joueurs dans les prochaines semaines. Y aura-t-il un gros nom dedans ? Je ne sais pas encore vous répondre à cet instant.”

Olivier Renard au sujet de départs potentiels : “Il faut toujours envisager des départs. C’est pour ça qu’un directeur sportif doit être prêt à renforcer toutes les positions. En football, il faut 1, 2 voire 5 choix pour chaque position. Car si une offre arrive pour un joueur que tu ne pensais pas vendre et que tu l’acceptes - on se posera toujours la question entre l’offre et la demande et on en discutera avec le coach - tu dois être capable de réagir et d’avoir en tête un remplaçant qui peut faire l’affaire.”

L’avenir de Bojan selon Olivier Renard : “L’offre de Bojan est dans ses mails, mais je n’ai pas eu de réponse. Nous, on continue… Très sincèrement, je ne pense pas que Bojan va revenir chez nous l’année prochaine. Il est assez grand et mature pour prendre ses décisions.”

Samuel Piette et l’évolution du noyau : “Mon rêve serait d’avoir une équipe complètement canadienne ou, pourquoi pas, québécoise. En fin de compte, ce que tu veux, ce sont des joueurs qui se battent pour le maillot. Et c’est ce qu’Olivier Renard et son équipe sont en train de faire. 2020 n’était que la première saison de l’ère Renard - Henry. Une équipe ne se bâtit pas aussi vite. Ça prend un certain temps, ça ne marche pas toujours comme tu veux. J’aime beaucoup ce qu’il se passe et avoir une équipe jeune… même si ça me fait paraître vieux !”

Les recrues récentes


L’avis de Thierry Henry sur Djordje Mihailovic : “Nous savons tous qu’il a subi une blessure grave il n’y a pas si longtemps. Il est revenu fort. Il était en équipe nationale il n’y a pas si longtemps. Il est bon des deux pieds balle au pied, peut marquer et donner des passes décisives, comprend les espaces, le rythme du match. C’est le genre de joueurs que nous recherchons. Il est jeune. Je sais qu’il vient de Chicago et en partira pour la première fois. Vous devrez aussi en tenir compte car ce n’est pas toujours simple de quitter l’endroit où on a grandi. Mais nous allons l’aider à s’adapter et à comprendre ce qu’on veut faire ici.”

Samuel Piette et Kamal Miller : “Kamal est un très bon joueur et une personne que j’aime beaucoup. Avant le match contre Olimpia, je lui ai envoyé un SMS pour lui dire que j’étais très heureux de sa venue à Montréal. C’est un gaucher, grand, solide, très bon avec le ballon qui peut joueur arrière gauche ou arrière central. Il va se battre pour cette équipe et pour cette ville. Il aime la direction que l’équipe prend avec des joueurs jeunes et canadiens.”

À voir, en 2021


Ce qu’il faudra améliorer dans le jeu, selon Thierry Henry : “Quand tu attaques haut, tu dois gérer les transitions car tu dois défendre sur 40-50 mètres. Et on doit aussi gommer les erreurs individuelles. Moins tu perds la balle, moins tu cours, moins ils courent.”

Thierry Henry et un possible retour à la normale : “J’espère que ce sera mieux l’année prochaine : arrêter d’avoir les coupures incessantes, jouer à la maison, ça peut aider. Et j’espère que ça ira mieux avec le Covid, pas juste pour nous mais pour tout le monde.”
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Montréal - Toronto
Samedi 17 avril, 14h00

Dernier match

Tampa Bay - Montréal1-5
Dimanche 11 avril, 18h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Columbus00
  2. Chicago00
  3. Dallas00
  4. New York00
  5. New England00
  6. DC United00
  7. San José00
  8. Kansas City00
  9. Salt Lake00
10. LA Galaxy00
11. Houston00
12. Colorado00
13. Toronto00
14. Seattle00
15. MONTRÉAL00
16. Philadelphie00
17. Minnesota00
18. Orlando00
19. Portland00
20. Vancouver00
21. New York City00
22. Cincinnati00
23. Atlanta00
24. Los Angeles FC00
25. Nashville00
26. Miami00
27. Austin00
► Classements complets

En direct du forum

19h53 - Montréal - Toronto : samedi 17 avril, 14h00 par Wonnilon

17h51 - Préparation de la saison 2021 par hsj

11h38 - Matchs de NWSL sur radio-canada.ca par Pouchkine

11/4 - Effectif 2021 par samsagat

9/4 - Nouveau maillot, nouveau nom, nouveau logo par Citlec

7/4 - Ligue des champions CONCACAF 2021 par hsj

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2020

 Quioto10 
 Urruti
 Taïder
 Lappalainen
 Krkic
 Sejdic
 Okwonkwo
 Wanyama
 Camacho
 Piette
 Tabla
► Toutes les stats

Transferts

ARRIVÉES

Breza (Bologne), Struna (Houston), Bassong (CS Bruges), Miller (Orlando), Mihailovic (Chicago), Hamdi (El Gouna), Torres (Newell's Old Boys), Ibrahim (36 Lion FC), Johnsen (Ulsan), Hurtado (Kansas City)

DÉPARTS

Jackson-Hamel (Fin de contrat), Raitala (Minnesota), Yao (Cavalry FC), Fanni (Fin de carrière), Corrales (Fin de contrat), Krkic (?), Shome (Edmonton), Urruti (Houston), Okwonkwo (Reggina), Sirois (Valour FC), Ferdinand (Ottawa), Rea (Valour FC), Saba (Fin de contrat), Giraldo (Edmonton)

► Détails

Quiz

Pourquoi Harry Novillo n'a pas accompagné l'équipe pour le match du 30 mars 2019 à Kansas City ?

  • En raison d'une mesure disciplinaire après avoir insulté un entraîneur
  • Il ne parvenait pas à remettre la main sur son passeport
  • Il était arrivé à l'aéroport avec la gueule de bois
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com