Un bon point après un mauvais match

New York City FC - Impact Montréal 0-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 06/04/2019

NEW YORK CITY : Johnson, Tinnerholm, Ibehaga, Chanot, Matarrita, Sands, Ring, Mitrita, Lewis (56e Tajouri-Shradi), Medina (62e Heber), Castellanos (79e Parks)

MONTRÉAL : Bush, Sagna, Raitala, Diallo, Lovitz, Piette, Azira, Taïder, Okwonkwo (82e Jackson-Hamel), Novillo (77e Cabrera), Urruti

ARBITRE : M. Unkel

AVERTISSEMENTS : Matarrita, Novillo, Piette, Sagna, Sands

EXCLUSION : 70e Urruti


Ce fut certainement l’un des matchs de MLS qui restera parmi les plus ennuyeux de l’année, mais l’IMFC a pris un point précieux en n’encaissant pas à New York City : de quoi se requinquer le moral et susciter encore plus le doute chez un adversaire qui rate son début de saison.

Diallo de retour de suspension, une première titularisation cette saison pour Raitala, Taïder replacé à sa position habituelle dans l’axe de l’entrejeu, et les débuts de Novillo : le visage du onze aligné par Rémi Garde avait considérablement changé après la claque de la semaine dernière à Kansas City, pour jouer sur le petit terrain de New York City, dont le début de saison est très difficile et qui restait aussi sur une lourde défaite.

Peu d’espaces, mais peu de rythme aussi dans un match disputé à l’heure de la sieste, qui aurait pu servir de thème à ce début d’après-midi. Soyons francs quand même : au cours des premières minutes, même si ce n’était guère spectaculaire, les joueurs des deux équipes ont effectué plusieurs efforts courts mais intenses… mais cela justifiait-il vraiment le fait qu’ils aient paru vidés après 20 minutes ? Ou alors, était-ce l’heure peu accommodante de la rencontre ?

Toujours est-il que le début de match a eu le mérite de nous offrir quelques occasions. Toutes du même côté. D’abord un coup franc repris par Lewis d’une tête un peu trop croisée. Ensuite, l’action la plus enthousiasmante de la rencontre, voyant Mitrita traverser un tiers de terrain en dribblant adversaire après adversaire sans parvenir à placer son tir avec suffisamment de précision pour empêcher l’intervention nécessaire Bush.

On jouait dans un seul camp. Au moins, les risques de voir l’Impact se faire surprendre lors de reconversions défensives était limité à sa plus simple expression… En outre, l’étroitesse du terrain et le fait que presque tous les joueurs soient souvent regroupés dans une petite zone limitait les espaces et nous donnait parfois des vues particulières, surtout avec le réalisateur local qui aimait bien les plans aériens. Les occasions se poursuivaient, la suivante étant consécutive à un centre de la gauche de Matarrita repris de façon trop molle par Castellanos pour inquiéter Bush.

Les deux possibilités suivantes ont obligé les portiers Bush et Johnson, attentifs, à effectuer une bonne sortie pour arriver avant leur adversaire sur une passe en profondeur (d’Urruti à Taïder dans le cas de l’IMFC). Entre temps, un quart d’heure s’était écoulé. Un quart d’heure d’ennui fait de jeu lent, fermé, statique et encore (dans la mesure où c’était possible) altéré par un terrain déjà infâme en temps normal et encore en plus piteux état que d’ordinaire.

Le jeu ne fut guère meilleur en fin de première mi-temps, mais on eut tout de même quelques occasions à se mettre sous la dent. D’abord au profit des locaux. Matarrita a envoyé un tir de loin que Bush n’a pas pu repousser mais a écarté : heureusement, Taïder fut le premier au rebond et a pu dégager. Quelques minutes plus tard, démarqué au point de penalty, Ibehaga a repris un corner, hors-cadre.

Montréal s’est créé son occasion la plus dangereuse de la mi-temps à la dernière minute de celle-ci : sur un coup franc de Novillo, tous les joueurs visiteurs ont pris leur adversaire de vitesse ; le ballon est arrivé à Taïder, dont la reprise n’a pas surpris Johnson.

La physionomie du match n’a guère changé après la reprise. Avec des occasions pour New York City, comme ce tir un rien trop croisé de Matarrita servi par un joli coup du foulard de Castallanos. Ou les longues minutes qui ont suivi sans danger, ni quoi que ce soit d’autre pour enthousiasmer les supporters.

Il a fallu attendre l’heure de jeu pour que ça recommence un peu à s’animer, avec un coup franc de Matarrita pas forcément très précis, mais difficilement dégagé vers Tajouri-Shradi dont le tir de loin est passé loin à côté.

Voyant son équipe manquer de mordant devant, Domènec Torrent a procédé à quelques changements, dont la montée au jeu d’Heber, arrivé la semaine dernière pour revigorer l’attaque de ses couleurs. Pour son premier ballon, bien placé, il a envoyé une reprise déviée dans les airs, où Castellanos a émergé pour servir Tajouri-Shradi qui a prolongé le ballon au fond des filets. Cependant, le buteur était signalé hors-jeu, de très peu, et le but a été annulé.

Il restait 20 minutes à jouer quand Urruti est intervenu défensivement sur Chanot avec beaucoup de bonne volonté mais encore plus de maladresse : un balayage et un pied avec les crampons en avant ont été sources d’une faute très douloureuse pour l’international luxembourgeois. Urruti a été puni d’un carton jaune, qui aurait pu être plus sévère… et l’est devenu après l’intervention de l’arbitrage vidéo.

La supériorité numérique de New York City aurait dû lui permettre d’émerger. Mais l’équipe locale a confirmé son manque d’endurance, elle qui souffre le martyr en fin de match depuis le début de la saison, et on n’a pas vraiment vu qu’elle jouait avec un homme de plus.

Il a suffi à Montréal de faire gros dos, avec beaucoup de discipline, pour permettre à Bush de ne pas vraiment avoir de travail en fin de rencontre. Et il aurait même pu repartir avec la victoire quand Taïder, après avoir remporté un duel sur le flanc droit, a centré au deuxième poteau où Diallo a enchaîné un contrôle et une frappe qui a léché le dessus de la transversale.

Ce match ne rentrera pas dans les annales, tant il fut globalement mauvais et a offert peu de jeu tant d’un côté que de l’autre. Mais après la lourde défaite de la semaine dernière, l’IMFC avait avant tout besoin de se rassurer : le fait de prendre un point de plus en déplacement, sans encaisser, est aussi bon sur le plan comptable que pour la confiance. Il faudra continuer de remonter la pente ascendante, et plus rapidement, dès le prochain match, mardi à DC United.

Calendrier

Prochain match

Columbus - Montréal
Samedi 20 juillet, 19h30

Dernier match

Montréal - Toronto0-2
Samedi 13 juillet, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC2046
  2. Philadelphie2236
  3. Seattle2035
  4. LA Galaxy2034
  5. Minnesota2033
  6. DC United2132
  7. New York2031
  8. San José2031
  9. Atlanta2030
10. MONTRÉAL2230
11. Salt Lake2029
12. Dallas2129
13. New York City1829
14. Houston1927
15. Toronto2026
16. Orlando2025
17. Kansas City2025
18. Portland1824
19. New England2024
20. Chicago2122
21. Colorado2020
22. Vancouver2120
23. FC Cincinnati2017
24. Columbus2117
► Classements complets

En direct du forum

19h43 - Montréal - Toronto : samedi 13 juillet, 19h30 par imfc132

15h23 - Montréal - Toronto : l'homme de la saison par gbagrami

11h16 - Mercato été 2019 par Numero10

13/7 - Montréal - Minnesota : l'homme de la saison par Bxl Boy

12/7 - York9 - Montréal : mercredi 10 juillet, 19h30 par RéalDave

11/7 - Situation à la mi-saison par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder
 Okwonkwo
 Browne
 Piatti
 Jackson-Hamel
 Diallo
 Camacho
 Urruti
 Shome
 Novillo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 21 matches

1. Piette
2. Taïder
3. Okwonkwo
4. Diallo
5. Urruti

► Détails

Quiz

En dix-huit saisons pré-MLS, de 1993 à 2011, combien de fois l’Impact a terminé la phase classique du championnat en tête du classement général ?

  • 7
  • 6
  • 5
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com