Efforts défensifs et efficacité offensive

San Jose Earthquakes - Impact Montréal 1-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 02/03/2019

SAN JOSÉ : Vega, Lima (61e Thompson), Kashia, Cummings (74e Hoesen), Lopez, Godoy, Judson, Espinoza, Erikson (69e Yueill), Vako, Wondolowski

MONTRÉAL : Bush, Sagna, Cabrera, Diallo, Lovitz, Piette, Azira, Taïder, Okwonkwo (70e M. Choinière), Piatti (85e Brault-Guillard), Urruti

ARBITRE : M. Dickerson

AVERTISSEMENTS : Sagna, Cummings, Thompson, Azira, Judson, M. Choinière, Bush

LES BUTS : 11e Erikson (1-0), 29e Piatti (1-1), 44e Taïder (1-2)


Montréal a commencé la saison de la meilleure manière qui soit, en s’imposant 1-2 à San José. Après des débuts timides, deux belles actions lui ont permis de prendre une avance qu’il a conservée grâce à une débauche d’efforts défensifs considérables.

Pour ce premier match de championnat cette saison, il y avait peu de surprises dans le onze de base. Toutefois, la titularisation d’Okwonkwo a fait écarquiller quelques yeux : il remplaçait Novillo, blessé. Sa prestation lui a d’ailleurs sûrement fait marquer quelques points. De retour de blessure, Raitala était sur le banc mais c’est bel et bien Cabrera qui commençait aux côtés de Diallo.

Si la préparation avait donné une idée du onze, elle ne laissait pas entrevoir le scénario du début de rencontre. Très sûr de son sujet durant les duels amicaux, l’Impact paraissait extrêmement timide. C’était aussi le cas de son adversaire, ce qui fait que les premières minutes donnèrent lieu à un round d’observation très peu passionnant.

Mais par chance, la première action dangereuse a débloqué le match. On jouait depuis à peine plus de dix minutes que San José a pu manœuvrer plein axe sans être inquiété. Erikson a eu tout le loisir de tirer de loin et a placé le ballon hors de portée de Bush (1-0).

La circulation de balle de Montréal n’était pas mauvaise mais manquait cruellement de vitesse et de mouvement. En outre, au moment où on sentait que quelqu’un pourrait, peut-être, amener un élément potentiellement dangereux (oui, il y a de nombreux éléments hypothétiques dans cette phrase), une imprécision venait interrompre l’action.

San José ne s’était pas non plus ragaillardi suite à l’ouverture du score, mais avait quand même pris un peu de confiance. Il fallut néanmoins attendre un quart d’heure supplémentaire avant de voir la seconde occasion du match, une percée sur le flanc gauche de Lopez qui a décidé d’y aller tout seul mais dont le tir a filé hors-cadre.

Le point le plus positif à ce moment du match, c’était le travail défensif intense d’Urruti, qui allait chercher des ballons très bas. En revanche, à l’autre bout du terrain, c’était beaucoup plus compliqué pour tout le monde et, comme lors de la préparation, l’Impact éprouvait des difficultés à arriver dans le rectangle adverse avec le ballon.

Dès lors, il fallait trouver la clef autrement. San José empêchait tout tir de loin. Mais une faute gagnée à l’entrée du rectangle donnait un certain espoir. Le coup franc était bien brossé par Taïder, obligeant Vega à intervenir juste en-dessous de sa transversale pour le dévier en corner. Celui-ci, sans doute travaillé à l’entraînement, a été donné à Piatti juste à côté du poteau de corner ; mais alors que tous les défenseurs se demandaient à qui l’Argentin allait passer le ballon, il a pris seul la direction du but, est entré dans la défense comme dans du beurre et, d’un angle réduit, a trouvé le fond des filets (1-1).

L’égalisation faisait du bien, mais il manquait toujours un petit quelque chose. L’entrejeu avait beaucoup moins de corps que lors de la préparation. D’ailleurs, celui qui y assurait le plus souvent le rôle de chef d’orchestre n’était autre que… Diallo. Et sur une de ses montées, il a eu une vision lumineuse envoyant au deuxième poteau un ballon vicieux pour les défenseurs, qui a surpris tout le monde sauf Taïder qui avait tout compris (puisqu’il avait lui-même fait l’appel de balle) et a surgi là où personne ne l’attendait pour faire 1-2 d’une reprise en un temps.

San José tentait de réagir rapidement, avec un corner repris d’un puissant coup de tête par Kashia, mais trop sur Bush. Sans faire d’étincelles, Montréal regagnait le vestiaire avec l’avantage !

Moment idéal pour Rémi Garde afin de remettre certaines idées défensives en place. Et comme l’équipe locale devait courir derrière l’égalisation, ces principes seraient forcément appliqués. Avec succès, puisque si San José s’est immédiatement installé dans le camp adverse, ses menaces se sont limitées à provoquer quelques moments de confusion dans le rectangle montréalais ou à des frappes de loin complètement ratées.

La première occasion menaçante après le repos survint d’ailleurs à l’autre bout du terrain. Monté au jeu quelques secondes plus tôt, Thompson se fit mystifier et permit à Piatti de partir dans son dos sur la gauche. L’Argentin ponctua sa course d’une passe en retrait vers Taïder dont la reprise a filé loin au-dessus.

Par la suite, Montréal a serré les rangs en défense et laissé le contrôle du ballon à son adversaire. On jouait dans un seul camp. Mais Bush n’avait rien à faire. Le mérite en revient-il principalement à ses coéquipiers, ou San José était-il trop faible et trop peu inspiré ? Probablement, un peu des deux…

Il fallut attendre la 84e minute pour voir la première occasion des Californiens en deuxième mi-temps ! Après un coup franc mal dégagé, Espinoza, sur la gauche du rectangle, tenta un centre-tir puissant que Bush a dévié en corner.

L’Impact reculait tant et plus. Il y avait un mur blanc dans le rectangle, chacune de ses briques se jetait sur le moindre ballon qu’elle pouvait repousser. Ce n’était pas toujours académique, mais ça n’en demeurait pas moins efficace.

Il y eut quand même une dernière frayeur avant le coup de sifflet final : un corner au premier poteau était prolongé de la tête par Wondolowski, puis dévié par Azira, sans que ça n’inquiète réellement Bush. Cela restait bien peu, malgré toute la pression que San José tentait de mettre sur son adversaire, qu’il acculait à son but sans pouvoir faire bon usage du ballon.

La débauche d’efforts a quand même été réelle et l’Impact a pu pousser un grand ouf de soulagement quand l’arbitre a mis fin à la rencontre. Il y avait sans doute beaucoup de satisfaction dans le vestiaire quant au labeur de chacun au cours de la soirée. Ces trois points permettent également de commencer la saison de la meilleure des manières. Le prochain match sera un nouveau déplacement face à un adversaire prenable, samedi après-midi à Houston.

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3472
  2. New York City3464
  3. Atlanta3458
  4. Seattle3456
  5. Philadelphie3455
  6. Salt Lake3453
  7. Minnesota3453
  8. LA Galaxy3451
  9. Toronto3450
10. DC United3450
11. Portland3449
12. New York3448
13. Dallas3448
14. New England3445
15. San José3444
16. Colorado3442
17. Chicago3442
18. MONTRÉAL3441
19. Houston3440
20. Kansas City3438
21. Columbus3438
22. Orlando3437
23. Vancouver3434
24. FC Cincinnati3424
► Classements complets

En direct du forum

14h53 - Qui reste, qui part ? par Campoozmstnz

1h55 - Romell Quioto par joe

21/11 - Une histoire de FM 2020 avec l'Impact de Montréal par SizzlingPopcorn

21/11 - Bilans de saison 2019 par imfc132

20/11 - Repêchage d'expansion par Numero10

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 40 matches

1. Okwonkwo
2. Piette
3. Sagna
4. Taïder
5. Urruti

► Détails

Quiz

Chassez l'intrus (il n'est pas lié à la faillite du club en 2001) :

  • Lilley
  • Ionian
  • Gavriil
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com