Une victoire pleine d'application

Chicago Fire - Impact Montréal 1-2 – Match amical joué le 14/02/2018

Vainqueur 1-2 en Floride contre Chicago pour son premier match amical de la saison face à une équipe de MLS, Montréal a mis en application les principes défensifs travaillés à l’entraînement pour limiter les occasions adverses et a fait preuve d’explosivité collective lors des contres qui ont mené à ses buts.

Ce deuxième match amical de la saison était aussi le premier contre un adversaire de MLS. Avec le recul, affronter Chicago fut un très bon choix, le genre d’opposition dont Montréal avait besoin à ce stade de la préparation.

Pour y faire face, Rémi Garde avait commencé avec un onze qui pourrait être sur le terrain au coup d’envoi d’un match de championnat. Devant Bush, Cabrera et Diallo occupaient l’axe de la défense, entourés par Petrasso et Raitala. Rétabli de légers pépins de santé, Piette était titularisé, épaulé par Taïder avec Shome un cran plus haut. Edwards et Piatti évoluaient sur les ailes, Mancosu en pointe.

On a rapidement constaté que les deux équipes préféraient appliquer ce qu’elles savaient au lieu d’improviser. Si c’était sans doute une des raisons pour lesquelles le spectacle n’avait rien d’époustouflant, cette volonté commune de mettre en pratique le travail effectué à l’entraînement était la meilleure manière de rendre ce match le plus utile possible aux hommes de Rémi Garde.

On avait lu çà et là que Montréal voulait travailler ses principes défensifs, et ça s’est vu. On passait l’essentiel du temps dans le camp des bleu-blanc-noir, mais leur façon de défendre n’avait rien d’un sauve-qui-peut inquiétant, étant plutôt tout en concentration, en soin et en patience. C’était très intéressant à voir contre un adversaire manquant visiblement de rythme, mais capable de faire tourner le ballon et aux automatismes déjà développés puisque son noyau a très peu bougé cet hiver.

Dominateurs, les Américains étaient toutefois stériles. Et la première occasion réelle fut montréalaise : peu avant le quart d’heure, Piatti lança un contre avant d’ouvrir à gauche pour Edwards dont le centre-tir est passé devant tout le monde avant de manquer le cadre.

Rare point sombre de cette rencontre, l’extrême difficulté à s’installer dans la moitié de terrain adverse. Heureusement, Chicago n’avait pas du tout l’intention de laisser le poids de la construction sur les épaules de l’Impact.

Il voulait plutôt travailler son jeu posé, et butait sur une organisation défensive sans faille qui l’obligeait à sortir de sa zone de confort. Ça a sûrement contribué à cette perte de balle stupide dans l’entrejeu dont a profité Taïder pour lancer Piatti : après un crochet pour rentrer dans le jeu, l’Argentin a envoyé un tir enroulé ne laissant aucune chance à Sanchez.

Le volume de jeu de l’international algérien fut l’une des confirmations après le match de mercredi dernier. L’implication de Diallo en fut une autre : une remontée du défenseur central fut à l’origine d’une reconversion rapide comme l’éclair, qui aurait pu mener au deuxième but de Piatti. Mais son tir s’écrasa sur le poteau. Ce n’était pas bien grave puisqu’Edwards et Mancosu avaient suivi le mouvement : le premier nommé récupéra le ballon et servit le second qui fit trembler les filets adverses (0-2).

Bien entendu, il faudra revoir cette animation face à un adversaire mieux en jambes et après que les nouveaux principes de l’Impact aient été étudiés par les autres équipes, mais l’explosivité collective en reconversion offensive a fait très bonne impression, avec des mouvements impliquant du monde et bien coordonnés.

On peut parler d’autre match après la pause, puisque Rémi Garde a effectué pas moins de 10 changements ! Seul Diallo est demeuré sur le terrain. À ses côtés, Meilleur-Giguère protégeait un but désormais occupé par Diop. Duvall et Lovitz retrouvaient leur position de la saison dernière, tout comme Donadel, épaulé par les néophytes Krolicki et Bahiya. Salazar, Choinière et Jackson-Hamel occupaient les trois postes les plus offensifs.

L’auteur du premier but dans le Nevada a failli remettre le couvert peu après sa montée au jeu. Héritant à nouveau d’un ballon qui n’aurait pas dû lui arriver (mais cette fois pas à l’issue d’une offrande adverse), il fut toutefois un rien trop court pour le prolonger au fond des filets.

Face à un adversaire beaucoup mieux organisé que Las Vegas mercredi, tant offensivement que défensivement, Montréal avait provoqué en première mi-temps quelques fautes obligeant l’arbitre à sévir malgré le caractère amical de la rencontre – sans toutefois qu’aucune de celle-ci ne soit à un endroit source d’un coup franc dangereux.

Chicago, lui, a obligé les Montréalais à faire face à quelques phases arrêtées intéressantes. Sans danger dans un premier temps. Il faut dire que ce n’est pas le fort des hommes de Paunovic. Mais dix minutes après le retour des vestiaires, Campos a envoyé un coup franc vers McCarty, qui avait laissé sur place toute la défense de l’Impact et put faire 1-2 d’une reprise de la tête, l’une de ses grandes forces.

Les nombreux remplacements n’avaient en rien changé les intentions des Montréalais, identiques à celles de la première mi-temps. C’était toutefois plus léger et moins discipliné derrière – l’arbitre devait désormais se montrer sévère envers l’Impact – et les reconversions offensives étaient moins tranchantes. Reste que si on sentait une menace plus pesante, seule une sortie du poing devant Nikolic mit Diop à contribution avant le dernier quart d’heure.

Jusque-là, les incursions de l’Impact dans le camp adverse avaient été rares – on ne vit quasiment jamais l’Impact poser le jeu… et du coup, on n’a pas vu non plus de quel bois se chauffait sa défense sur les contres adverses.

La fin de rencontre fut plus équilibrée, et plus animée devant les buts. Un corner mal dégagé permit à Donadel d’envoyer un tir de loin bien placé obligeant le portier adverse à intervenir. Immédiatement après un tir de loin un tant soit peu dangereux mais sur Diop, le contre montréalais fut ponctué par un centre de Salazar vers Bahiya dont la reprise fut contrée in extremis.

Rien de tout cela ne vient mettre en péril une deuxième victoire en autant de rencontres. Mais plus que le résultat, c’est la mise en application de certains principes travaillés à l’entraînement qui a dû ravir le nouvel entraîneur.

Calendrier

Prochain match

Montréal - New York City
Samedi 22 septembre, 19h30

Dernier match

Philadelphie - Montréal1-4
Samedi 15 septembre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta2857
  2. New York2956
  3. Kansas City2851
  4. Dallas2850
  5. New York City2949
  6. Los Angeles FC2847
  7. Salt Lake2945
  8. Seattle2744
  9. Portland2844
10. Columbus2844
11. Philadelphie2840
12. Vancouver2840
13. MONTRÉAL2939
14. LA Galaxy2938
15. DC United2835
16. New England2834
17. Houston2831
18. Minnesota2830
19. Toronto2830
20. Chicago2827
21. Orlando2824
22. Colorado2824
23. San José2820
► Classements complets

En direct du forum

21h45 - MLS - saison 2018 par gold

18h51 - Philadelphie - Montréal : l'homme de la saison par deba2012

8h55 - Rémi Garde, nouvel entraineur pour 2018 par Yota

17/9 - Montréal - New York : l'homme de la saison par Bxl Boy

17/9 - Revue de presse 2018 par mad72

16/9 - Philadelphie - Montréal : samedi 15 septembre, 19h30 par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti13 
 Taïder
 Silva
 Vargas
 Mancosu
 Jackson-Hamel
 Edwards
 Sagna
 Amarikwa
 Lovitz
 Raitala
 Fanni
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 30 matches

1. Fanni
2. Piatti
3. Taïder
4. Silva
5. Piette

► Détails

Quiz

Quelle est la plus lourde défaite encaissée par l’Impact ?

  • 6-0 à Rochester en 1998
  • 5-0 à Colorado en 1993
  • 0-5 contre Colorado à Montréal en 1993
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com