Calendrier 2019 : rééquilibrage global, Montréal sur des patins

Publié le 7 janvier 2019

La MLS a dévoilé ce jeudi le calendrier de sa saison régulière 2019 (voyez ici le programme de Montréal). Malgré l’arrivée de Cincinnati, chaque équipe disputera à nouveau 34 rencontres, et le passage à 24 formations entraîne un rééquilibrage global, puisque chacun affrontera chaque adversaire de sa conférence deux fois, et chaque équipe de l’autre conférence une fois. Cependant, l’horaire de l’Impact, lui, est tout sauf équilibré.

Le coup d’envoi est toujours fixé au premier week-end de mars (Montréal jouera le samedi 2 à San José), la dernière journée, elle, aura lieu le premier dimanche d’octobre, à savoir trois semaines plus tôt que l’an dernier, ce qui avait été déjà annoncé il y a quelques semaines. À cette occasion, New York sera en visite au stade Saputo, un match qui aura certainement de l’enjeu (et nous changera du Jour décisif contre New England…)

Autre annonce effectuée depuis un moment : le premier match à domicile aura lieu cette année au stade Saputo. Ce sera le 13 avril, face à Columbus. La question que tous les supporters se posaient jusqu’à aujourd’hui : à ce moment-là, combien de rencontres Montréal aura-t-il déjà disputées en déplacement ? La réponse est 6 ! Et vu que les deux suivantes seront aussi hors du Québec, l’Impact va donc devoir se produire hors de ses bases pour 8 de ses 9 premiers rendez-vous !

On pourrait presque établir un parallèle avec le calendrier de DC United la saison dernière. Car si en 2018, après des débuts surtout effectués à l’extérieur (mais pas à ce point-là), l’équilibre avec les duels à la maison avait été rétabli très rapidement et tout en douceur, cette année, il n’en sera rien. Le grand écart va demeurer jusque tard dans la saison, entrecoupée d’une grosse séance de rattrapage.

Ainsi, entre le 17 mai et le 13 juillet, l’IMFC se produira à Montréal pour 7 de ses 9 rencontres de championnat. Mais au 1er juin, jour qui marquera le milieu de la saison régulière, il aura joué 6 fois à domicile pour 11 à l’extérieur. Il faudra attendre les couleurs de l’automne pour que l’écart prenne enfin des allures plus raisonnables, puisque l’équipe jouera cinq de ses six derniers duels (et six des huit derniers) dans son stade.

Il faudra donc patienter jusqu’en avril pour voir régulièrement l’équipe jouer à domicile. Toutefois, à deux autres moments de la saison, elle ne se produira pas à Montréal pendant plus de deux semaines. Entre les venues de Philadelphie le 27 juillet et Dallas le 17 août, elle ira une semaine à Colorado, l’autre à Chicago. Plus tôt, elle n’aura pas joué en championnat entre le 5 et le 26 juin, pause pour le début de la Gold Cup qui tombe en plein milieu d’une longue série de matches à domicile. N’oublions pas non plus qu’on attend toujours le calendrier de la Coupe du Canada, et qu’il pourrait donc quand même y avoir de l’action au stade Saputo durant ces périodes. A contrario, en juin, juillet et septembre, les joueurs passeront trois fois près d’un mois sans plier bagage. Et les supporters pourront aller les encourager à l’ombre de la tour olympique trois fois en une semaine entre le 29 mai et le 6 juin.

Ce triptyque sera constitué d’un match le samedi pris en sandwich entre deux rendez-vous du mercredi ! L’an dernier, en plus d’un équilibre domicile - extérieur rétabli plutôt rapidement, Montréal avait aussi échappé aux lourdeurs des rendez-vous du milieu de semaine en sandwich entre deux rencontres le week-end. Cette saison, ce sera plus éprouvant, puisque ce genre de situation se produira à cinq reprises (six, si on compte le sandwich inversé précité), dont trois en avril et début mai, tant et si bien que pas moins de 9 matches sont au programme entre le 6 avril et le 11 mai ! Voilà sûrement un des écueils auxquels Robert Duverne devra veiller durant la préparation.

Au cours de ces cinq semaines infernales, faites attention de ne pas manquer le duel du 9 avril à DC United, qui aura lieu un mardi, jour ô combien inhabituel pour un match de championnat. Cela illustre une répartition des rendez-vous assez clairsemée pour la saison prochaine. Ainsi, en plus de ce match du mardi, il y aura deux déplacements le mercredi, un le vendredi, cinq le samedi après-midi et huit le samedi soir (on est loin de l’époque où on savait quasiment d’avance que si Montréal ne jouait pas chez lui, il fallait allumer sa télévision le samedi soir pour le voir).

À domicile aussi, il y aura cinq moments différents pour les rendez-vous. Ce sera clair de début juillet à la mi-septembre avec, à une exception près, des rendez-vous fixés au samedi soir (généralement à 19h30, une fois à 20h). Pour le reste, ce sera réparti entre quatre mercredis soir, trois samedis après-midi, trois dimanches après-midi et un vendredi soir. Tout ça à des heures variables, notamment un coup d’envoi annoncé à 12h30 pour la visite de Chicago (cette fois, ce sera au tour du nutritionniste de bien planifier son coup).

Avec un calendrier parfaitement équilibré entre les équipes de la même conférence, finie l’incongruité de recevoir un adversaire plus d’une fois ou de se déplacer chez lui à plusieurs reprises. De quoi donner toute la saveur qu’ils méritent à chaque visite et à chaque déplacement. Les groupes de supporters devront toutefois être particulièrement motivés et organisés cette année, puisque les quatre voyages les plus faciles coïncident avec un match à 13h00 (New York City, 6 avril), deux mercredis (New England le 24 avril et New York le 8 mai) et l’incontournable mais plus facile à organiser déplacement à Toronto, où Montréal se produira le 24 août. Pour leur part, les Ontariens viendront au Québec le 13 juillet.

Comme de coutume, certaines équipes ne se produiront pas au stade Saputo, ce qui est évidemment toujours regrettable. Ainsi, cette année, on n’y verra aucune des formations californiennes (San José, LA Galaxy, Los Angeles FC) ni Colorado, Houston et Kansas City. En revanche, les supporters de Salt Lake, Seattle, Portland, Minnesota, Vancouver et Dallas n’auront pas la chance de voir Montréal se produire dans leur stade.

Avec le passage à 24 équipes, la MLS a quand même globalement rééquilibré son calendrier. Mais la condensation de celui-ci et la décision montréalaise de ne jouer qu’une fois à domicile lors de ses neuf premières rencontres propulse l’Impact sur des patins desquels il devra veiller à ne pas chuter en début de compétition. Par contre, s’il les maîtrise rapidement et finit la saison régulière sur un élan, il pourra coiffer quelques adversaires dans la dernière ligne droite.

Calendrier

Prochain match

LAFC - Montréal
Vendredi 24 mai, 22h30

Dernier match

Montréal - New England0-0
Samedi 18 mai, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC1431
  2. Seattle1326
  3. Philadelphie1324
  4. DC United1424
  5. Houston1123
  6. LA Galaxy1322
  7. MONTRÉAL1421
  8. Atlanta1220
  9. Minnesota1218
10. Dallas1318
11. New York City1118
12. Toronto1217
13. New York1217
14. Salt Lake1216
15. Columbus1416
16. Chicago1316
17. Orlando1315
18. San José1214
19. Vancouver1313
20. New England1412
21. Portland1111
22. FC Cincinnati1311
23. Kansas City1111
24. Colorado125
► Classements complets

En direct du forum

2h40 - Montréal - New England : samedi 18 mai, 13h00 par Gabegeh

2h38 - Coupe du Canada 2019 par imfc132

1h20 - Equipe nationale féminine par imfc132

0h04 - Cincinnati - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

18h44 - Gold Cup 2019 par Pouchkine

19/5 - Ligue canadienne: objectif 2019 par imfc132

19/5 - Montréal - New England : l'homme de la saison par hsj

19/5 - MLS: Saison 2019 par gbagrami

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Piatti
 Taïder
 Jackson-Hamel
 Okwonkwo
 Diallo
 Urruti
 Shome
 Novillo
 Browne
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 13 matches

1. Piette
2. Diallo
3. Urruti
4. Taïder
5. Bush

► Détails

Quiz

Qu'avait de particulier le transfert d'Alejandro Silva à Club Olimpia au Paraguay début 2019 ?

  • Il avait été prévu dès l'arrivée du joueur l'été précédent, ce qui l'a empêché de rester à Montréal malgré son désir et celui du club
  • Il était assorti d'un accord de match amical entre les deux clubs, dont les recettes payeraient une partie du transfert
  • C'était le transfert sortant le plus cher de l'histoire du club
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com