Mauro Biello : stop ou encore ?

Publié le 23 octobre 2017

 Impact de Montréal
Ce lundi, le club tiendra déjà son bilan de saison. Il sera sans aucun doute question du sort de Mauro Biello - la question brûlait déjà les lèvres des journalistes lors de la conférence de presse officialisant la prolongation de contrat de Piatti, et Joey Saputo a dit que le sujet serait évoqué après la saison. Sans nous prononcer sur le sort qui lui sera (ou qui devrait lui être) réservé, voyons ce qui a officiellement coûté leur place aux entraîneurs précédents du club en MLS.

Commençons avec Jesse Marsch : embauché pour les débuts de Montréal dans la compétition, il arrivait sans expérience dans une organisation sans expérience de ce niveau. Au bout du compte, ce ne fut pas le mariage parfait et l’Américain fut remercié en fin de saison pour “divergence de philosophies” lors d’une conférence de presse surréaliste par moments.

Après une longue et méticuleuse recherche, le club attira Marco Schällibaum, dont le contrat a été prolongé automatiquement grâce à la qualification pour la phase finale de la saison. Mais rompu quand même après un an de collaboration. Les derniers mois furent on ne peut plus compliqués, avec une équipe à bout de souffle et une tension palpable. Reste que la raison officielle invoquée par Nick De Santis tenait dans les mots suivants : “dans les moments difficiles, nous n’avons pas été capables de nous en sortir”.

Vint alors l’ère de Frank Klopas, dont nous ne résumerons pas le règne qui a pris fin en août 2015. Cette fois, la raison du congédiement était claire et nette : les résultats. “Le sport professionnel est une affaire de résultats, et les résultats des 11 derniers matches, 11 points, ne sont simplement pas satisfaisants (…) Les résultats, pour nous, c’est fondamental. Quand on parle de philosophie du club… On ne change pas d’entraîneur par plaisir de changer, mais parce qu’on n’a pas de résultats”, avait déclaré, sans tergiverser, le vice-président Richard Legendre.

Adam Braz, qui a depuis lors pris du galon et de l’expérience à la direction sportive du club, abondait dans le même sens : “C’est facile de regarder en arrière et de questionner des décisions, mais ce qui compte, ce sont les résultats. Malheureusement, récemment, ils n’ont pas été à la hauteur de nos objectifs. Frank a toujours essayé de prendre les décisions pour le meilleur, mais il est au courant qu’il va être jugé sur les résultats.”

Sur base de ces éléments, Mauro Biello a-t-il de quoi être rassuré ? Le risque de divergence de philosophies est quasi nul pour cet enfant de la maison, qui s’est toujours donné corps et âme pour le club. Même s’il manque d’expérience, on n’en est plus à des débuts de part et d’autre comme en 2012. Dès lors, aucune comparaison possible avec Marsch.



En revanche, le cas Schällibaum présente certaines similitudes. Tout d’abord, les résultats de fin de saison. Si les dix dernières rencontres sous le Suisse furent désastreuses, le bilan comptable cette saison est pire encore (voir graphique). Mais c’est la gestion des moments difficiles qui fut la raison invoquée pour la séparation : si Biello a réussi à éteindre certains incendies hors du terrain (on pense en premier lieu à la non-titularisation de Drogba en fin de saison dernière), cette saison, il n’a pas réussi à permettre à l’équipe de redresser la barre quand ça allait mal. Certains diront même que parfois, il a compliqué des situations inutilement.

Enfin, il y a le cas le plus récent et le plus clair : celui de Klopas. L’affirmation de l’époque était tellement forte, de la part de dirigeants toujours en place, qu’ils se mettraient eux-mêmes en porte-à-faux en changeant complètement leur fusil d’épaule aujourd’hui : les entraîneurs de l’Impact de Montréal sont jugés sur base de leurs résultats. Et là, les onze points en onze matches qui ont coûté la peau de l’homme de Chicago ressemblent à un copieux banquet à côté du maigre 3/30 des derniers mois de 2017 sous Biello.

Malheureusement pour Mauro Biello, si les dirigeants du club sont conséquents avec leurs affirmations, il ne devrait plus être entraîneur principal du club la saison prochaine. Dans le cas contraire, on n’a pas fini de lire (une fois de plus) que l’Impact de Montréal est un cercle fermé dont les membres sont intouchables. Que ce soit vrai ou faux, en fait, ce sera surtout l’incapacité de présenter des critères clairs d’évaluation des entraîneurs qui sautera aux yeux et suscitera des inquiétudes. D’autant que ce problème est présent à plusieurs niveaux.

Calendrier

Prochain match

New England - Montréal
Dimanche 28 octobre, 16h30

Dernier match

Montréal - Toronto2-0
Dimanche 21 octobre, 15h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta3369
  2. New York3368
  3. Dallas3257
  4. Los Angeles FC3256
  5. Kansas City3256
  6. Seattle3253
  7. New York City3353
  8. Portland3251
  9. Philadelphie3350
10. DC United3350
11. Salt Lake3349
12. Columbus3348
13. MONTRÉAL3346
14. LA Galaxy3245
15. Vancouver3243
16. New England3338
17. Minnesota3236
18. Houston3235
19. Toronto3333
20. Chicago3331
21. Orlando3328
22. Colorado3227
23. San José3220
► Classements complets

En direct du forum

14h20 - Montréal - Toronto : l'homme de la saison par loupdogg

6h10 - MLS - saison 2018 par flying_dutchman

5h04 - "Hémorragie financière" pour l'IMFC par imfc132

23h55 - Montréal - Toronto : dimanche 21 octobre, 15h00 par Gabegeh

19/10 - Match à déterminer par Frankinho

18/10 - Montréal - Columbus : l'homme de la saison par Bxl Boy

18/10 - Selection canadienne par gold

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS