Histoire de l'Impact de Montréal
 Pépé

1992. La CSL, championnat du Canada créé en 1987, disparaît. Montréal, qui y était représenté par le Supra, se retrouve une fois de plus sans équipe de soccer professionnelle pour défendre ses couleurs. C’est alors qu’à l’automne de cette même année, le groupe Saputo annonce avoir acquis une nouvelle franchise dans l'American Professional Soccer league (APSL), alors compétition la plus relevée au nord du Rio Grande.

C’est en 1993 que l’Impact allait disputer son premier match, sous les ordres d’Eddie Firmani, celui-là même qui avait dirigé le Manic de Montréal à l’époque de la NASL au début des années 80. Le public a bien répondu à l’appel. Si bien que lors du premier match à Montréal, 5380 spectateurs viennent encourager leur nouvelle équipe. Pour la petite histoire, rappellons que l’Impact avait battu Tampa Bay 4-2 à la plus grande joie des amateurs massés dans les gradins du Centre Claude Robillard. Cette saison fut toutefois difficile. L’Impact termina dernier du classement général mais le soccer était bel et bien de retour à Montréal et laissait entrevoir de belles choses pour les années à venir.

En 1994, après le départ de Firmani, Valerio Gazzola est appelé à prendre la relève comme entraîneur. Trosième à l'issue de la saison régulière, l’Impact se qualifie pour la première phase finale de son histoire. Après avoir disposé de Los Angeles en demi-finale, Montréal est l’hôte de la grande finale contre les Colorado Foxes. Devant 8169 spectateurs, l’Impact s'impose 1-0 et donne ainsi un premier championnat nord-américain de soccer à la ville de Montréal. Suivant les traditions, on a même eu droit à une parade dans les rues de la ville.

De 1995 à 1997, l’Impact a terminé en tête à l'issue de la saison régulière trois fois consécutives, mais n'a jamais rejoué de finale, étant éliminé tour à tour par Atlanta, Rochester et Long Island. Dans le même temps, l'APSL a été absorbée et la compétition a pris le nom de A-League ; avec la naissance de la MLS, elle est désormais considérée comme la D2 américaine.

Durant l’hiver 1997-1998, l’Impact allait disputer la première de 3 saisons de soccer en salle dans la National Professional soccer League (NPSL). L’équipe évoluait au Centre Molson, l'antre des Canadiens de Montréal. Mais le spectacle proposé était très pauvre durant la première année et l'intérêt du public inexistant du début à la fin. On a alors jugé qu'il valait mieux arrêter les frais.

En 1998, Paul Kitson succède à Valerio Gazzola comme entraîneur. Fort d’une fiche de 21 victoires contre 7 défaites et qualifié pour la phase finale pour une cinquième année de suite, l’Impact allait décevoir ses supporters en s’inclinant devant Rochester, sa bête noire, en quart de finale.

Les années noires

Au printemps 1999 intervient un tournant dans l'histoire du club. Le groupe Saputo vend l’équipe à un groupe d’actionnaires locaux dirigé par Joey Saputo, impliqué à titre personnel. Les nouveaux propriétaires décident alors de ne pas disputer la saison estivale 1999, prétextant vouloir mieux se concentrer sur la saison intérieure 1990-2000 qui allait être disputée alors dans la salle omnisports du Centre Claude Robillard. Une erreur car beaucoup de choses durent être recommencées à zéro l'année suivante, effaçant ainsi une bonne partie du travail effectué depuis la création de l'équipe. Et les supporters trouvèrent le temps long, certains oubliant même l'existence du club comme en témoignent les faibles affluences de l'après-reprise.

Il faut donc attendre la saison 2000 pour revoir le club jouer au soccer à 11, mais pour la deuxième fois de son histoire, l’Impact était déjà éliminé dès la saison régulière terminée. Durant l’année, la concession intérieure est vendue à un groupe d’hommes d’affaires de Toronto mené par Neil Jamieson. Après la saison, la concession extérieure est vendue au groupe financier Ionian avec à sa tête Strato Gavriil.

En 2001, Valério Gazzola est de retour à la barre du club et on embauche même des joueures européens comme Grégory Campi et George Papandreou. Toutefois, la saison s'avère très difficile, le groupe Ionian décidant de mettre fin à son implication dans le club et le déclarant en faillite en plein championnat ! La A-league doit mettre l’équipe sous tutelle pour pouvoir terminer la saison et Joey Saputo est nommé administrateur pour la ligue. Nick De Santis devient joueur-entraîneur et les membres de l'équipe subissent des coupures de salaires. Sans ces nombreux sacrifices de la part des joueurs et du personnel du club, c’était la fin du soccer professionnel à Montréal. Sur le terrain, l’Impact manque de peu les séries et remporte la coupe de Montréal, tournoi international sur invitation regroupant des équipes de 5 pays.

Le renouveau

Pendant l’automne 2001, la reprise de l’équipe est annoncée en grande pompe avec la participation de partenaires corporatifs majeurs tels Hydro-Québec, le gouvernment du Québec et Saputo. L’avenir du club est assuré pour 5 ans et les gens en place pourront travailler plus librement à construire quelque chose de stable. L'Impact est maintenant une entité sans but lucratif.

On annonce l’embauche de Bob Lilley comme entraîneur, lui qui venait de conduire Hershey à la finale de la A-League. Avec un noyau principalement composé de joueurs canadiens auxquels furent adjoints Eduardo Sebrango et Zé Roberto entre autres, l’Impact édition 2002 allait retrouver le chemin de la phase finale de la saison. Une élimination trop hative contre Rochester mettra un terme à une très bonne saison pour la formation montréalaise. Elle se consolera cependant en remportant la première édition de la Coupe des Voyageurs, alors championnat du Canada officieux. Mais la plus belle réussite se situe sans le moindre doute au niveau de l’affluence au Centre Claude Robillard. Avec une moyenne de 5355 spectateurs par match, la plus grosse de son histoire, l’Impact a réussi à regagner la faveur du public. Il y a donc de nombreuses raisons d'entrevoir l'avenir avec optimisme.

Pour son dixième anniversaire, en 2003, le club vise ouvertement le haut du tableau. Pas moins de onze nouveaux joueurs débarquent et la quasi-totalité du noyau a une expérience internationale. Malheureusement, avec son style de jeu qui porte à tout sauf à l'attaque, Bob Lilley est incapable de concrétiser ces ambitions sur le terrain. Ses penchants pour le jeu défensif à outrance offrent au nombreux public un spectacle indigne de la qualité des joueurs mis à sa disposition. S'en suit une nouvelle élimination précoce, en quarts de finale, contre Rochester. Cependant, en coulisses, les occasions de se réjouir ne sont pas rares : le palmarès de l’Impact s'est enrichi avec une deuxième Coupe des Voyageurs consécutive, le public est encore plus nombreux que la saison précédente et les records d'assistance sont battus à plusieurs reprises. Enfin, l'intégration des jeunes dans un noyau de qualité offre à l'équipe un bel avenir en perspective. A l'issue de la saison, Nick De Santis se voit propulsé au poste d'entraîneur.

C’est donc sous les ordres de l'ancien adjoint que s’amorce la saison 2004 et ce, sous le signe de la concrétisation. Dix ans après avoir gagné le titre comme joueur, De Santis a le mandat d’amener l’équipe plus loin possible et de redonner un style plus châtoyant au onze montréalais. On assiste effectivement à une nette progression offensive mais c’est toujours en défense que l’Impact est le plus dominant. Après avoir terminé la saison régulière en deuxième position à un point de Portland, Montréal a la chance de se venger de sa bête noire, Rochester, qu'il sort dès les quarts de finale en remportant aussi bien le match aller que le retour. En demi-finale, Syracuse fait preuve d’inexpérience et d’indiscipline et s'avère une proie assez facile pour des Montréalais qui atteignent ainsi la grande finale de la A-league. Tout au long de la saison, le public répond présent, si bien que le club a établi un nouveau record avec une assistance moyenne de 9551 spectateurs. Pour cette apothéose, ils sont 13,648 à assister à la victoire 2-0 contre Seattle. Comme dix ans plus tôt, supporters et joueurs se réunissent sur le terrain après ce match mémorable pour souligner cette saison de rêve.

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, 2005 sera sous le signe de la continuité. Si l'équipe perd une de ses figures historiques, Lloyd Barker, qui a mis un terme à sa carrière, elle conserve ses fers de lance Greg Sutton, Gabriel Gervais et Sandro Grande, malgré les rumeurs de transfert dans un championnat plus relevé. Elle poursuit sur son élan et commence l'année par une série de 15 rencontres consécutives sans défaite. La suite sera un peu plus difficile : des blessures, des suspensions, la Gold Cup et les départs en milieu de saison de Grande et Ali Gerba. Malgré tout, elle termine la saison régulière avec 10 points d'avance sur son dauphin et rival de toujours, Rochester. En demi-finale, Montréal doit affronter Seattle, pour la revanche de la finale précédente. Cette fois, les Américains ont trouvé la faille et se sont qualifiés pour la finale d'une compétition qui a encore changé de nom, devenue D1 des USL, l'organisme qui la chapeaute. Mais l'évènement de l'année fut surtout l'annonce de la construction du stade Saputo, qui ouvrira ses portes en 2007. Avec les contrats de longue durée qui se multiplient, on voit que le club pense de plus en plus à long terme.

Malgré les bons résultats, l'équipe a un problème structurel : elle marque trop peu pour une formation du top. Ainsi, en 2006, l'Impact s'arrange pour avoir en ses rangs quatre des meilleurs buteurs de la D1 la saison précédente mais, en contrepartie, perd Eduardo Sebrango. Le milieu de terrain n'est cependant pas à la hauteur, malgré l'arrivée de l'ancien international espoirs argentin Leonardo Di Lorenzo et c'est un véritable flop, avec une moyenne d'un but toutes les 89 minutes, le pire rendement offensif de l'histoire du club. Montréal termine pourtant en tête à l'issue de la saison régulière mais se fait éliminer par Vancouver, le futur champion, sur un but de Sebrango... Quant au futur stade, on lui trouve un nouvel emplacement, et il ouvrira finalement ses portes en 2008. Le plan de reprise arrive à son terme et si 2006 n'a pas été à la hauteur des attentes, les progrès accomplis en cinq ans dépassent largement les espérances.

L'année 2007 commence par une grande lessive dans le noyau. Un nombre impressionnant de transferts, entrants comme sortants, laisse augurer une période de transition. Pourtant, l'équipe trouve vite le bon rythme... avant de s'essoufler et de prendre 5 points sur 15 contre les 3 derniers. S'ensuivent de nombreux nouveaux départs et arrivées. L'espoir renaît mais le scénario se répète et une nouvelle élimination prématurée survient : la victoire 3-2 en quart de finale aller n'est pas suffisante, l'équipe vole en éclats, 3-0 au retour à Porto Rico. La question de l'entraîneur se pose et Joey Saputo laisse Nick De Santis prendre seul la décision : il choisit de rester. Sur le plan extra-sportif, on note le début des travaux du nouveau stade et l'arrivée de Richard Legendre au poste de vice-président exécutif.

Une nouvelle ère dans un nouveau stade

C'est dès le premier lundi de janvier que commence 2008 : contrats étendus, stages de préparation en Italie, au Portugal et en Floride, noyau quasiment intact : les ambitions sportives sont grandes. D'autant que le flambant neuf stade Saputo est inauguré. Mais sur le terrain, c'est la disette offensive, plus rien ne tourne et Nick De Santis remet sa démission. Il prend du coup le poste de directeur technique, qui semble taillé à sa mesure. John Limniatis est le nouvel entraîneur. En 2008 (re)naît aussi, enfin, un championnat du Canada. Les débuts de Limniatis coïncident avec deux victoires contre Vancouver dans cette compétition. L'équipe n'est pas pour autant relancée mais, après quelques semaines difficiles, elle arrache un nul 1-1 à Toronto, suffisant pour remporter le titre national et se qualifier pour le tour préliminaire de la Ligue des champions. Cette fois, c'est parti pour de bon ! Après avoir éliminé Esteli de peine et de misère, Montréal réalise l'exploit de sortir de son groupe, composé également d'Atlante (Mexique), Olimpia (Honduras) et Joe Public (Trinité-et-Tobago). En cours de saison, le club profite également du retour au Québec, pour des raisons diverses, de Rocco Placentino, Sandro Grande et Félix Brillant. Le calendrier est démentiel et les jeunes reçoivent du temps de jeu en USL. L'équipe s'y hisse en demi-finale, où elle tombe contre Vancouver. Mais dernière du classement à la mi-juillet, on ne l'attendait plus à ce niveau. Cela passe toutefois au deuxième plan, derrière l'incroyable parcours sur la scène internationale.

Celui-ci se poursuit durant l'hiver 2009 avec un quart de finale de Ligue des champions : devant près de 56 000 spectateurs, Montréal réalise l'exploit de battre Santos Laguna 2-0 au Stade olympique lors du match aller. Après avoir mené 1-2 au retour, l'équipe est noyée par le Tsunami mexicain et s'incline finalement 5-2. Après une défaite 1-0 à Toronto, John Limniatis est limogé et remplacé par son adjoint, Marc Dos Santos. Le championnat national est calamiteux, avec 4 défaites en autant de rencontres, dont un impardonnable 1-6 contre Toronto qui privent en outre Vancouver du titre au profit des Ontariens. L'équipe n'a plus d'âme et le nouvel entraîneur tente patiemment de lui construire un nouveau style. Les semaines passent en USL et le fond est atteint lors d'une défaite 3-0 à Minnesota, dernier, avec une empoignade entre Sandro Grande et Mauro Biello qui aboutira au renvoi du premier. Au fil des semaines, Dos Santos trouve son équipe et le style approprié pour les joueurs qu'il a sous la main. Il impose aussi sa marque puisque désormais, l'équipe pense d'abord à marquer plutôt qu'à ne pas encaisser. Et ça marche ! Alors que le temps est limité, il arrive avec une formation au point pour le début de la phase finale : elle remporte ses 6 matches pour soulever la coupe une troisième fois dans son histoire.

La saison 2010 est un mélange de rupture et de continuité. Rupture car suite à une menace de sécession de la part de certaines équipes, la compétition n'est plus contrôlée par les USL et devient la Division 2 américaine. Continuité car on ne change pas une équipe qui gagne, et l'effectif est maintenu avec seulement quelques renforts à certaines positions stratégiques. Mais sur le terrain, c'est une copie conforme de l'année précédente, avec un championnat du Canada terminé à la dernière place et une saison régulière en D2 où se multiplient les déceptions. La sauce prend une nouvelle fois en toute fin d'exercice, après une série de changements dans l'effectif. Ali Gerba, arrivé en renfort, multiplie les buts, mais l'Impact tombe en demi-finale contre Cary. Malgré une année décevante sportivement, les sourires sont de rigueur en raison de l'annonce du passage de Montréal en Major League Soccer à partir de 2012.

Le dernier exercice avant l'accession à l'élite canado-américaine doit servir de répétition générale... 2011 s'avère un flop monumental. En début de saison, le club crie haut et fort que tous les joueurs du noyau ont les capacités de l'accompagner en MLS un an plus tard. Et pourtant, Marc Dos Santos et son équipe sont méconnaissables : après une élimination contre Vancouver en demi-finale de la Coupe du Canada (qui a remplacé le défunt championnat) et un départ calamiteux en NASL (nouveau nom de l'antichambre de l'élite américaine), l'entraîneur remet sa démission. Nick De Santis reprend du service sur le banc jusqu'en fin de saison, tout en gardant son rôle de directeur sportif. Plus d'une demi-équipe est attirée en cours de compétition et malgré un sursaut dans les dernières semaines, l'Impact termine septième sur huit d'un championnat pourtant particulièrement faible. S'ajoutent quelques heurts en cours de saison suite à des erreurs de communication, et il va sans dire que 2011 doit bien vite être rangée dans les années à oublier. Heureusement, la perspective de la MLS permet de garder les esprits allumés : une fois l'élmination actée, toutes les pensées s'orientent vers le nouveau défi, ô combien palpitant, qui attend le club et dès novembre, on ne parle que de l'entraîneur et des joueurs du futur.

Les débuts en MLS

La saison 2012 est historique pour le club, puisqu'il y effectue son entrée en Major League Soccer. Il ne conserve que six joueurs de la saison précédente, et seul Hassoun Camara percera au niveau supérieur. Jesse Marsch est le nouvel entraîneur et, à de rares exceptions près, les premiers transferts sont des joueurs de MLS plus ou moins expérimentés et de jeunes Américains. Les premiers pas se font en douceur avec une équipe qui n'a pas encore vraiment pris forme en début de saison et est, une fois de plus, éliminée prématurément en demi-finale de la Coupe du Canada. Rapidement, des renforts arrivent d'Italie. Le déclic se produit quand l'axe de l'entrejeu passe de deux à trois joueurs. Ce sera le point fort de l'équipe, grâce au Brésilien Felipe et à Patrice Bernier, revenu au bercail. Vers la mi-championnat, deux grands noms débarquent : l'attaquant Marco Di Vaio, premier joueur désigné de l'histoire du club, et Alessandro Nesta, qu'on ne présente plus. L'effectif amélioré a trouvé ses marques et est particulièrement performant au stade Saputo, rénové et ouvert à la mi-juin. Malgré cela, l'équipe est une des plus faibles de la compétition sur les ailes, dans le jeu aérien et sur les phases arrêtées. Montréal termine dans le ventre mou du classement et réussit une bonne première saison quand on la compare à celles des formations arrivées en MLS au cours des années précédentes. Ce qui n'empêche pas le club et son coach de se séparer pour divergence de philosophies.

Le club concentre alors toute son énergie à la recherche de l’entraîneur idéal, qui est nommé juste à temps pour le début de la préparation de la saison 2013. Il s’agit du Suisse Marco Schällibaum, dont le contrat a une clause de renouvellement automatique en cas de qualification pour la phase finale. Il découvre un groupe qui n’a pas tellement changé : les seuls départs sont des joueurs peu utilisés, et la plupart des arrivées sont des jeunes. Le nouveau T1 apporte quelques modifications et l’équipe connaît un début de saison rêvé avec notamment des victoires à Seattle et Portland. Les dents commencent à grincer après la défaite à Toronto en Coupe du Canada avec l’équipe B, mais le tir est corrigé par la suite : Montréal remporte la compétition et participe à la Ligue des champions pour la deuxième fois de son histoire. La défaite chez les modestes Guatémaltèques d’Heredia précipite néanmoins une fin de saison calamiteuse, marquée par une gestion d’effectif très hasardeuse et de nombreux doutes dans une équipe qui veut faire le jeu mais ne sait plus être efficace et oublie les bases de ses réussites récentes. Les bons moments se font rares, même si Marco Di Vaio reste dans la course au titre de meilleur buteur. Montréal se qualifie quand même pour la phase finale mais s’incline sans gloire à Houston. La mauvaise fin de saison pèse plus lourd dans la balance que l’atteinte des objectifs et, après une longue réflexion, les dirigeants annoncent que l’entraîneur est démis de ses fonctions et remplacé par Frank Klopas.

Calendrier

Prochain match

Houston - Montréal
Samedi 6 septembre, 20h30

Dernier match

Montréal - Columbus2-0
Samedi 30 août, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Seattle2548
  2. DC United 2646
  3. LA Galaxy2546
  4. Salt Lake 2643
  5. Dallas 2642
  6. Kansas City 2642
  7. Portland2634
  8. New England 2533
  9. Toronto 2433
10. Columbus2633
11. Vancouver2533
12. New York2531
13. Colorado2630
14. Philadelphie2530
15. Chicago2529
16. Houston2528
17. San José 2426
18. Chivas USA 2524
19. MONTRÉAL2520
► Classements complets

En direct du forum

8h40 - Liste des anciens de l'Impact par fafane

4h23 - Podcast officiel de la MLS en français - saison 2014 par Bxl Boy

4h20 - Transferts 2014 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par Van Basten

2h54 - Montréal - Columbus : l'homme de la saison par costarg

0h24 - Premier League 14-15 par fafane

22h15 - Conférence de presse, jeudi 4 septembre, 11h. par MitchPower

21h44 - Benito Floro, nouveau sélectionneur du Canada par penz

15h34 - Ailleurs en MLS - transferts (et rumeurs) pour 2014 par penz

15h11 - Ligue des Champions CONCACAF 2014-2015 par Campoozmstnz

14h02 - Tennis par Van Basten

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 McInerney
 Di Vaio
 Romero
 Felipe Martins
 Tissot
 Piatti
 Camara
 Duka
 Brovsky
 Wenger
 Nyassi
 Bernier
 Mapp
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 29 matches

1. Romero
2. Mapp
3. McInerney
4. Di Vaio
5. Bernier

► Détails

Quiz

Avant de se joindre à l’Impact en 2002, Eduardo Sebrango a joué pour trois formations différentes. Lesquelles ?

  • Rochester, Minnesota, Hershey
  • Rochester, Richmond, Charleston
  • Vancouver, Rochester, Hershey
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com